BÉNIN24 TÉLÉVISION
L'actualité en continu et en temps réel

Accès à l’eau potable dans l’Uemoa : plus de 35 milliards F CFA investis pour 3.500 forages en 25 ans

L’eau potable, ce liquide dont les populations des milieux ruraux ont nécessairement besoin, dans les huit Etats membres de l’Union Economique et Monétaire des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Uemoa), l’organisation a su, en 25 ans d’existence, apporter une stratégie de réponse. Avec 3.500 forages réalisés dans l’espace, l’Union a contribué à améliorer les conditions de vie de ses populations.

S’il est une évidence que la politique de l’Uemoa en matière de sécurité alimentaire et nutritionnelle, a porté ses fruits sur les 25 ans qu’elle compte désormais derrière elle, il en est de même de l’accès à l’eau potable en milieux ruraux.

En effet, face à l’inconfort que trainent les populations pour étancher leur soif ainsi que pour leurs besoins cruciaux, l’Uemoa dans sa quête de la prospérité partagée, a construit, à travers les huit Etats membres, 3.500 forages équipés de pompes à motricité humaine, pour un investissement global de plus de 35 milliards de F CFA.

De manière plus succincte, d’après les informations fournies par l’institution, 34 milliards de francs ont été investis dans la réalisation des forages et 9 milliards de francs CFA pour la mise en œuvre du Programme Régional d’Aménagements Hydrauliques Multi-usages.

Par ailleurs, avec l’appui financier de la Banque Islamique de Développement (BID), «1600 nouveaux points d’eau, dont 960 forages équipés de pompes à motricité humaine et 640 forages équipés de pompes solaires photovoltaïques pour des mini adductions d’eau, ainsi que 19.250 latrines privées et 720 latrines publiques sont en cours de réalisation» renseigne l’Union.

En matière de lutte contre l’érosion côtière et l’ensablement des grands fleuves, deux programmes de l’institution sous-régionale a conduit deux programmes distincts. Il s’agit du programme d’aménagement et de gestion durable des zones côtières relatif à l’érosion et à la gestion du littoral, qui a permis respectivement de réaliser une étude régionale sur le trait de côte ; d’élaborer le Schéma Directeur du Littoral de l’Afrique de l’Ouest ; d’achever les travaux de protection des berges Ouest et Est du lac Togo à Aného, de la digue et de la berge à Thiawlène au Sénégal ; et de construire des épis de protection à Goumoukpé au Togo et de mettre en place la Mission d’Observation du Littoral Ouest Africain (MOLOA).

Priorité à la résilience des zones côtières

Dans la logique d’aider les Etats membres à mieux lutter contre l’érosion côtière, avec le soutien de la Banque Mondiale, l’Uemoa a procédé à la mise en œuvre du projet d’Investissement pour la Résilience des zones côtières en Afrique de l’Ouest (WACA ResIP) et au lancement de la plateforme WACA dont le but est de réunir l’expertise technique, le financement et la volonté politique nécessaires pour renforcer la résilience côtière en Afrique de l’Ouest.

C’est alors qu’interviendra le second programme axé sur l’ensablement du Bassin du fleuve Niger. Exécuté par l’Autorité du Bassin du Niger (ABN), ce programme a contribué, d’après l’Union, à la sauvegarde des ressources en eau, des sols et des écosystèmes du Bassin du Niger au Burkina Faso, au Mali et au Niger.

D’un coût global de 22,9 milliards de Francs CFA, ce programme a bénéficié de la contribution de la commission de l’Uemoa à hauteur de 5,62 milliards de Francs CFA, soit environ 25% du montant. Le reste du financement ayant été possible grâce à la Banque Mondiale et d’autres partenaires.

Le développement humain sur 4 axes

Consciente de ce que l’humain est le point de départ de toute politique de développement, l’Uemoa a organisé ses investissements dans l’humain suivant quatre (04) axes à savoir : l’enseignement supérieur, le tourisme, la santé humaine et la promotion de l’équipe du genre. S’agissant du premier, on peut noter entre autres réalisations : le Projet d’Appui à l’Enseignement Supérieur (PAES) réalisé avec l’appui financier de la Banque Africaine de Développement, dont les objectifs se déclinent comme suit : la mise en place du Fonds compétitif à la recherche avec le financement de près d’une centaine de projets ; la conception et la réalisation des curricula de 22 filières porteuses par pays membres, etc.

Au PAES s’ajoute le Programme d’Appui aux Centres d’Excellence Régionaux (PACER) : qui a permis à 20 institutions de recevoir le label «Centres d’Excellence de l’Uemoa» et 18 autres de bénéficier d’appui en vue de créer les conditions nécessaires à leur émergence en centres d’excellence.

Quant au second axe, le tourisme, pour faire de l’espace communautaire un marché régional intégré, attractif, visible et compétitif sur le marché des émetteurs, le Programme Régional de Développement du Tourisme a été conçu avec pour objectifs : l’institution d’un visa communautaire, le renforcement des capacités des professionnels, la promotion de la marque Uemoa…

Dans cette logique, «une brochure de promotion de la destination Uemoa a été diffusée l’international» précise l’union dans son «livre spécial 25 ans». Au titre du 3ème axe, la santé humaine, on retient comme grandes actions, le projet d’appui à l’extension de Couverture du Risque Maladie dans les Etats membre (PACRM) qui bénéficie d’un soutien financier de l’Agence Française de Développement (AFD) et le Projet pilote de lutte contre le paludisme par l’utilisation des biolarvicides conduit dans la ville de Ouagadougou avec le soutien de la coopération cubaine.

Sans oublier les programmes d’appui à la couverture sanitaire et la protection sociale, à l’accès aux produits pharmaceutiques avec une règlementation pharmaceutique communautaire. En ce qui concerne l’axe 4, la promotion du genre, une réorganisation stratégique majeure des interventions de la Commission est intervenue en 2012, passant de la promotion de la femme, à l’approche Genre.

Ainsi, le Conseil des ministres de l’Union a-t-il adopté, le 29 juin 2018, la stratégie Genre de l’Uemoa sur 2018-2027 dont l’objectif est de contribuer à la promotion d’un environnement institutionnel communautaire favorable à l’égalité et à l’équité entre les hommes et les femmes, dans les domaines : économique, politique, social et culturel. Par ailleurs, un Réseau des Opérations Economiques de l’Uemoa (RESOPE-UEMOA) a été mis en place en 2006. Au tant d’actions pour assurer le bien-être des populations de l’Uemoa.

Une coopération active

Ne disposant pas de ressources à la hauteur de ses ambitions, l’Uemoa, très tôt, a su recourir à la coopération et au partenariat avec des pays tiers et des institutions internationales. Aujourd’hui, le cercle des partenaires de l’Uemoa dans la conduite de ses chantiers et la réalisation des projets communautaires d’intégration s’est très fortement élargi : Union Européenne, France, Etats Unis d’Amérique, Banque Mondiale, Fonds Monétaire International, Programme des Nations Unies pour le Développement, pays d’Asie et d’Amérique du Sud, autres institutions financières régionales et internationales.

C’est pourquoi un Mécanisme de concertation et de coordination avec les Partenaires Techniques et Financiers (PTF) a été mis en place et constitue désormais une plateforme de communication inclusive intégrant l’ensemble des initiatives et programmes de la commission.

Par ailleurs, dans le cadre du renforcement des synergies entre les organisations Intergouvernementales (OIG) d’Afrique de l’Ouest, et sous l’impulsion des Commissions de l’Uemoa et de la Cedeao appuyées par le Bureau sous régional de la commission Economique des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest (CEA) , un cadre de concertation et de coopération des OIG de l’Afrique de l’Ouest a été créé.

Ainsi, le parcours et les acquis de l’Uemoa montrent, à suffisance, la pertinence de l’existence de l’institution au vue des objectifs qui lui ont été assignés : une stabilité monétaire certaine, des politiques économiques concertées pour répondre aux besoins quotidiens des populations dans les domaines de l’eau, de l’énergie, de la sécurité alimentaire, des transports, des infrastructures routières, etc.

Par Sylvestre TCHOMAKOU

SickaSport

Dernières actualités

Lutte contre le Covid-19 : la BOAD accorde un appui de 196,6 milliards FCFA aux Etats de l’Uemoa

Face aux conséquences lourdes qu’impose déjà le Covid-19 dans l’économie mondiale, la Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD) a décidé de l’octroi de 196,6 milliards F CFA aux Etats membres de l’Union économique et monétaire…

Covid-19 : l’Afrique demande 60.216 milliards FCFA à la communauté internationale

La propagation du coronavirus ne laisse pas taciturne l’Afrique. En vue de proposer des mesures communes de lutte efficace contre cette pandémie, les ministres africains des finances se sont réunis à Addis-Abeba le 19 mars 2020 via…

Côte d’Ivoire : près de 41 milliards Fcfa la BAD pour l’électrification de 1388…

Le Conseil d’administration de la Banque africaine de développement (BAD) a approuvé un prêt de 62,35 millions d’euros soit 40,89 milliards de Fcfa au profit de la Côte d'Ivoire en vue du financement de l’électrification de plus de 1 388…

Conséquences du Covid-1 : l’UNICEF intensifie son soutien aux pays

L’UNICEF a annoncé l’intensification de son soutien à 145 pays pour permettre aux enfants de continuer à apprendre, alors que le Covid-19 entraîne la fermeture de la majorité des établissements scolaires dans le monde. «Les établissements…

L’Ouganda expulse 340 Rwandais à cause du Covid-19

Au total, 342 ressortissants rwandais sont expulsés d’Ouganda en raison du Covid-19, a confirmé à APA vendredi à Kigali, un haut responsable administratif local de la province du Nord du Rwanda. Le gouverneur de la province du Nord du…

Côte d’Ivoire : 100 tonnes de riz de Koira Holding pour la chaîne de solidarité contre le…

La société Koira Holding de l’homme d’affaires Komé Cessé a fait, vendredi à Abidjan, un don de 100 tonnes de riz, soit 2000 sacs de 50 kg au ministère de la Solidarité, de la cohésion sociale et de la lutte contre la pauvreté dans le cadre…

Coronavirus au Bénin : Candide Azannaï déçu de la sortie de Patrice Talon et s’adresse aux…

L'ancien ministre de la défense nationale, Candide Azannaï est déçu de la sortie du Chef de l'Etat, Patrice Talon, ce dimanche 29 mars 2020, sur les mesures prises par son Gouvernement pour lutter contre la pandémie du Coronavirus. Il l'a…

Coronavirus : Macron en appelle à la «solidarité» budgétaire européenne

Favorable à des «emprunts Corona» contrairement à Berlin, Emmanuel Macron appelle à la «solidarité» budgétaire européenne, dans un entretien aux journaux italiens Corriere de la Serra, La Stampa et La Repubblica publié le vendredi 27 mars.…

Dernières actualités

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse email ne sera pas publiée.