BÉNIN24 TÉLÉVISION
L'actualité en continu et en temps réel

Après les déballages de Jean-Baptiste Élias : la distraction de la mouvance au Bénin

Indexée dans les révélations de Jean-Baptiste Élias dimanche dernier sur Soleil FM, deux ténors de la mouvance présidentielle, Orden Alladatin et Abdoulaye Gounou ont tenté de répliquer au président de l’Autorité nationale de lutte contre la corruption (ANLC), Mais au finish, les deux contradicteurs n’ont pas eu les moyens de leur politique.

Orden Alladatin de l’Union progressiste (UP) et Abdoulaye Gounou du Bloc républicain (BR), ont répondu aux propos de Jean-Baptiste Elias pour contrecarrer contre ce qu’ils ont appelé ‘’accusations non justifiées’’.

Pour Orden Alladatin, les faits dénoncés par Jean-Baptiste Élias sont déjà du passé et il faut aller de l’avant.

«Nous avons connu une crise électorale avec tous les éléments de contenu. En son temps, les protagonistes se sont expliqués. On ne peut pas revenir agiter les mêmes choses alors que nous travaillons à cicatriser les plaies (…) Apprenons à évoluer, à aller de l’avant», a déclaré l’orateur, Orden Alladatin

Abdoulaye Gounou, quant à lui a noté deux points essentiels dans les révélations du président de l’Autorité nationale de lutte contre la corruption. Selon lui, il s’agit des irrégularités concernant les états-civils de certains députés de la mouvance et la non-délivrance du quitus fiscal à certains opposants qui avaient pourtant payé leurs impôts.

Sur le premier point, Abdoulaye Gounou, a affirmé que Jean-Baptiste Élias n’a pas une bonne connaissance du pays encore moins des localités des 2KP. Il a expliqué que la disparité observée sur les lieux de naissance ne relève pas de la faute des concernés.

«Les collègues dont il parle ne peuvent pas de leur propre chef modifier leurs lieux de naissance. C’est l’administration qui l’avait fait à des moments donnés pour des raisons spécifiques en tenant compte de l’évolution du découpage territorial», a-t-il précisé.

La question du quitus fiscal

Abdoulaye Gounou donnant sa version relativement à la non-délivrance du quitus fiscal à certains opposants qui sont pourtant à jour vis-à-vis du fisc, il a déclaré qu’il s’agit d’un débat déphasé.

«L’ancien Ministre Komi Koutché dont il parle n’était même pas au pays pour apporter des justificatifs et répondre aux questions d’éclaircissement de la Direction Générale des Impôts (DGI) et obtenir le quitus. Telle que la procédure se présentait, il était nécessaire d’être présent pour lever toute équivoque», a-t-il dit en substance.

En insistant sur le cas de Komi Koutché et autres, Abdoulaye Gounou, a laissé entendre que la présence physique était à un moment nécessaire dans le processus de délivrance du quitus fiscal. Ceux dont il s’agit n’étant donc pas physiquement présents cela a dû compliquer les choses.

Pour Abdoulaye Gounou, cette disposition du code électoral contraint les acteurs politiques à payer régulièrement leurs impôts est une bonne mesure. Toutefois, il reconnaît que la mise en œuvre a été peut être difficile pour l’administration fiscale; mais qu’il n’y a jamais eu de deux poids deux mesures au profit de la mouvance aux dépens de l’opposition comme tente de le faire croire Jean-Baptiste Élias.

Crédibilité ?

En guise de contradiction, on voulait des arguments, mais on a eu que de l’émotion. En effet, au lieu de développer une argumentation imparable pour démontrer le président de l’Autorité nationale de lutte contre la corruption (ANLC), n’est pas digne de confiance, Orden Alladatin de l’Union progressiste (UP) et Abdoulaye Gounou du Bloc républicain (BR), ont au contraire asseoir sa crédibilité de Jean-Baptiste Elias sur les sujets en question.

Le comble c’est quand Orden Alladatin jure qu’il faut oublier le contexte des élections, c’est qu’il a joué en faveur du président de l’ANLC. Celui-ci désormais est une personnalité à qui ils ont simplifié la tâche et qui a dorénavant de la confiance en soi.

Rejoignez-nous sur Facebook
Nous sommes aussi sur Twitter
Application Android

Disponible sur Google Play

 

Immobilier Bénin

ACTUALITÉS RÉCENTES

ACTUALITÉS RÉCENTES

ACTUALITÉS À LA UNE

ACTUALITÉS À LA UNE

RÉVISION DE LA CONSTITUTION

RÉVISION DE LA CONSTITUTION

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse email ne sera pas publiée.