BÉNIN24 TÉLÉVISION
L'actualité en continu et en temps réel

Blaise Ahouantchédé à propos de la révolution numérique : «La technologie a accéléré le rythme des services financiers»

En marge des Financial Afrik Awards 2020, Blaise Ahouantchédé, ancien Directeur général du Groupement inter bancaire monétique de l’Union économique et monétaire ouest africaine (GIM-Uemoa), s’est prêté aux questions des journalistes sur l’impact des nouvelles technologies sur le système bancaire. Pour lui, les nouvelles technologies ont induit une innovation dans le système bancaire. Il note également une complémentarité entre les Fintech et les banques plutôt que de la concurrence. Lire ci-dessous l’intégralité de son interview à Financial Afrik.

Quel est l’impact des nouvelles technologies sur les activités bancaires ?

Quand vous prenez d’abord la banque même par essence, le fondement de la banque est basé sur ce qu’on appelle, le power banking. C’est-à-dire la gestion des données des consommateurs, des clients. Donc toutes les banques généralement, avant même de mettre en place leurs services, doivent prouver qu’elles ont la robustesse de leur système d’informations bancaires. Parce que vous gérez des données personnelles, on doit s’assurer que toutes les règles sont respectées.

Ainsi, au demeurant, l’évolution des technologies a fait qu’il y a eu de l’innovation, pour plus de services à valeur ajoutée. Il est tout à fait normal de constater que le développement de la technologie a amélioré notre service bancaire. Avant, vous allez déposer l’argent au niveau de la banque, on vous donne un chèque. Vous faites parfois deux semaines pour que les chèques soient compensés. Je voudrais vraiment rendre encore hommage à la Banque Centrale, que je connais très bien.

Les systèmes de paiement qu’on appelle «Cica Uemoa» et «la monétique» que j’avais gérés pendant des années, tout ça basé sur la technologie, ont permis d’améliorer le délai de traitement des transactions. Donc, là où on faisait deux semaines avant, maintenant, on fait un jour, 48 heures, pour pouvoir dénouer des transactions. Je crois que la technologie de manière générale, améliore de manière significative l’offre de service bancaire.

En matière d’inclusion financière, quel est l’apport des nouvelles technologies ?

L’inclusion financière pour moi, c’est un objectif. Selon la définition connue, c’est comment amener les populations qui sont exclues du système financier, bancaire, à accéder aux services financiers, à la banque. Evidemment, on constate aujourd’hui avec l’avènement du téléphone portable, du mobile money, du mobile banking, que le consommateur qui est loin peut simplement payer sa facture d’électricité.

Parce que si vous avez le téléphone portable rattaché à un compte bancaire, vous pouvez payer votre facture d’électricité au débit de votre compte. Ça, c’est grâce à la technologie. C’est pour ça que je pense qu’il est important que les gouvernements puissent introduire dans les politiques publiques, l’adoption de la technologie sous toutes ses formes pour que les impôts soient payés par les moyens technologiques, que ce soit le téléphone, l’ordinateur portable…

Je pense aujourd’hui que la technologie a permis justement d’accélérer le rythme d’adoption des services financiers, et qui dit adoption des services financiers, dit plus d’utilisateurs de services financiers. Et quand vous avez plus d’utilisateurs de services financiers, ça veut dire que vous améliorez l’inclusion financière. C’est pour ça que le taux d’inclusion financière aujourd’hui est autour de 50% dans notre zone là où le taux de bancarisation tourne autour de 20, 25%.

Avec les Fintech, assiste-t-on à une absorption de la banque classique ?

C’est une question pertinente. Je fais partie des écoles qui pensent que ce n’est pas une absorption ; c’est de la complémentarité. Mais il faut prendre garde parce que dans les relations de coopération, il faut que chacun puisse jouer son rôle. Pour moi, je vois les Fintech comme le prolongement de la relation clientèle pour aller dans des endroits dans lesquels les banques classiques, compte tenu des contraintes qu’elles ont, ne peuvent pas aller. C’est donc une coopération dont chacun doit pouvoir tirer profit.

L’analyse que je fais du rôle des Fintech, c’est plutôt de la coopération intelligente et chacun doit pouvoir jouer ce rôle mais toujours dans l’intérêt de l’inclusion financière parce que là où les banques ne peuvent pas aller, elles s’appuient sur les Fintech qui vont leur permettre d’aller plus loin parce qu’elles, elles sont plus agiles, elles ont moins de contraintes, elles ont la technologie et après, il faut le développement mais, c’est chacun qui gère la relation. Il n’est donc pas exclu qu’aujourd’hui, certains Fintech revoient leur stratégie. Mais dans tous les cas, retenons quand-même que c’est plutôt de la coopération.

Réalisé par Financial Afrik et transcrit par L’économiste du Bénin

SickaSport

Dernières actualités

Côte d’Ivoire : Soum Bill pleure Ericsson le Zoulou et fait des révélations

Le décès d'Ericsson le Zoulou, Bosiki Eric à l'état civil, survenu dans la nuit du samedi 15 au dimanche 16 février, a jeté l'émoi et la tristesse en Côte d'Ivoire. L'artiste d'origine congolaise a poussé son dernier souffle en France. Le…

Couper décaler – Décès de Dj Arafat, puis d’Erickson le Zulu : Safarel Obiang a très…

Plus de 6 mois après la disparition tragique d'Ange Didier Houon alias Dj Arafat, le Couper décaler est à nouveau frappé par un autre malheur. En effet, l'un des tout premiers Disc-Jockeys du mouvement Couper décaler, Eric Bosiki dit…

Assauts simultanés de Boko Haram dans l’Extrême-Nord camerounais

Les localités de Hitere, Ouzal, Kouva et Mandoussa, situées dans la région camerounaise de l’Extrême-Nord, ont subi dans la nuit de samedi à dimanche des assauts simultanés imputés à la secte islamiste Boko Haram par des sources…

Décès en France de Ecrickson le Zulu, l’un des précurseurs du coupé-décalé

L'artiste-chanteur Eric Bosiki dit Erickson Le Zulu, l'un des précurseurs du Coupé-décalé (Musique urbaine en vogue en Côte d'Ivoire) d'origine Congolaise, est décédé dimanche en France des suites d'une maladie, a appris APA auprès de ses…

Fonds d’appui aux femmes de Côte d’Ivoire : Cocody réalise un taux de 98% de…

Les bénéficiaires du Fonds d’appui aux femmes de Côte d’Ivoire (FAFCI) de la commune de Cocody (Est d’Abidjan) ont réalisé un taux de remboursement de 98%, a appris APA samedi de source officielle dans la capitale économique ivoirienne.…

Côte d’Ivoire – Présidentielle 2020 : Mme Bédié appelle le Moronou à «penser» à son…

Mme Henriette Bédié, l’épouse du président du Parti démocratique de Côte d'Ivoire (Pdci), ex-allié au pouvoir, a appelé samedi à M'Batto (Est) les populations de la Région du Moronou à «penser» à son époux Henri Konan Bédié, à 8 mois deux…

Maroc : Fès intègre le réseau mondial des villes les plus engagées contre le VIH/Sida

La capitale spirituelle du Maroc, Fès a intégré le réseau mondial des villes les plus engagées contre le Sida, dit «Fast track cities», qui constitue une approche visant à accélérer les ripostes locales des villes face à cette maladie.…

L’armée mauritanienne arrête six trafiquants de drogue dans le nord du pays

L’armée mauritanienne a annoncé samedi avoir capturé six trafiquants de drogue suite à une opération militaire dans le nord du pays. Au cours de l'opération, des véhicules, des armes automatiques, des munitions, un kilogramme de…

Dernières actualités

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Secured By miniOrange