RESTEZ CONNECTÉ

ECONOMIE

Cacao ivoirien : l’organe de régulation engage 6 milliards Fcfa pour recenser les vergers et les producteurs

Bénin24tv avec APA

Publié

le

La Côte d’Ivoire, premier producteur mondial de cacao, a engagé le recensement des vergers de cacao et des producteurs, y compris dans les forêts classées, une opération financée à hauteur de 6 milliards Fcfa par le Conseil du café-cacao, organe de régulation de la filière, selon un bilan partiel de l’Initiative cacao forêts allant de 2018 à 2019.

«Le Conseil du café-cacao finance, à hauteur de 6 milliards de F CFA, l’opération de recensement des vergers cacao et des producteurs sur l’ensemble du territoire national, y compris les forêts classées», indique un bilan partiel de la phase pilote de l’Initiative cacao forêts «janvier 2018–décembre 2019», transmis jeudi à APA.

Cette opération de recensement des vergers et des acteurs de la filière s’inscrit dans le cadre du projet Initiative cacao forêts (ICF), qui vise à éliminer la déforestation dans la chaîne d’approvisionnement du cacao. En novembre 2017, le ministère ivoirien des Eaux et forêts et le ministère ghanéen des Terres et des ressources naturelles, ont signé à cet effet, le Cadre d’action commune (CAC) de cette initiative.

Les signataires du CAC se sont engagés à mobiliser davantage de ressources techniques et financières pour la protection et la restauration des forêts, par la recherche de mécanismes financiers innovants, y compris la création d’un fonds public-privé pour le financement des activités de l’ICF.

Les actions préparatoires pour honorer cet engagement ont consisté à élaborer le budget de la phase pilote de l’Initiative cacao et forêts. Pour cette phase pilote, il est prévu un budget de 126 milliards de FCFA, soit 210 millions dollars (193 millions d’euros), adopté en novembre 2018 par le Comité de pilotage.

Ce budget ne prend, cependant, pas en compte les budgets des entreprises signataires, non disponibles en novembre 2018. Le budget de la phase pilote de l’ICF est intégré dans le budget total, sur 10 années, de la Stratégie de préservation, de réhabilitation et d’extension des forêts, pour un montant de 616 milliards de FCFA, soit environ 1 milliard de dollars ou 939 millions d’euros.

La stratégie devrait permettre une agroforesterie et au pays de disposer à l’avenir, de plantations de cacao plus résilientes au changement climatique. Ce sont «plus de 60 millions d’arbres qui seront introduits dans les vergers cacaoyers dans les quatre prochaines années afin de reconstituer le couvert forestier».

Traçabilité et cacao durable

«Pour ce qui est du système national de traçabilité, nous avons mobilisé les fonds nécessaires à la réalisation d’une étude de faisabilité de la mise en place d’un système qui soit techniquement, économiquement, financièrement et socialement viable», assure le directeur général du Conseil café-cacao, Yves Brahima Koné.

En parallèle, insinue-t-il, le Conseil mène sur fonds propres, l’importante opération de recensement des producteurs de cacao et de leurs vergers sur l’ensemble de la zone de production. Cette opération prévue s’achever en 2020, constitue le socle d’un système de traçabilité fiable.

Elle devrait permettre de s’assurer que le cacao ne provienne pas d’aires protégées, en conformité avec les engagements des signataires de l’Initiative cacao et forêts (ICF), rapport-il.

Les entreprises du secteur développent par ailleurs des modèles financiers innovants notamment, des contrats de Paiements de services environnementaux (PSE). Avec les PSE, les producteurs sont encouragés à protéger et à restaurer les zones forestières moyennant paiement. Les entreprises ont à ce jour soutenu 1 340 producteurs au moyen de contrats PSE.

En outre, ces entreprises promeuvent l’inclusion financière pour améliorer l’accès des producteurs, particulièrement, les femmes, à des fonds de roulement et d’investissement. Elles fournissent aussi des produits financiers à 120.000 producteurs, notamment au moyen d’Associations villageoises d’épargne et de crédits (AVEC) qui soutiennent des producteurs.

L’ensemble des financements mobilisés par le secteur privé, dans le cadre de l’ICF pour l’année 2019, a été évalué par la WCF à 14,7 milliards de FCFA. Le Conseil du Café-Cacao finance également l’étude de faisabilité de mise en place de la traçabilité du cacao d’origine Côte d’Ivoire ainsi que les ateliers de lancement et de validation à hauteur de 125 millions FCFA.

Impacts du Covid-19

«La situation sanitaire due à la pandémie à coronavirus aura certainement un impact sur la mise en œuvre des actions prioritaires identifiées», estime le ministre ivoirien des Eaux et forêts, Alain-Richard Donwahi, qui veut mettre en focus des actions prioritaires et une feuille de route actualisée.

«Le plus grand défi pour nous, est la mobilisation des fonds nécessaires pour la mise en œuvre de la Stratégie de Préservation, de Réhabilitation et d’Extension des Forêts et du plan d’action de l’Initiative Cacao et Forêts», mentionne le ministre ivoirien des Eaux et forêts, Alain-Richard Donwahi.

Le financement nécessaire est d’environ 616 milliards de francs CFA, soit 939 millions d’Euros sur 10 ans, y compris le coût de la phase pilote de l’Initiative Cacao et Forêts. Il fait toutefois observer qu’«il est évident que le budget de l’État ne peut pas tout financer».

Pour lui, l’achèvement de la phase pilote et le déploiement de la phase active requiert la recherche de solutions aux défis majeurs, notamment la mobilisation des ressources financières requises pour la mise en œuvre d’actions concrètes.

En outre, recommande-il, le renforcement de la transparence et de la confiance entre les parties prenantes et la coordination et la synergie des actions menées par toutes les parties prenantes pour l’aboutissement de l’ICF.

«J’ai la conviction que les signataires du Cadre d’Action Commune conjugueront leurs efforts pour les relever. Ce faisant, nous montrerons au monde entier l’exemple que le secteur public et le secteur privé peuvent accomplir, ensemble, des actions concrètes nourries par le respect et la confiance mutuels pour le bien de l’industrie, de la forêt et, surtout, pour le bien-être des communautés rurales.», poursuit-il.

En vue de mobiliser les ressources financières requises pour la mise en œuvre de la Stratégie de préservation, de réhabilitation et d’extension des forêts et de l’ICF, l’Etat de Côte d’Ivoire a prévu une table ronde des bailleurs de fonds en 2020, mais la pandémie de Covid-19 pourrait ruiner cet espoir.

En ce qui concerne la création du Fonds ICF, des consultations sont en cours afin de définir la vision et le schéma national du Fonds à créer pour répondre à l’ensemble des besoins de financement des actions de protection et de conservation des forêts ainsi que de préservation de l’environnement en Côte d’Ivoire.

Le Secrétariat exécutif permanent de la commission nationale REDD+ a été mandaté pour le suivi-évaluation de l’Initiative Cacao et Forêts. L’Etat de Côte d’Ivoire ambitionne de recouvrer 20 % de son couvert forestier national à l’horizon 2030.

Partagez ceci
Suivez-nous sur Facebook

CLIQUER POUR COMMENTER

COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ECONOMIE

Pérou : le FMI donne son feu vert à une ligne de crédit de 11 milliards de dollars

Benin24tv avec AFP

Publié

le

Le Fonds monétaire international a accordé jeudi soir au Pérou une ligne de crédit de 11 milliards de dollars sur deux ans, demandée par Lima pour faire face à l’impact de la pandémie.

«Le conseil d’administration du Fonds monétaire international a approuvé aujourd’hui (jeudi) un accord de deux ans avec le Pérou» portant sur 11 milliards de dollars et s’appuyant sur un dispositif de l’institution appelé ligne de crédit modulable, indique un communiqué du FMI.

La ligne de crédit modulable (LCM) est un instrument qui permet au pays qui en bénéficie d’avoir accès à des montants importants à tout moment.

Au-delà des fonds disponibles immédiatement en cas de besoin, elle est aussi une marque de confiance du Fonds dans la politique économique du bénéficiaire et un signal fort pour donner accès à d’autres sources de financement.

A ce jour, trois pays ont fait appel à la LCM – la Colombie, le Mexique et la Pologne – et aucun d’entre eux n’a encore effectué de tirage sur sa ligne de crédit, précise le FMI sur son site internet.

Partagez ceci
Suivez-nous sur Facebook

CONTINUER LA LECTURE

ECONOMIE

Echanges commerciaux dans l’espace Cedeao : le Niger 1er partenaire commercial du Bénin

Bénin24TV

Publié

le

Les exportations du Bénin vers la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) ont fait un bond de 13,7% au 1er trimestre 2020. Selon le bulletin trimestriel des statistiques du commerce extérieur publié par l’Institut national de la statistique et de l’analyse économique (Insae), le Niger est le premier partenaire économique du Bénin.

Au premier trimestre 2020, parmi les cinq principaux clients du Bénin dans la sous-région ouest-africaine, le pays de Issoufou Mahamadou a absorbé à lui seul 28,8% des exportations béninoises. Il est suivi par le Burkina Faso qui bondit de la quatrième à la deuxième place par rapport au quatrième trimestre 2019. Il enregistre 23,9% de la valeur des ventes des exportations du pays.

Le Mali s’adjuge la troisième place avec 14,5%. Vient ensuite le Togo qui est passé de la cinquième à la quatrième place avec 12%. Le grand voisin Nigéria, auparavant quatrième et désormais cinquième avec 10,1% des exportations béninoises. Ce chavirement serait dû à la fermeture des frontières bénino-nigérianes depuis août 2019.

175 843,6 tonnes de marchandises exportées vers les pays de la Cedeao

Le Bénin a enregistré de belles performances au cours du premier trimestre de l’année 2020, malgré la crise du coronavirus qui sévit dans le pays. Selon les chiffres de l’Insae, les exportations du pays vers la Communauté Économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest ont connu une hausse de 13,7% par rapport au 4e trimestre de 2019.

Le volume de marchandises a été évalué à 13,9 milliards de FCFA, soit plus de 23,1 millions de dollars pour 175.843,6 tonnes de marchandises. Ce qui équivaut à 13,9 milliards de FCFA. Comparativement au quatrième trimestre 2019, ce chiffre était de 12,2 milliards de FCFA pour un volume de marchandises, soit plus de 20,28 dollars pour 107 858,7 tonnes.

Evolution globale des échanges

Le bulletin trimestriel des statistiques du commerce extérieur indique que les exportations du Bénin au cours du premier trimestre 2020 ont été évaluées à 160,7 milliards de FCFA représentant 528 148,6 tonnes de marchandises, contre 73,0 milliards de FCFA un trimestre plus tôt. Soit une hausse de 120,0 %.

Au premier trimestre 2019, les ventes de biens locaux à l’extérieur s’élevaient à 150,6 milliards de FCFA pour 356 820,7 tonnes. «Les produits ayant contribué principalement à cette augmentation sont : les tourteaux et autres résidus solides (à l’exception des drêches), même broyés ou agglomérés sous forme de pellets, de l’extraction de graisses ou huiles de graines oléagineuses, de fruits oléagineux ou de germes de céréales, les fèves de soja, les graines et fruits oléagineux et les ciments hydrauliques», détaille l’Insae.

La valeur totale des dix principaux produits exportés au cours du premier trimestre 2020 s’élève à 136,3 milliards de FCFA. Elle correspond à 474 557 tonnes de marchandises, soit 84,8% de la valeur des exportations trimestrielles.

Le coton vient en tête des ventes à l’extérieur du trimestre affichant une valeur de 87,7 milliards de FCFA pour 94 226,1 tonnes. Il est suivi des graines et fruits oléagineux vendus pour un montant total de 11,7 milliards de FCFA pour 40 201,6 tonnes et, des groupes électrogènes pour une valeur globale de 9,1 milliards de FCFA pour 1 841tonnes.

Contrairement aux exportations, les importations de marchandises ont régressé de 6,3%. Au premier trimestre 2020, elles sont évaluées à 300,4 milliards de FCFA pour 912 205,0 tonnes. En glissement annuel, les acquisitions de biens ont également baissé de 42,4%.

La valeur des achats à l’extérieur était de 521,2 milliards de FCFA au premier trimestre 2019. Ce repli s’explique par le recul des importations de riz des butanes liquéfiés, des engrais, de l’huile de palme et ses fractions, des volailles et les viandes et abats comestibles, frais, réfrigérés ou congelés.

Par Félicienne HOUESSOU

Partagez ceci
Suivez-nous sur Facebook

CONTINUER LA LECTURE

DERNIÈRES ACTUALITÉS

SPORTSIl y a 2 heures

Barcelone : Lacazette pour succéder à Lautaro Martinez à l’Inter ?

Actuellement en pleine négociation avec Barcelone pour Lautaro Martinez, l’Inter Milan prospecte sur le marché pour trouver son successeur. Et...

SPORTSIl y a 2 heures

PSG : «Il est normal de voir un club comme la Juventus s’intéresser à lui», Juninho annonce la couleur pour Houssem Aouar

Le PSG et la Juventus seraient en concurrence pour Houssem Aouar. Juninho, directeur sportif de l’OL, a lâché ses vérités...

SPORTSIl y a 2 heures

Boxe : Tony Yoka lâche un énorme coup de gueule sur la mort de George Floyd

Arrêté violemment par des policiers aux Etats-Unis ce lundi soir, George Floyd, afro-américain de 46 ans, a trouvé la mort....

SPORTSIl y a 2 heures

Tennis – Roland-Garros : «Je suis convaincu que certains tournois se joueront, même avant Roland-Garros», Guy Forget

Pour freiner la propagation du coronavirus, le monde sportif s’est mis en pause pendant plusieurs semaines. Alors que Roland-Garros est...

SANTÉIl y a 2 heures

En Italie, des milliers de médecins dans la rue pour réclamer une réforme

Des milliers de médecins et étudiants en médecine ont manifesté vendredi dans toute l’Italie réclamant une réforme de l’enseignement dans...

SPORTSIl y a 2 heures

NBA : décès de George Floyd, le cinglant message de LeBron James

Victime de violences policières, George Floyd a trouvé la mort il y a quelques jours. Alors que ce décès a...

ECONOMIEIl y a 2 heures

Pérou : le FMI donne son feu vert à une ligne de crédit de 11 milliards de dollars

Le Fonds monétaire international a accordé jeudi soir au Pérou une ligne de crédit de 11 milliards de dollars sur...

CULTUREIl y a 2 heures

Côte d’Ivoire : l’imam Mamadou Traoré désigné nouveau guide de la communauté musulmane

L’imam principal de la grande mosquée de la Riviera-Golf (un quartier huppé à l’Est d’Abidjan), El Hadj Mamadou Traoré a...

CÔTE D'IVOIREIl y a 2 heures

Le FPI se «réjouit» de la levée de certaines restrictions sur la liberté de Gbagbo et Blé Goudé

Le Front populaire ivoirien (FPI, opposition), se «réjouit» de la levée de certaines restrictions sur la liberté de Laurent Gbagbo...

LE 229Il y a 2 heures

Réalisation des travaux d’asphaltage : la ville de Cotonou se modernise

La capitale économique du Bénin, Cotonou se rend de plus en plus belle et attrayante à cause de la réalisation...

ECONOMIEIl y a 2 heures

Echanges commerciaux dans l’espace Cedeao : le Niger 1er partenaire commercial du Bénin

Les exportations du Bénin vers la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) ont fait un bond de...

LE 229Il y a 3 heures

Lutte contre les violences à l’endroit des minorités sexuelles : la police, le parquet et les médias sensibilisés

L’hôtel des Princes de Bohicon a accueilli les 13 et 14 mai 2020 un atelier de plaidoyer dénommé, Plaidoyer auprès...

LE 229Il y a 3 heures

Prévention et lutte contre le Covid-19 : Bsic lance un fonds pour appuyer les Pme/ Pmi béninoises

Afin d’aider les Petites et moyennes entreprises et industries (Pme/Pmi) à sortir renforcées de la pandémie du Covid-19, la Banque...

ECONOMIEIl y a 3 heures

Echanges commerciaux : le Bénin réexporte 5000 tonnes de gaz au Niger

Confronté à une pénurie de gaz depuis quelque mois, le Niger a décidé de se tourner vers son voisin du...

ECONOMIEIl y a 3 heures

Inclusion du secteur informel : la Banque mondiale lance le prix  »Mission Billion»

Un nouveau challenge pour encourager les innovations sur l’inclusion du secteur informel dans les programmes de protection sociale. Le Groupe...

ECONOMIEIl y a 3 heures

Transparence budgétaire : le Bénin, un modèle en Afrique

Le Bénin participe au projet pilote de renforcement de la transparence budgétaire et de la participation publique au processus budgétaire...

CORONAVIRUSIl y a 3 heures

Covid-19 : le Bénin enregistre de nouveaux cas confirmés

Le Bénin a enregistré de nouveaux cas confirmés de Coronavirus. D’après les nouvelles statistiques officielles, le bilan général passe désormais...

JUSTICEIl y a 5 heures

Bénin : deux notaires placés en détention provisoire

Au Bénin, deux notaires ont été placés sous mandat de dépôt à la prison civile de Cotonou, mercredi 27 mai...

POLITIQUEIl y a 6 heures

Bénin – Communales 2020 : Louis Vlavonou reçoit le rapport d’observation des experts électoraux

Ce jeudi 28 mai 2020, le président de l’Assemblée Nationale Louis Vlavonou a reçu en audience une délégation de la...

HIGH-TECHIl y a 9 heures

Trump signe un décret visant à limiter la protection dont bénéficient Twitter et Facebook

Donald Trump a mis sa menace à exécution. Le président américain a signé ce jeudi un décret visant à limiter...

CÔTE D'IVOIREIl y a 9 heures

Bédié en «joie» après «l’assouplissement» des conditions de mise en liberté de Gbagbo et Blé Goudé

Le président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci), Henri Konan Bédié, chef de file de la plateforme de l’opposition...

POLITIQUEIl y a 9 heures

Bénin – Gouvernance locale : voici la liste des maires déjà élus

Conformément au code électoral en vigueur, certains conseils communaux ont été installés, ce jeudi 28 mai 2020, suivis de l’élection...

GUINÉEIl y a 20 heures

Violences post-électorales en Guinée : le gouvernement reconnaît 30 morts à Nzérékoré

Le gouvernement guinéen, tout en imputant la responsabilité à l’opposition, a reconnu la mort de 30 personnes dans des affrontements...

ECONOMIEIl y a 20 heures

Covid-19 : le gouvernement ivoirien envisage d’un soutien aux entreprises publiques

L’Etat de Côte d’Ivoire qui envisage de soutenir les Établissements publics nationaux (EPN), a instruit mercredi les dirigeants des entreprises...