BÉNIN24 TÉLÉVISION
L'actualité en continu et en temps réel

Confinement pour limiter la propagation du coronavirus : une mesure salutaire qui peut se révéler suicidaire en Afrique

Face à la pandémie du coronavirus (covid-19) les pays africains avec des armes totalement en dessous de la norme minimale mettent différemment en place des mesures de riposte. En tant qu’une des mesures, le confinement apparaît très salutaire pour faire face à l’urgence dans de nombreux pays développés. Mais, il peut se révéler suicidaire pour les pays les plus pauvres d’Afrique.

Si la pandémie s’inscrit dans la durée, la plupart des pays d’Afrique n’ont ni les ressources, ni les capacités résilientes nécessaires pour soutenir les mesures de riposte et faire face efficacement au covid-19.

Dans de nombreux pays d’Afrique, comme le Burkina Faso, le Mali et le Niger en proie à la précarité économique, à l’insécurité alimentaire ou aux conflits armés, le pire est à craindre.

Dans des pays comme le Bénin et le Togo, l’économie est à dominance informelle et les marchés à ciel ouvert y jouent un rôle incontournable. Dans ces marchés, notamment ceux de Cotonou et de Lomé, des milliers voire des millions de personnes se côtoient et vivent la majeure partie de leur journée dans une promiscuité favorable à une large contamination.

Au Bénin, plus de 90% de la population active vivent de l’économie informelle. La plupart de ces acteurs sont sans assurance maladie et sans sécurité sociale. Sans activité économique pendant deux à trois jours successifs, certains sont incapables de s’assurer un repas par jour. Le revenu journalier obtenu suffit à peine pour s’assurer le minimum vital par jour.

Sans mesures d’accompagnement, peut-on et doit-on, confiner des populations vivant dans l’extrême pauvreté ou obligées de se battre chaque jour pour s’assurer un repas quotidien ?

Chaque jour Cécile A. se rend à Dantokpa (le plus grand marché du Bénin) pour y chercher la pitance quotidienne. Célibataire et mère de deux orphelins de père, Dansi K. doit faire environ 30km chaque jour pour vendre de maison en maison de la friperie afin d’assurer le pain quotidien à son ménage. Or, pour rompre la chaîne de contamination, les populations sont contraintes de rester chez elles.

A court terme, le confinement peut être une mesure palliative très nécessaire. Mais, il convient dès maintenant d’apprécier la portée et les limites des mesures de riposte au regard des capacités sanitaires et économiques des pays africains.

Si le confinement apparaît très salutaire pour faire face à l’urgence et rompre la chaîne de contamination, il peut se révéler suicidaire pour les pays les plus pauvres.

Les réponses sanitaires et les mesures d’accompagnement, en soutien à l’économie et au revenu des populations, envisagées ou mises en œuvre par des pays comme la Chine, la France, l’Allemagne et les Etats-Unis d’Amérique sont hors de portée pour la capacité budgétaire de plusieurs Etats africains pris isolement.

Covid-19 et les pays sous tension

Depuis plus d’une décennie, la situation alimentaire et nutritionnelle de plusieurs Africains est structurellement déficitaire et défaillante. Des tendances lourdes précarisent constamment la sécurité alimentaire et les Etats peinent à trouver des réponses politiques structurelles et prospectives cohérentes et efficaces.

La dynamique démographique et la précarité des revenus, les chocs environnementaux et perturbations climatiques sur les systèmes agroalimentaires puis les conflits armés et leurs corolaires de mouvements migratoires ont déjà mis plusieurs Etats africains sous tension maximale obligés de recourir massivement à l’assistance extérieure.

Que peuvent alors ces pays face au covid-19 dans un contexte de pandémie qui ébranle également les pays donateurs ? Pas grande chose, sinon donner l’impression d’agir en faisant du surplace.

En ce moment, le coronavirus met en déroute les Etats et plusieurs idées reçues des politiques économiques. Des décisions lourdes de conséquences, mais indispensables au vu du contexte, affectent fondamentalement, structurellement et durablement les économies du monde entier avec une sévérité extrême pour les pays ayant déjà besoin d’assistance humanitaire.

Même si pour l’instant plusieurs africains ont la conviction que la protection divine les accompagne et que leur santé bénéficie d’une immunité particulière, la sagesse recommande d’observer les règles élémentaires d’hygiène : se laver régulièrement les mains à l’eau et au savon et garder une distance minimale d’un mètre entre deux individus.

Il faut espérer une évolution satisfaisante de la situation dans un délai assez court, tout en se préparant psychologiquement pour le pire. Les pays comme ceux du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest ne pourront pas résister longtemps au coronavirus et ses implications économiques.

Les mesures de lutte contre la pandémie (confinement, distanciation sociale, restrictions à la circulation des personnes, fermeture des frontières, isolement, etc.) sont contreproductives pour les pays à faible économie et les populations déjà sous tension (pauvres, extrêmes pauvres ou vivant en insécurité alimentaire).

Il est impératif de mettre en place une meilleure coordination des réponses, tout au moins au niveau régional. Les organisations intergouvernementales comme l’UEMOA, la CEDEAO, l’Union africaine voire les Nations Unies sont interpelées et invitées à avoir une pensée spécifique pour les populations ayant besoin d’assistance alimentaire accrue dans ces moments difficiles.

Même pour laver régulièrement les mains à l’eau et au savon, il faut avoir accès à l’eau potable et être capable d’acquérir du savon. Prenons soin de nous et de nos proches, et gardons la foi en l’avenir.

Abel Gbêtoénonmon

Econews-AfriPerf

Afrique Performance (AFRIPERF)

Abel GBETOENONMON
Economiste-Planificateur/ Journaliste-économique
Expert en Gouvernance et politiques économiques
Afrique Performance (AFRIPERF)
Coordination OSC-ECOWAP/PDDAA
E-mail: [email protected]
[email protected]
Tel : +229 97121349 / 90904830
wite: www.afrique-performance.org

SickaSport

Dernières actualités

Bénin – lutte contre la corruption : Hcpc en remplacement de l’Anlc

Conformément à la tradition, les membres du gouvernement ont tenu ce mercredi 1er avril 2020, leur session hebdomadaire du Conseil des ministres. Il ressort principalement de cette rencontre la création d'une nouvelle structure lutte contre…

Bénin : l’intégralité du compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 01 Avril 2020

Le Conseil des ministres s'est réuni ce mercredi 01 Avril 2020, sa séance hebdomadaire du Conseil des ministres sous la présidence effectives du chef de l’Etat, chef du Gouvernement, le président Patrice Talon.

Bénin : l’agriculture a parcouru un chemin parsemé d’obstacles

Environs six décennies après que l’ex colon ait laissé libre cours à la nation béninoise de décider de son sort, l’agriculture béninoise reste le secteur le plus prometteur. Celui par excellence par lequel à l’instar des pays…

Bénin : le marché de l’ananas en chute drastique, urgence de réfléchir

La fermeture des frontières nigérianes ne cesse d’influencer le marché béninois. Contrairement à l’essence de contrebande dont le prix connait une inflation continue, le prix de certains produits d’exportation notamment l’ananas produit au…

Bénin – Secteur agricole : Carence en usines de transformation de mangues

Les nouvelles récoltes de mangues ont déjà envahi les marchés béninois qui sont inondés de ce fruit de grande consommation, car le Bénin manque d’usines de transformation dans la filière. Au Bénin, champs, rues et marchés sont inondés en…

Commerce de «carcasses d’animaux» au Bénin : une menace pour la sauvegarde des espèces fauniques

Conservateurs authentiques de la médecine traditionnelle, dans une certaine dimension, les marchés d’ossements d’animaux, au Bénin, résistent à la tendance planétaire de la sauvegarde des espèces fauniques. Bien qu’au service de tout un…

Bénin : les grandes décisions du conseil des ministres du mercredi 1 Avril 2020

Le gouvernement béninois s’est réuni en conseil des ministres ce mercredi 1 Avril 2020. En sa séance hebdomadaire qui s’est déroulée avec la présence effective du chef de l’Etat, plusieurs décisions ont été prises. Infographie…

Fermeture de tribunaux ghanéens à cause du Covid-19

Les tribunaux des deux villes les plus peuplées du Ghana, Accra et Kumasi, sont fermés dans le cadre de mesures visant à contenir la propagation du coronavirus (Covid-19) dans le pays, a appris APA mercredi. Le juge en chef du Ghana, Anin…

Dernières actualités

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse email ne sera pas publiée.