BÉNIN24 TÉLÉVISION
L'actualité en continu et en temps réel

Coronavirus : de nouvelles sanctions en cas de non-respect du confinement

En cas de quatre violations du confinement dans les trente jours, le contrevenant s’expose à 3700 euros d’amende et six mois de prison au maximum.

L’Assemblée nationale a voté samedi 22 mars l’article du projet de loi face au coronavirus permettant l’instauration d’un «état d’urgence sanitaire», avec l’ajout de sanctions pour non-respect du confinement, dont une possible peine de prison.

Adopté à main levée après plusieurs heures d’échange, l’article prévoit que l’état d’urgence sanitaire, qui permet de restreindre des libertés publiques (confinement, réquisitions…), doit être instauré dès l’entrée en vigueur de la loi, et pour deux mois dans le cas du coronavirus.

Le texte permet ainsi au gouvernement «en tant que de besoin» de prendre des mesures «limitant la liberté d’aller et venir, la liberté d’entreprendre et la liberté de réunion, dans la seule finalité de mettre fin à la catastrophe sanitaire». Raphaël Schellenberger (LR) a prédit que cela «animerait» les discussions entre Assemblée et Sénat dimanche en vue d’un compromis, car cela offre un «pouvoir colossal au gouvernement».

«Vous nous demandez là un effort considérable», a abondé Charles de Courson (Libertés et Territoires), tandis que Boris Vallaud (PS) s’est inquiété d’«un champ absolument infini de dérogations à l’état du droit», Alexis Corbière (LFI) le jugeant aussi «beaucoup trop large». Coralie Dubost (LREM) a rappelé qu’il s’agissait de lutter contre un virus qui «prospère» plus vite que les débats au Parlement. Jean-Christophe Lagarde (UDI-Agir) a abondé, soulignant le caractère temporaire du régime.

Délit en cas de récidive

Hors cas actuel du coronavirus, le texte prévoit un déclenchement de l’état d’urgence sanitaire par décret en Conseil des ministres pour un mois, la prorogation ne pouvant être autorisée que par la loi. Plusieurs élus ont plaidé qu’il fallait un avis du conseil scientifique au préalable.

A la fin des débats sur l’article, la ministre de la Justice Nicole Belloubet a présenté un amendement prévoyant que la violation répétée des règles du confinement constitue un délit puni de six mois d’emprisonnement et 3750 euros d’amende. Plusieurs élus l’ont jugé disproportionné, voire «invraisemblable» (LR).

Après une nouvelle suspension de séance, la garde des Sceaux a présenté une formule «graduée» plus consensuelle : une amende de 135 euros en cas de violation des règles, 1500 euros en cas de récidive «dans les 15 jours» et dans le cas de «quatre violations dans les trente jours» un délit «puni de 3700 euros d’amende et six mois de prison au maximum».

SickaSport

Dernières actualités

USA – coronavirus : 28 étudiants de l’Université du Texas testés positifs

Plus d'une vingtaine d'étudiants ont été testés positifs pour le coronavirus de l'Université du Texas après être allés au Mexique pour les vacances de printemps. Environ deux semaines auparavant, 70 étudiants universitaires ont affrété un…

Bénin – lutte contre la corruption : Hcpc en remplacement de l’Anlc

Conformément à la tradition, les membres du gouvernement ont tenu ce mercredi 1er avril 2020, leur session hebdomadaire du Conseil des ministres. Il ressort principalement de cette rencontre la création d'une nouvelle structure lutte contre…

Bénin : l’intégralité du compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 01 Avril 2020

Le Conseil des ministres s'est réuni ce mercredi 01 Avril 2020, sa séance hebdomadaire du Conseil des ministres sous la présidence effectives du chef de l’Etat, chef du Gouvernement, le président Patrice Talon.

Bénin : l’agriculture a parcouru un chemin parsemé d’obstacles

Environs six décennies après que l’ex colon ait laissé libre cours à la nation béninoise de décider de son sort, l’agriculture béninoise reste le secteur le plus prometteur. Celui par excellence par lequel à l’instar des pays…

Bénin : le marché de l’ananas en chute drastique, urgence de réfléchir

La fermeture des frontières nigérianes ne cesse d’influencer le marché béninois. Contrairement à l’essence de contrebande dont le prix connait une inflation continue, le prix de certains produits d’exportation notamment l’ananas produit au…

Bénin – Secteur agricole : Carence en usines de transformation de mangues

Les nouvelles récoltes de mangues ont déjà envahi les marchés béninois qui sont inondés de ce fruit de grande consommation, car le Bénin manque d’usines de transformation dans la filière. Au Bénin, champs, rues et marchés sont inondés en…

Commerce de «carcasses d’animaux» au Bénin : une menace pour la sauvegarde des espèces fauniques

Conservateurs authentiques de la médecine traditionnelle, dans une certaine dimension, les marchés d’ossements d’animaux, au Bénin, résistent à la tendance planétaire de la sauvegarde des espèces fauniques. Bien qu’au service de tout un…

Bénin : les grandes décisions du conseil des ministres du mercredi 1 Avril 2020

Le gouvernement béninois s’est réuni en conseil des ministres ce mercredi 1 Avril 2020. En sa séance hebdomadaire qui s’est déroulée avec la présence effective du chef de l’Etat, plusieurs décisions ont été prises. Infographie…

Dernières actualités

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse email ne sera pas publiée.