BÉNIN24 TÉLÉVISION
L'actualité en continu et en temps réel

Défaite assurée et espoirs vains

Pour une fois au Bénin, les communales et les municipales de mai de cette année, auront une centralité à contre-courant de toute l’histoire constitutionnelle antérieure du Bénin. Cela résulte des réformes électorales qui font des 77 prochains maires, de puissants parrains. Mais malgré déjà son matelas confortable de 83 députés aux ordres, Patrice Talon et les siens ne veulent pas ignorer lesdites élections. Pourquoi ? Analyse dans l’exercice de l’éditorial du jour.

Les communales et municipales sont d’une importance particulière pour le régime de la ‘’Rupture’’. En effet, alors qu’on croyait que son obésité parlementaire (83/83) allait engendrer une sorte de démotivation pour la famille politique de Patrice Talon, on assiste au contraire à une débauche d’énergie. On voit les feudataires de l’Union progressiste et ceux du Bloc républicain, les deux partis siamois du président de la République s’échiner à débaucher les militants des partis dont les récépissés, ont été ‘’confisqués’’.

Le président de la République, de son côté, vient d’entamer un périple relatif à ses projets en cours de réalisation. Dans l’un ou l’autre cas, on assiste à une convergence qui tient du fait que les janissaires du chef de l’Etat, font comme des croupiers en cercle de jeu.

En effet, avec les réformes électorales surtout la révision de la Constitution du 1er novembre 2019, une démarche largement combattue à l’époque (celle du parrainage), car n’étant pas ancrée dans notre culture politique, a été enterrée.

Mieux, Patrice Talon est conscient qu’à près avoir cadenassé les dernières législatives, il ne doit pas faire piètre figure au terme de la première élection qu’il organise de manière ouverte.

En outre, quelques années après son avènement, il tient à démontrer qu’en faisant basculer le Bénin d’un régime présidentialisé à un régime hyper présidentialisé, qu’il a raison de le faire. Dans la logique de Patrice Talon, c’est «défaite interdite» à l’issue de ces communales.

Sans oublier le caractère fondamental des communales et municipales qui permettront de coopter les parrainages pour la présidentielle. Pour Patrice Talon, l’opposition requinquée par le retour de Boni Yayi ne doit gagner. D’où l’importance du calendrier privilégiant l’hypothèse des parrainages.

ARTICLES SIMILAIRES

Quant aux caudataires de Patrice Talon, ils savent eux-mêmes que cette élection est une tribune qu’il faut préparer sérieusement. S’ils perdent, le pas est vite franchi pour que leur illégitimité soit confirmée. Pour les proches de Talon, gagner 2020 devient une question d’honneur pour légitimation avant d’être la prééminence des parrainages pour la prochaine présidentielle de 2021.

Maintenant, à l’heure d’un scrutin plus ou moins ouvert, les proches de Talon, sont tenus de démontrer qu’ils nourrissent (et se nourrissent) parfaitement aux canons électorales. Pourvu qu’ils ne maquillent pas les chiffres en cas de défaite ?

Sans oublier la rançon à payer aux électeurs qui ont boycotté à 73% et qui même dans un contexte de recul de la participation électorale, iront massivement voter. Comment les thuriféraires vont-ils pouvoir inverser cette tendance ? Le peuple souverain malgré les contingences survenues avant, pendant et après les législatives, volontiers, va-t-il se prendre au jeu ?

Comme on le voit, le système formulé du gagnant à tout prix de la ‘’Rupture’’ se dégage. Mais entre ce désir et le large éventail de facteurs déterminants pour gagner, il y a un grand fossé.

Par Titus FOLLY

SickaSport

Dernières actualités

Bénin : l’intégralité du compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 26 février 2020

Le Conseil des ministres s'est réuni ce mercredi 26 février 2020 sous la présidence effectives du chef de l’Etat, chef du Gouvernement, le président Patrice Talon.

Olokpatcha, l’ami d’enfance de Dj Arafat, nouveau «gros bras» de Safarel Obiang ?

Près de 6 mois après la tragique disparition d'Ange Didier Houon alias Dj Arafat, quelque chose s'est passée entre son fidèle compagnon, Olokpatcha, et l'artiste Couper décaler, Safarel Obiang. Des mois après la brusque disparition du roi…

Bénin – Conseil des ministres : liste des nominations de ce mercredi 26 février 2020

Sous la présidence effective du Chef de l’Etat, Patrice Talon, les membres du Gouvernement ont tenu, ce mercredi 26 février 2020, leur séance hebdomadaire. Plusieurs nominations ont été prononcées à l’issue de ce conclave gouvernemental.…

Côte d’Ivoire : voici pourquoi Dj Arafat portait toujours des lunettes

La veuve de Dj Arafat, Carmen Sama, dans une interview accordée à Life Magazine, a révélé un gros secret de son défunt mari. Feu Ange Didier Houon alias Dj Arafat a fait son entrée sur la scène musicale en 2003 avec son titre «Hommage à…

France : que reproche-t-on à Fally Ipupa ?

Fally Ipupa est annoncé à l'AccorHotels Arena de Paris pour un concert le vendredi 28 février 2020. Mais à 48 heures de l'évènement, le spectacle de l'ex-poulain de Koffi Olomidé est menacé. Selon une information publiée par Jeune Afrique,…

Innoss’B lance une pique à Gaz Mawete

Actuellement en tournée, Innoss'B a tout de même trouver le temps pour lancer une pique à son rival Gaz Mawete au sujet de ses danses. Le jeune leader qui sera en concert ce week-end à Bamako a dans un post sur sa story Instagram fait…

30 ème anniversaire de la conférence nationale : Nicéphore Soglo en fait le bilan

Le président Soglo, a fait une importante déclaration à l’occasion de la commémoration du 30ème anniversaire de la conférence nationale de février 1990 au cours de laquelle, il a été désigné premier ministre de la transition. Cette…

Bénin : les grandes décisions du conseil des ministres du mercredi 26 février 2020

Le gouvernement béninois s’est réuni en conseil des ministres ce mercredi 26 février 2020. En sa séance hebdomadaire qui s’est déroulée avec la présence effective du chef de l’Etat, plusieurs décisions ont été prises. Infographie…

Dernières actualités

1 COMMENTAIRE
  1. Nassirou dit

    Avec le contrôle total et totalitaire de toutes les institutions impliquées dans le processus électoral (Assemblée Nationale, MISP, CENA, Cour Constitutionnelle, etc.) qui va les empêcher de proclamer les résultats de leur convenance? n’a-t-on pas vu un taux de participation élastique lors des législatives?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Secured By miniOrange