BÉNIN24 TÉLÉVISION
L'actualité en continu et en temps réel

Dialogue politique au Bénin : le parti de Sébastien Ajavon contre une loi d’amnistie exclusive

L’Union sociale libérale (Usl) de Sébastien Ajavon apprécie l’initiative du gouvernement sur la loi d’amnistie mais est contre une loi d’amnistie exclusive. Les députés de la 8ème législature vont bientôt adopter une loi d’amnistie pour mettre fin à la poursuite des personnes poursuivies ou à poursuivre dans le cadre des dernières élections législatives.

Le parti de l’homme d’affaire Sébastin Germain Adjavon approuve l’idée mais n’est pas dans la logique d’une loi d’amnistie exclusive. Dans une interview accordée à Banouto, le responsable à la communication du parti Donklam Abalo a fait savoir que si l’on s’en tient au format de la loi d’amnistie annoncée par le gouvernement, il n’aura jamais une décrispation de la situation socio-politique actuelle au Bénin.

Selon lui, pour mettre un terme à cette crise qui secoue le Bénin depuis un certain temps, l’une des exigences demeure l’arrêt des poursuites à l’encontre de tous les prisonniers mais aussi des exilés. Mais sa grande surprise, constate t-il, la loi d’amnistie envisagée par le gouvernement ne tient compte que des personnes poursuivies ou à poursuivre dans le cadre des dernières élections législatives.

Ce qui signifie clairement que les exilés politiques qui ne le sont pas dans le cadre des élections législatives ne seront pas pris en compte.

Pour le responsable à la communication du parti Usl, il faut abandonner les poursuites en cours contre tous ceux qui sont hors du territoire national. Cela contribuerait à la décrispation de la situation actuelle du pays, dans une certaine mesure, croit-il savoir. Sinon la crise, soutient-il, est très loin d’être décantée.

Par Gbènassé Junior

Rejoignez-nous sur Facebook
Nous sommes aussi sur Twitter
Application Android

Disponible sur Google Play

 

Immobilier Bénin

ACTUALITÉS RÉCENTES

ACTUALITÉS RÉCENTES

ACTUALITÉS À LA UNE

ACTUALITÉS À LA UNE

RÉVISION DE LA CONSTITUTION

RÉVISION DE LA CONSTITUTION

1 COMMENTAIRE
  1. Gerard dit

    Vous parlez d’abord d’un parti qui n’existe point. En plus, il ne saurait y avoir d’amnistie ni pour les narcotrafiquants ni pour les voleurs criminels économiques en fuite pour échapper à la justice.
    Halte aux amalgames.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse email ne sera pas publiée.