RESTEZ CONNECTÉ

ENQUÊTE

Echanges commerciaux au Bénin : entre marchandage, spéculation et négociation

Bénin24TV

Publié

le

Contrairement aux magasins, supermarchés et supérettes où les prix des articles sont généralement affichés sur une étiquette, le marchandage s’impose entre acheteur et vendeur dans les marchés africains. Entre spéculations et astuces, chaque partie tire le drap de son coté.

Nous sommes au Marché de Mènontin. A peine 9h30 que déjà le marché grouille de monde. Vendeurs et acheteurs se livrent au protocole habituel. Celui de débattre du prix d’achat et de vente des articles afin que chaque partie soit satisfaite. Dame Aïsath, vendeuse de condiments devra affronter sa troisième cliente de la journée venue se ravitailler pour son petit commerce à la maison.

«A combien rendez-vous le panier de tomates?», demande la cliente. «A 8500 FCFA», répond dame Aïsath toute souriante, sa façon à elle d’attirer ses clients et de décrisper l’atmosphère. «Je vous propose la moitié puisque j’irai aussi revendre et trouver ma part», réplique la cliente. «Vous savez que nous sommes en période de vaches maigres en ce qui concerne les tomates», insiste dame Aïsath…

Et c’est parti pour une bonne vingtaine de minutes d’échanges avant d’aboutir à un consensus. C’est ainsi que se négocie le marché entre client et acheteur en Afrique. Ainsi, la notion de marché est étroitement associée à celle de compromis relatif au prix dans la mesure où les échanges étant, volontaires, ils n’ont lieu que s’ils sont bénéfiques à toutes les parties concernées. Chacun va chercher à en obtenir le plus grand gain possible, le vendeur en proposant le prix le plus élevé que peut accepter l’acheteur. Ce dernier cherchant au contraire à imposer le prix minimal qu’accepte le vendeur s’il y trouve son compte.

En effet, le compromis ou le marchandage est une vieille stratégie commerciale qui sous-tend l’économie et les échanges en Afrique, où elle est profondément ancrée dans les mœurs où règnent les valeurs de l’oralité et de l’informel au point de faire partie de la culture du continent. Dans un grand nombre de domaines, le marchandage s’impose presque et bon nombre de vendeurs sont obligés de recourir à ce mode de négoce s’ils veulent écouler leurs produits.

«Sans marchandage, tu ne vends pas. Même si certains clients exagèrent et nous fatiguent avec, nous n’avons pas le choix. La finalité, c’est de pouvoir te débarrasser du produit et empocher les sous», témoigne un commerçant d’appareils électroménagers.

La logique économique du processus est simple. Le système d’échange étant informel, la marge bénéficiaire du marchand ou du prestataire de service est fluctuante et arbitraire. L’intérêt de ce dernier est qu’elle soit la plus grande que possible.

Au contraire du vendeur, l’intérêt de l’acheteur est que cette marge soit la plus faible que possible. C’est là, tout l’enjeu du marchandage. Le prix de cession d’une marchandise est donc le résultat d’une âpre négociation entre le vendeur et l’acheteur pour arriver à un prix consensuel satisfaisant pour les deux.

Dans ce duel qui ne dit pas son nom, le marchand lui connait la qualité de son produit et son prix limite de cession. L’acheteur ou le bénéficiaire du service, quant à lui, connait sa capacité financière pour s’adjuger le produit et doit mettre en jeu sa maîtrise du marché, la qualité du produit présenté et sa verve pour l’acquérir.

Mais, au-delà de sa fonction commerciale, le marchandage a aussi une fonction sociale. C’est aussi un moment d’échange social et de partage entre vendeur et acheteur. C’est le moment pour le vendeur de faire la promotion de son commerce. Si les deux personnes se connaissaient déjà, ils renouvellent leur lien d’amitié ou de fraternité et s’ils se rencontrent pour la première fois, c’est l’occasion de faire connaissance. Une bonne négociation commence toujours par les salamalecs d’usage, parfois même le thé avant la négociation proprement dite. Modalité d’échanges commercial ancestral, le marchandage a son code et ses règles.

«Quand on n’est pas d’humeur à palabrer ou que l’on n’a pas assez de temps, il vaut mieux le faire savoir d’entrée et demandez le dernier prix. Les marchands en majorité n’aiment pas cette situation dans laquelle ils comprennent bien que le jeu revient à quitte ou double. Les uns jouent franc jeu, d’autres, plus ou moins irascibles, vous envoient paître», explique Dame Leslie, une habituée de cette pratique qui joue le jeu quand elle a du temps.

Mais pour le grand groupe qui a un peu de temps et pas beaucoup d’argent, c’est un rituel auquel on sacrifie volontiers pour s’acheter des denrées, des produits manufacturés, un boubou ou un collier.

Le marchandage pose toutefois, du moins au théoricien, un problème fondamental : son résultat est indéterminé. Conséquence logique de ce système, chaque produit est vendu à un prix souvent différent pour chaque client. En général, les écarts sont minimes, mais ils sont parfois considérables.

Par Anielle DAGBEWATO

Partagez ceci
Suivez-nous sur Facebook

CLIQUER POUR COMMENTER

COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ENQUÊTE

Covid-19 : Bars et boîtes de nuit fermées, restaurants et cafeterias au ralenti au Bénin

Bénin24TV

Publié

le

Le gouvernement du Bénin a pris une mesure restrictive en conseil des ministres pour lutter contre la propagation du coronavirus au Bénin. Ce qui a des répercussions importantes sur plusieurs secteurs d’activités de l’économie Béninoise.

Sur le terrain, plusieurs faits ont été constatés suite aux mesures prises à savoir : La fermeture progressive, des hôtels, les bars, des boites de nuit, des espaces évènementiels et loisirs, maquis, restaurants, des sous-traitants sectoriels, ont été respectivement fermées, à la demande de l’Etat, afin de contribuer à briser la chaine de contamination du covid-19.

L’exécution de cette mesure restrictive du 30 mars au 13 avril 2020 par plusieurs gestionnaires des hôtels, bars, boites de nuit et autres. engendrent une baisse continue de leurs activités.

«Avant la mesure restrictive décrété par le chef de l’état, je tue deux à trois moutons par jour, et rien ne reste, mais depuis que nous respectons la mesure, je tue un mouton par jour. Le vendredi par exemple, j’ai tué un mouton et c’est ça qui est resté jusqu’au samedi. J’espère que vous-même vous avez constaté qu’il n’y a pas d’affluence dans notre marché. Il y a vraiment la mévente.» a expliqué Aladji Aboubakar, un vendeur de la viande de mouton dans le marché Ganhi.

«Les clients ne viennent plus du fait de la mesure prise par le chef de l’état pour limiter la propagation de coronavirus dans notre pays. Nos clients gestionnaire des hôtels et bars, restaurants sont confinés et nous même quand nous tuons un bœuf, nous partageons ça entre nous parfois, et pourtant, il y a des jours oû nous n’arrivons pas à les vendre tous. Il y a une baisse de notre activité.» a confié un boucher à Abattoir sous le sceau de l’anonymat.

Le constat est le même au niveau des cafeterias «Chez nous ici, nous respectons la mesure prise par le gouvernement béninois pour contrer le coronavirus, nous ne recevons pas les clients comme auparavant. Ce qui a provoqué une baisse de nos activités journalières.» a précisé Dangoté, le gérant de la cafétéria de Placodji.

Le constat est le même au niveau des hôtels, bars, maquis et restaurants installés tout au long de la clôture du port autonomes de Cotonou. Cette pandémie de coronavirus a impacté plusieurs secteurs d’activités libres avec des conséquences lourdes sur leurs économies.

Partagez ceci
Suivez-nous sur Facebook

CONTINUER LA LECTURE

ENQUÊTE

Coronavirus au Bénin : service minimum dans le transport, des pertes importantes

Bénin24TV

Publié

le

Dans le domaine du transport, l’effet du Covid-19 se fait cher au Bénin. Intimement lié aux autres domaines d’activités qui sont déjà en souffrance, ce secteur dans les zones concernées par le cordon sanitaire, va decrescendo. Preuve, contrairement à environ dix (10) jours en arrière, sur l’axe Cotonou-Allada, Ouidah-Tori-Zè en passant par Calavi, les taxis interurbains se font rares.

Mieux, parcourant les gares routières, des bus faisant le long trajet du Bénin profond, le constat est béat. Fermeture générale et absence de bus. Pour les chauffeurs qui s’efforcent de tenir le service, réduisant à trois (03) le nombre de clients à conduire dans les périmètres définis. comme le recommande la décision du gouvernement, ils n’ont pas hésité à revoir à la hausse les frais de déplacement.

«Pour prendre de clients de Cotonou à Allada ou de Cotonou à Tori, ce n’est plus 1.000 f cfa. Nous prenons 2.000 f cfa.», détaille un des conducteurs du parking de carrefour IITA rencontré dans l’après-midi du dimanche 05 avril 2020. Selon ses explications, le coût qui a ainsi doublé indépendamment de leur volonté ne leur permet point de faire de bonnes recettes.

Car, renchérit-il, «tous les clients ne veulent pas payer le double du montant auquel ils étaient déjà habitué. C’est ce qui fait même que certains de nos collègues ont décidé de garer leur taxi en attendant. Si nous autres qui faisons du job on gare, qu’est-ce qu’on va manger ?». Les réalités ne sont pas autres, du côté des usagers de l’axe Cotonou-Porto-Novo.

Ici comme dans les autres villes du cordon sanitaire, les bus et les mini-bus ont laissé place aux taxi-ville qui, sommés de se limiter à trois (03) clients, sont passés de 700 f cfa à 1.500 fcfa quant aux frais de transport. Et bien entendu, avec cette hausse, nombre d’activités sont aux arrêts.

Commerçante de produits laitiers et divers au marché Dantokpa, Lucie Kèkè, après deux (02) jours d’aller-retour Porto-Novo-Tokpa qui lui ont fait dépenser six (06) mille francs cfa. sans la restauration, ne s’est pas faite prier avant de renoncer à sa venue au marché où elle mène ses activités.

Si les conséquences frappent de pleins fouets les acteurs du transport sur les différents axes concernés, les racoleurs communément appelés klébés n’en sont pas épargnés. Les 100 francs cfa, 200 francs cfa, 300 francs cfa souvent obtenus en guise de bénéfices sur les clients apportés aux chauffeurs ne sont plus au rendez-vous.

Pour Aubin Odjo, «le manque a gagné depuis plus d’une semaine est grand». A l’en croire, depuis l’entrée en vigueur de la décision du gouvernement, la grande majorité des racoleurs sont entrés dans une forme de chômage c’est parce que ces dernières n’ont pas d’autres activités qu’ils s’adonnent au racolage sur les parkings. Dans leur rang, la stratégie pour tromper l’oisiveté, l’ennui et le besoin, chacun le développe.

«En attendant que les activités des bus en direction du marché Tokpa, et les taxis qui vont à Dassa, Savalou et autres ne reprennent, j’aide un ami dans le domaine de l’entretien. Quand il a de marché, je le suis et on gère ça.» confie Euloge Assan, la trentaine environ. Au-delà de tous ces aspects, le transport fluvial ne fait pas exception à la règle du gouvernement.

Au contact des riverains de l’embarcadère de Calavi, les riverains essaient à la mesure du possible d’observer la règle de 3 passagers recommandée. Tout ceci ramène à dire que le secteur du transport avec tous ses composantes, vit en soubresaut face au coronavirus.

Partagez ceci
Suivez-nous sur Facebook

CONTINUER LA LECTURE

DERNIÈRES ACTUALITÉS

ECONOMIEIl y a 2 heures

Air France s’est engagée à réduire de 50% ses émissions de CO2, selon Elisabeth Borne

La ministre de la Transition écologique a également appelé les Français à organiser leurs vacances d’été dans l’Hexagone. Air France...

MOYEN-ORIENTIl y a 2 heures

Le président afghan va faire libérer jusqu’à 2000 prisonniers talibans

Le président afghan Ashraf Ghani a lancé dimanche la procédure de libération de quelque 2.000 prisonniers talibans dans un «geste...

ECONOMIEIl y a 2 heures

La dette française sera «sans doute» supérieure à 115% du PIB en fin d’année, indique Gérald Darmanin

La dette publique, qui était sous la barre des 100% du PIB en fin d’année 2019, bondit en raison de...

HIGH-TECHIl y a 4 heures

Lutte contre le Covid-19 : les béninois amplifient la pratique du e-commerce

La dématérialisation de tous les services commerciaux est devenue le moyen le plus utilisé au Bénin dans tous les secteurs...

ENQUÊTEIl y a 4 heures

Covid-19 : Bars et boîtes de nuit fermées, restaurants et cafeterias au ralenti au Bénin

Le gouvernement du Bénin a pris une mesure restrictive en conseil des ministres pour lutter contre la propagation du coronavirus...

ECONOMIEIl y a 4 heures

Dons dans la lutte contre le coronavirus : les entreprises privées ont offert 257 millions FCFA au Bénin

Le gouvernement du Bénin a fait le point des dons en numéraires et matériels reçus dans le cadre du sursaut...

ENQUÊTEIl y a 4 heures

Coronavirus au Bénin : service minimum dans le transport, des pertes importantes

Dans le domaine du transport, l’effet du Covid-19 se fait cher au Bénin. Intimement lié aux autres domaines d’activités qui...

CORONAVIRUSIl y a 4 heures

Covid-19 au Bénin : voici le département le plus touché

A l’instar d’autres pays du monde, le Bénin est secoué depuis quelques mois par la crise sanitaire liée à la...

ECONOMIEIl y a 4 heures

Transactions mobile money : les pays en développement enregistrent 786,5 milliards FCFA chaque jour

Le Mobile Money a battu tous les records dans les pays en développement. Selon un récent rapport de la Banque...

ENQUÊTEIl y a 4 heures

Fabrication de dispositif de lavage de mains : de bonnes affaires pour les soudeurs

A quelque chose malheur est bon dit-on. Pendant que la crise du coronavirus plonge des milliers de béninois dans le...

ECONOMIEIl y a 4 heures

Impacts du Covid-19 hors du cordon sanitaire : hausse drastique du coût de transport dans le Zou et le Couffo

La vague des effets du coronavirus ne pèse pas seulement sur les activités économiques dans les 15 villes comprises dans...

CULTUREIl y a 4 heures

Covid-19 et sécurité alimentaire : un chercheur prône l’agriculture urbaine

Pour préserver la sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations, il est nécessaire de promouvoir une agriculture urbaine qui transcende les...

ECONOMIEIl y a 4 heures

Maroc : hausse de 6% des exportations des produits maraîchers en huit mois

Les exportations des produits maraîchers marocains ont enregistré une hausse de 6% entre le 1er septembre et le 9 mai...

ENQUÊTEIl y a 4 heures

Baisse d’activité économique due au Coronavirus : les coiffeuses et coiffeurs en font aussi les frais

La liste des secteurs d’activités touchée par la crise du Coronavirus est bien longue. Et les coiffeuses et coiffeurs ne...

CORONAVIRUSIl y a 4 heures

Covid-19 :  de nouveaux cas confirmés au Bénin

Le Bénin a enregistré de nouveaux cas confirmés de coronavirus. C’est ce qui ressort du nouveau bilan sur le site...

LE 229Il y a 7 heures

Bénin – Ramadan 2020 : l’adresse de Patrice Talon à la communauté musulmane

A l’instar d’autres du monde, les fidèles musulmans du Bénin célèbrent, ce dimanche 24 mai 2020, l’Aïd El Fitr, fête...

CORONAVIRUSIl y a 12 heures

Pékin «prêt» à une coopération internationale sur l’origine du virus

La Chine est «prête» à une coopération internationale afin d’identifier la source du nouveau coronavirus, a déclaré dimanche le ministre...

ASIEIl y a 12 heures

La Chine est «au bord d’une nouvelle Guerre froide» avec les États-Unis

La Chine et les Etats-Unis sont «au bord d’une nouvelle Guerre froide», a averti dimanche 24 mai le ministre chinois...

CÔTE D'IVOIREIl y a 12 heures

Fête de Ramadan : Ouattara prie pour que la Covid-19 «s’éloigne de la Côte d’Ivoire»

Le président ivoirien Alassane Ouattara qui a fait samedi la prière de l’Aïd-El-Fitr ou fête de Ramadan à sa résidence...

CORONAVIRUSIl y a 12 heures

Sénégal : vers un dispositif de suivi de l’impact du coronavirus

L’Agence nationale de la Statistique et de la Démographie (ANSD) du Sénégal Lance, le 27 mai 2020, une enquête dans...

ECONOMIEIl y a 12 heures

Afrique : pour des économies plus résilientes à travers l’intégration

La Commission économique pour l’Afrique (CEA), la Banque africaine de développement (BAD) et la Commission de l’Union africaine (CUA) invitent...

SPORTSIl y a 12 heures

Bundesliga : Dortmund s’impose, Leverkusen s’offre Mönchengladbach, le Bayern déroule

Le Borussia Dortmund a ramené la victoire de son déplacement à Wolfsburg (2-0), samedi, à l’occasion de la 27e journée...

ASIEIl y a 12 heures

Hongkong : la police tire des lacrymogènes sur les manifestants pro-démocratie

La mouvance pro-démocratie hongkongaise a appelé dimanche la population à descendre dans les rues pour dénoncer le projet de Pékin...

CULTUREIl y a 12 heures

Egypte : le meurtrier de la diva libanaise Suzanne Tamim gracié

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a gracié samedi des milliers de prisonniers pour la fin du ramadan, parmi lesquels...