BÉNIN24 TÉLÉVISION
L'actualité en continu et en temps réel

En cas de défaite

Patrice Talon mobilise sa troupe pour les communales. C’est lui qui est à la manette. Il multiplie les rencontres avec ses feudataires. Mieux, pierre angulaire de la famille présidentielle, il bouge dans toutes les directions aujourd’hui désespérément bloquées. En cas de défaite aux communales, qui pour assumer ? Bruno Amoussou, Bio Tchané, les anciennes moelles épinières de la stratégie politique des deux partis ou Patrice Talon lui-même ? Analyse dans l’exercice de l’éditorial du jour.

Le chef de l’Etat est sur tous les fronts pour les stratégies en faveur de son camp. Bruno Amoussou, Bio Tchané et les autres ne sont que des spectateurs joyeux ou morveux (selon leur rôle marginal actuellement). A qui la faute ?

Pas à Patrice Talon mais à ceux qui ont cautionné le tutorat dans une démocratie visiblement chancelante. Paradoxalement, le péril le plus clair, c’est que Patrice Talon donne le ton des manœuvres sur la base d’une si grande intensité. Tout se passe comme si on est en territoire conquis ou que les béninois sont amnésiques.

Dans le premier cas, c’est que le chef de l’Etat pense qu’il suffit de mobiliser sa troupe essentiellement à partir de l’expression de la diversité interne pour gagner les élections.

Mettre en état de veille sa troupe par rapport aux enjeux des communales, est certes louable. Mais le faire dans un tel cirque politique ou dans un recoin obscur sans en donner un angle original, ne peut qu’engendrer des rhétoriques de prophète. Dans de tel cas, on connait la formule du peuple souverain hurlant. «Sanctionner tout leader qui a déjà tout».

Et en la matière, Patrice Talon est gâté par l’abondance du bien. Il avait déjà sa Cour constitutionnelle, sa Cena. Il vient d’avoir son Parlement et sa Constitution. Alors la question du peuple souverain est de savoir que veut-il faire encore des élections de proximité avec ces démocrates apparents descendus d’une très étroite oligarchie ?

Si Patrice Talon cherche son point de gravité dans ces conditions alors qu’il ne regrette pas de s’être trop impliqué dans les communales et les municipales.

ARTICLES SIMILAIRES

Dans le second cas, c’est que les Béninois refusent d’être amnésiques. En effet, refusant d’être en fin de cycle après les dernières législatives où on a distribué des balles aux républicains qui dénonçaient les élections exclusives, les municipales et communales sont une opportunité de revanche.

En effet, pour les 73% des Béninois qui ont boycotté les législatives, refuser l’amnésie, c’est être contre les stratégies du pouvoir. Ce qui passe par l’incarnation du peuple et ce sans fabrication d’histoires.

Avec ce type de formulation, pour le peuple souverain, les prochaines communales et municipales, à partir d’une échelle de degrés, permettront un travail de deuil nécessaire pour modifier les repères.

Coincés par leurs inhibitions, la mouvance présidentielle préfère s’accrocher à des stratégies ennuyeuses et subalternes. Avec ces dernières, elle pense humilier voire harceler une fois encore le peuple béninois.

En cas de défaite, qui assumera ? Patrice Talon ? Ou les responsables des deux partis Bio Tchané ou Bruno Amoussou ? Pourvu que dans leurs stratégies synonymes d’encroûtement, les manoeuvres des “irréductibles ” ne ressurgissent plus comme en Avril 2019. Ne sait-on jamais la trop grande probabilité de la défaite pourrait encore engendrer une certaine psychorigidité.

Par Titus FOLLY

SickaSport

Dernières actualités

Port obligatoire de masque contre le Covid-19 : l’appel du Ministre Sacca Lafia aux Béninois

A travers un communiqué rendu public ce mardi 07 avril 2020, le Ministre de l'intérieur et de la sécurité publique Sacca Lafia invite les populations situées au sein du cordon sanitaire au respect strict de la mesure du port obligatoire de…

Non respect de la fermeture des lieux de culte : 04 responsables d’églises arrêtés à Pobè

Pour n'avoir pas respecté la mesure gouvernementale portant fermeture des lieux de culte reste encore en vigueur dans le pays en raison de la pandémie du Coronavirus, deux pasteurs et deux prêtres de l'église catholiques ont été interpellés…

La libération de Habré est «un coup de massue sur la tête» (victimes)

La libération de l'ancien président tchadien, Hissein Habré, par la justice sénégalaise pour deux mois à cause de la pandémie de Covid-19, a été très mal accueillie, mardi à NDjaména, par les victimes de son régime (1982-1990). Le…

Maroc : les dentistes appelés à fermer leurs cabinets

Le ministère de la Santé a appelé à la fermeture des cabinets dentaires à la consultation physique des patients et à sa substitution par la téléconsultation, les conseils médicaux à distance et les prescriptions électroniques. Dans une…

Le port du masque de protection désormais obligatoire au Maroc

Le port du masque de protection devient obligatoire, dès demain au Maroc, pour toutes les personnes autorisées à quitter le domicile pour les raisons préalablement annoncées, indique lundi dans la soirée un communiqué commun entre les…

La Côte d’Ivoire passe le cap de 300 cas confirmés au Covid-19

La Côte d'Ivoire a enregistré, lundi, 62 nouveaux cas de Covid-19, portant à 323 le nombre total de cas confirmés dont 41 guéris et trois décès, selon un bilan du ministère ivoirien de la Santé et de l’hygiène publique. «Le ministère de la…

Le ministre ivoirien de la Défense, Hamed Bakayoko, testé positif au Covid-19

Le ministre d’Etat, en charge de la Défense en Côte d'Ivoire, Hamed Bakayoko, annonce avoir été testé positif au Covid-19 suite à un prélèvement effectué dimanche mais ne présente aucun signe de la maladie, sur sa page Facebook, une…

Gestion des quatre ans de Talon : des réformes économiques pertinentes et appréciées

Le chef d’Etat béninois, Patrice Talon a été investi le 6 avril 2016 au stade Charles de Gaulle de Porto-Novo. Quatre ans jour pour jour après sa prise officielle de pouvoir, de nombreuses réformes ont impacté l’économie du pays.…

Dernières actualités

1 COMMENTAIRE
  1. DEMAKOS dit

    Notre éditorialiste délimite curieusement la période de l’amnésie qu’il voudrait voir le peuple béninois combattre à l’après 2016.
    Mais est ce à dire que ce peuple vivait au paradis avant 2016 ?
    Si tel était le cas, l’alternance de 2016 n’aurait jamais eu lieu. Point final.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse email ne sera pas publiée.