BÉNIN24 TÉLÉVISION
L'actualité en continu et en temps réel

Entretien exclusif : «Plus de 60% de béninois vivent des relations Bénin-Nigéria»

Ancien ministre et directeur scientifique du Laboratoire d’analyse régionale et d’expertise sociale (Larès), le Pr John O. Igué, par rapport à cette thématique, qui mieux que lui pour le diagnostiquer ? Le Bénin scientifique et intellectuel est unanime qu’il dispose d’une expertise avérée sur les questions relatives aux échanges entre le Nigéria et le Bénin.

Dans cet entretien, il analyse l’impact de la fermeture des frontières sur les activités socio- économiques au Bénin, impacts qui touchent plus les ménages que l’élite. Il recommande pour un dénouement rapide, un pas diplomatique du Bénin vers la CEDEAO en synergie avec les autres Etats concernés afin d’amener le Nigéria à revoir sa position.

Professeur IGUE, pourquoi dit-on souvent que quand le Nigéria éternue, le Bénin est enrhumé ?

(Sourire…). Cet adage illustre bien notre dépendance vis-à-vis du Nigéria. En effet, l’Etat béninois ne contrôle que 30% de la population. Ce pourcentage qui vit des services et des réformes de l’Etat. Cela veut dire que l’effort macroéconomique de développement que l’Etat fourni, n’atteint qu’une frange de la population, c’est-à-dire 30%.

Les gens sont totalement ignorants de tout cela à cause de leur niveau de connaissance. Et le reste vit au rythme du secteur informel. C’est pourquoi quand l’Etat ne marche pas bien ici, quand le fonctionnement de l’Etat pose problème, personne ne se soulève et il n’y a pas de révolte populaire sauf au niveau des syndicats. Le reste vit des relations Bénin-Nigéria. Il faut oser le dire plus de 60% de béninois vivent des relations Bénin-Nigéria. Pour vous en convaincre, il vous suffit de regarder les étalages des femmes qui vendent, ce sont les produits du Nigéria.

Quelle analyse faites-vous de la fermeture du poste-frontière de Sème intervenue depuis le 20 août passé ?

Quand on parle de fermeture des frontières entre plusieurs Etats, ce n’est jamais une bonne chose. Cela signifie qu’il y a problème, il y a malaise. Dans le cas de la fermeture du poste-frontière de Sème, la population au Bénin va le ressentir et le ressent déjà. Le prix des produits pétroliers s’affolent. Il y aura la prolifération des circuits informels.

La fermeture des frontières a toujours favorisé une couche de la population. Tous les postes frontaliers fermés ne contribueront plus à l’économie béninoise. Et notre capacité à soutenir la production diminue quand le prix se multiplie par deux. Certes le Nigéria a des problèmes de devise et que l’informel nourrit aussi son économie mais c’est le Bénin le plus affecté.

Qu’est ce qui explique souvent le manque d’anticipation et cette tendance de l’Etat à vouloir banaliser la situation de fermeture de frontière entre le Bénin et le Nigéria ?

C’est parce que nous sommes trop francophone. Et que l’Etat est un groupuscule de copains qui a sa sécurité à partir des ressources des impôts et de la douane. Ce qui fait que le Nigéria ne l’intéresse pas. Ceux-là que cela n’intéressent pas, font partie des 30%. Ils se disent que ce qui se passe ne va pas les impacter. Par contre les 70% vont commencer par souffrir. Vous voyez déjà l’inflation au niveau du prix de l’essence frelatée communément appelé le ‘’kpayo’’, les plus touchés par cette situation, ce sont les ménages à revenus faibles.

Justement, c’est l’augmentation du prix du ‘’kpayo’’ qui saute à l’œil mais à quoi peut-on encore s’attendre les jours à venir ?

Au-delà du ‘’kpayo’’, cette fermeture va avoir des répercussions sur les ressources de la population. Celui qui dépensait chaque mois par exemple 10 000 FCFA en carburation, va devoir prévoir 20 000 FCFA aujourd’hui. Mais où va-t-il trouver le complément ? Nous allons vers la rentrée scolaire et les parents doivent faire face à d’autres dépenses. Et si cela dure, cette situation va provoquer une inflation générale ici au Bénin. Presque tous les produits vont connaître une augmentation de prix d’ici quelques jours si la situation avec le Nigéria ne s’arrange pas. Ce qui va davantage peser sur les ménages.

Qu’est ce qui peut être fait par les Etats concernés par cette fermeture afin de régler au plus vite la situation ?

Les Etats concernés par cette décision du Nigéria doivent rapidement se concerter et saisir la CEDEAO et dire que ce que fait le Nigéria est contraire aux lois de la communauté. Et demander à ce que le Nigéria s’explique. Je reste persuadé que si de façon concertée ces Etats font en sorte que le Nigéria soit interpellé par la CEDEAO, la durée de la fermeture peut être revue et ne plus atteindre 28 jours. Et comme c’est le Bénin qui est le plus affecté par cette décision, il lui revient de prendre l’initiative. La CEDEAO doit se réunir en décembre de façon ordinaire mais puisque c’est trop loin, il faut provoquer une réunion extraordinaire.

Très souvent, lorsque le Nigéria prend des décisions, il ne mesure pas leur impact sur les autres. C’est le lieu de leur rappeler que nous sommes dans un système unique. Et qu’il a été mis en place des traités de coopération transfrontalière. Et si c’est la CEDEAO qui le dit, les nigérians vont revoir leur position parce qu’ils n’ont aucun intérêt à provoquer une crise dans la zone.

Les raisons évoquées par le Nigéria ne sont-elles pas suffisamment pertinentes ?

Ce n’est pas de cela qu’il s’agit. La situation des crises, de ‘’Boco Haram’’, des jiadistes du Sahel et consorts est devenue une question récurrente. Tous les pays sont concernés aujourd’hui. Et donc, un seul pays ne peut prétendre prétexte de ces cas pourtant graves pour pour fermer ses frontières aux autres en dépit de sa puissance.

Peut-on espérer un dénouement dans les tout prochains jours ?

Les incidences de cette fermeture touchent tous les pays de la CEDEAO et a des impacts considérables. Mais celui qui vit le plus du Nigéria, c’est le Bénin et c’est lui qui doit prendre l’initiative de mobiliser les autres pays afin d’aller vers le Nigéria dans un mouvement d’ensemble. Le Nigeria étant très susceptible, les nigérians sauront revoir leur position.

Propos recueillis par Dorice DJETON

SickaSport

Dernières actualités

Poutine : des militaires russes ont aidé les Syriens à maintenir la «souveraineté» du pays

Les militaires russes déployés en Syrie ont réussi à éliminer d’importants groupements terroristes qui représentaient une menace non seulement pour la souveraineté de ce pays arabe, mais aussi pour la Russie, a déclaré Vladimir Poutine.…

Liban : au moins deux blessés après l’explosion d’une bombe à Tripoli

Une bombe a explosé ce dimanche 23 février dans un immeuble résidentiel de la ville libanaise de Tripoli, blessant deux personnes, rapporte Reuters. Deux personnes ont été blessées ce dimanche 23 février à Tripoli, au Liban, dans…

Puy-de-Dôme : au moins deux morts dans le crash d’un avion de tourisme à Beaulieu

Un pilote et son passager sont morts dimanche après-midi dans le crash d'un avion de tourisme dans le Puy-de-Dôme, a-t-on appris auprès des pompiers, confirmant une information du quotidien régional La Montagne. L'accident s'est produit…

Îles de Canaries : les huit aéroports des Canaries ferment en raison d’une tempête de sable

L'ensemble des huit aéroports situés sur l'archipel des Canaries ont fermé dimanche alors que des vents violents chargés de sable réduisaient nettement la visibilité, ces mêmes vents ayant entraîné déjà samedi des perturbations dans trois…

G20 : le coronavirus, un «risque réel sur la croissance mondiale», selon Bruno Le Maire

Les ministres des Finances et les gouverneurs des banques centrales du G20, réunis à Ryad, sont prêts à prendre des mesures pour contrer le «risque réel» que fait peser le coronavirus sur l'économie mondiale, a déclaré dimanche le ministre…

Le développement des routes en Afrique au menu d’une conférence à Dakar en mars

Le développement de la route et des transports en Afrique fera l’objet de la conférence inaugurale de «The Africa Road Builders» 2020 dotée du trophée Babacar N'Diaye, ex-président de la Banque africaine de développement (BAD) le 25 mars…

Suppression du compte Instagram de Booba : le patron de Facebook met les choses au clair

Suite à son mauvais comportement et ses actes haineux, Booba a été supprimé de Instagram. Le patron de Facebook est donc revenu sur les faits. Il ne s’y attendait pas du tout, et pourtant … Booba n’a pas échappé à la punition de…

Booba et sa fille Luna : une ressemblance frappante, les internautes réagissent (photo)

Booba vient de poster un photo montage de lui et sa fille ! Sur le cliché, on peut donc voir que Luna ressemble beaucoup à son paternel ! Luna est une vraie star ! En effet, les internautes la connaissent très bien ! Et pour cause, Booba…

Dernières actualités

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Secured By miniOrange