RESTEZ CONNECTÉ

ENQUÊTE

Fromage de soja : source de lutte contre la pauvreté

Bénin24TV

Publié

le

Légumineuse dont la transformation sert à fabriquer plusieurs produits dont le fromage, il est très prisé dans l’alimentation en Afrique. Ces derniers temps, le fromage de soja est de plus en plus un tremplin pour la lutte contre la pauvreté.

Selon le sociolinguiste Benoît Bacho, dans les pays comme le Burkina-Faso, le Mali, la Côte d’Ivoire, le Togo, sans oublier le Bénin, le fromage de soja est de plus en plus répandu. Au-delà de ces pays, il y a le Nigeria et le Ghana qui l’adoptent déjà sans oublier le Cameroun et la République démocratique du Congo.

Des études récentes relatives à l’inclusion financière dans ces pays ci-dessus cités, il ressort que la production du fromage de soja est devenue un créneau porteur, car elle occupe désormais 2% des femmes dans toute cette zone africaine. Mieux que 19% des femmes qui étaient actives dans le secteur de la production du fromage du lait, se sont reconverties au secteur du soja.

«A 25 F CFA le morceau, le compte est bon pour les enfants et même pour la famille. Maintenant dans ce conteste de conjoncture économique ou payer le fromage de lait devient difficile, le fromage de soja, moins cher devient l’alternative…», affirme Dame Abibath, vendeuse de fromage de soja rencontrée à Parakou.

Ce jour-là, devant son étale faite d’une petite table couverte d’une toile cirée de couleur bleue, elle était pleine de grâce, car pour la créer, la nature avait mis tous les soins. Ses cheveux crépus transparaissent de la boukha de couleur noire. Ses lèvres lippues, dorées, mais aussi luisantes témoignent pour elle. L’étale se trouve sous une ombrelle.

Dans la bassine en plastique de couleur cendre posée sur la table, il y a des morceaux de fromage de soja. Ils sont coupés en losange, ou en triangle. Des enfants l’entourent. Ils sont une dizaine. Chacun d’eux crie et manifeste son désir d’acheter en premier. Ils se bousculent. Tout se passe dans un tohubohu.

«C’est ainsi tous les midis quand les enfants reviennent de l’école», lâche-t-elle avec sourire. Surnommée ‘’Amonnon’’, elle est satisfaite de son bénéfice journalier. Puis elle se réjouit tout de même d’avoir des clients fidèles. «Honnêtement, j’apprécie le fromage de cette dame. Il n’y a pas ce jour où je ne viens acheter chez elle», lance un garçon, la dizaine révolue.

Dans les gargotes et chez les commerçantes culinaires dans les ruelles en Côte d’Ivoire, au Burkina-Faso, au Togo, au Bénin, au Cameroun, la République démocratique du Congo, le Nigeria et le Ghana, le fromage de soja est de plus en plus répandu. Utilisé dans l’alimentation, il relègue désormais poissons, viandes, œufs, et même son ancêtre, le fromage fait à base de lait appelé ‘’warangachi’’ ou ‘’Gassarou’’ au Bénin.

Ce dernier n’a plus la part belle, c’est donc le fromage de Soja qui règne en maitre, car il permet aux familles à revenu modeste de trouver leurs comptes. Ce que confirme d’ailleurs le sociolinguiste Benoît Bacho : «Le fromage de soja remplace le poisson, le fromage de lait et la viande qui connaissent déjà une cherté remarquable».

Selon les saisons, le fromage de lait varie entre 1000 et 2000 F CFA selon le grammage de trois à cinq KG. En dépit de ce coût peu onéreux, ce produit a commencé par être remplacé dans les marmites et assiettes, par le fromage de soja. «Avec moins de 500F de fromage de soja, tous les membres de la famille sont servis. Ce qui revient deux à trois fois moins cher que si nous devons nous alimenter au poisson ou à la viande», a laissé entendre Dame Dialou à Cotonou.

De nos jours, le fromage à base de soja est devenu un ‘’aliment vedette’’ non seulement pour sa valeur nutritive, mais aussi pour ses multiples potentialités culinaires et médicinales. Le fromage de soja, selon Dine Nahim, nutritionniste de son Etat :

«C’est l’un des produits issus de la transformation des grains de soja. C’est une légumineuse qui contient des protéines complètes, pouvant remplacer la viande chez les végétariens. De plus, le soja ne contient pas de cholestérol et on y retrouve des gras de bonne qualité incluant des acides monoinsaturés et polyinsaturés».

Selon le sociologue Rodrigue Sossouhounto, le fromage de soja règle le problème de la précarité, permettant aux familles à petit revenu, de bien manger comme d’autres en matière de vitamines dont l’organisme a besoin. On comprend de plus en plus alors les raisons de cette ruée depuis quelques années vers le fromage de soja. Du coup, les morceaux de viande ou de poissons ou de fromage à base de lait de vache dans les plats ne sont plus fréquents.

Une filière rentable sur le point de s’imposer

Selon nos enquêtes à Parakou, Nikki, Kandi au Bénin et Dosso et Niamey au Niger, cette activité nourrit son homme. Pour 15 KG de soja transformés par jour au prix de 200 FCFA/KG, le fromage produit est vendu à 9.000 FCFA. Si l’on tient compte d’un coût de production de 5.200 FCFA, la marge nette journalière est de 3.800 FCFA. En ramenant le revenu à l’échelle d’un mois, une commerçante peut gagner entre 75.000 et 100.000 F CFA.

«Quand je prends cinq mesures de soja, je dépense au total 2625 F CFA à raison de 1500 f pour cinq mesures du soja, 300f pour le bois de chauffe et 575f pour l’huile d’arachide. J’ai donc un bénéfice de 2000 F CFA», déclare Dame Sina, une vendeuse de fromage rencontrée à Kandi.

La transformation du soja en fromage est devenue depuis des années, une activité essentiellement rentable. En effet, les femmes sont les principales actrices de la chaîne de valeur du fromage de soja. Toutes les opérations du processus de transformation, à l’exception de la mouture, sont l’apanage des femmes.

De même, elles en assurent la commercialisation, à travers plusieurs formes de consommation qu’elles ont développées. Cela témoigne de leur savoir-faire. «Nous les femmes avions la responsabilité de faire manger toute la famille. Donc préparer le fromage de soja et aller le vendre au marché, c’est notre travail. Il en sera ainsi!», déclare fièrement Dame Mounath, rencontrée à Malanville à la frontière nigéro-béninoise.

Autres impacts

L’activité de transformation de soja en fromage est donc devenue la principale source du revenus des transformatrices qui y consacrent la majeure partie de leur temps. Depuis qu’elles ont commencé cette activité, elles contribuent aux dépenses familiales comme la scolarité des enfants, les soins de santé, l’alimentation de la maison sans oublier l’habillement des membres de la famille.

Mieux, la gestion des déchets issus de la transformation de ce produit et la collecte des eaux usées sont également des opportunités. Pendant la saison sèche, les eaux usées sont distribuées aux éleveurs de bétail pour abreuver leurs animaux. Tout ceci est assorti d’un contrat saisonnier de labour d’un hectare de terre.

Quant aux sons de soja, ils sont vendus aux éleveurs qui s’en servent comme complément alimentaire distribués aux animaux à raison de 500 FCFA la bassine de 25 KG. Tout cela constitue d’autres sources de revenus pour le développement de cette activité de transformation du soja en fromage.

En outre, pendant la saison pluvieuse, les eaux usées issues de la transformation sont déversées dans des puisards construits à cet effet. Il convient aussi de souligner que la culture du soja est une activité qui permet d’améliorer la fertilité des sols en lui restituant les éléments prélevés.

Notons également la maitrise des notions écologiques par les femmes qui s’adonnent aux fromages de soja et qui utilisent des foyers améliorés pour la cuisson du fromage. Ce qui permet de réduire la quantité de bois utilisée.

Si ce produit alimentaire peut donc être accompagné de plusieurs mets, les risques d’indigestion ne sont pas trop grands. Car, selon César Ahononga, médecin de son Etat, le soja est riche en vitamines même s’il est déconseille d’ailleurs aux femmes enceintes.

Certains spécialistes disent apprécier l’impact du fromage de soja, car il freine la ruée des populations vers le poisson et la viande. Mieux, c’est une alternative au lait de vache qui n’est pas aussi riche en protéine que le lait de soja. Il faut encore de la promotion autour de cette richesse en vue de réduire la dépendance aux poisons, volailles et autres.

Avec le fromage de Soja qui a le vent en poupe, le fromage ‘’Wanrangachi’’ rependra-t-il du poil de la bête devant cette montée en puissance du ‘’amon soja’’ ? Beaucoup de consommateurs pensent que sa suprématie est du passé, car celui du soja est parti pour s’installer durablement.

Le soja, une graine miracle

L’impact du Soja OGM sur le revenu des agriculteurs est considérables, les agriculteurs ont réalisé d’importantes économies et ont fait plus de bénéfices selon les résultats de Brooks, G. et Barfoot, P. en 2010. Le soja couvrait 102,6 millions d’ha avec une production d’environ 265 millions de tonnes, à l’échelle mondiale selon le Fonds des Nations unis pour l’alimentation (FAO, 2010). .

Le soja est resté longtemps une culture marginale en Afrique, ce n’est qu’en 1967 que l’IITA a fait de la recherche sur le soja et la vulgarisation des connaissances relatives à cette culture auprès de la population selon les recherches de Karaboneye, en 2013. Il a fallu attendre jusqu’à 1970 que le l’IITA débute son programme d’amélioration de lignées africaines de soja. Aujourd’hui le soja est considéré en Afrique comme une des solutions qui pourrait améliorer la qualité de l’alimentation des populations africaines.

Les graines de soja contiennent de 18 à 25% de lipides, ce qui est un taux relativement faible. Malgré cela, l’huile de soja vient au premier rang mondial de toutes les huiles d’origine végétale et sert à préparer : des margarines des graisses végétales, de l’huile de table, des vernis, des peintures, des savons, de l’encre d’imprimerie, de la glycérine, des lubrifiants,… grâce à son huile, le soja est une plante miracle qui n’est pas encore assez connue.

La farine déshuilée de soja entre pour une bonne part dans l’industrie alimentaire : biscuiterie, boulangerie, pâtisserie, pâtes alimentaires, laiterie, fromage, aliments pour enfants, aliments de régime (diabétiques).

Selon le mémento de l’agronomie, en sa quatrième édition (1993), la composition de lait de soja comparé au de vache donne 5,7% de protéines pour le lait de soja et 3,5% pour le lait de vache. En matière de lipides, le lait de soja renferme 2,4% contre 4% pour le lait de vache.

Au niveau des Matières hydrocarbonées, le lait de soja contient 1,4% contre 5,2% pour le lait de vache. Le lait de soja est également composé de cendres : 0,8% contre 0,7% pour le lait de vache. On trouve aussi de l’eau dans lait de soja évaluée à 8,9% contre 86% pour le lait de vache. Il ressort de ce tableau que le lait de soja a plus beaucoup d’éléments nutritifs que le lait de vache.

Le soja est surtout considéré comme un aliment protidique. C’est donc un aliment de choix pour valoriser les régimes à bases de céréales, en particulier, de base de riz. En outre, le soja et ses farines sont remarquables sources de vitamines B1, B2 et PP. par contre, il ne possède pas de vitamine C. on peut y remédier par consommation de germes de soja qui contiennent de la vitamine C à une dose convenable.

Il est en outre une source de nourriture très économique et en même temps un médicament en raison de son contenu en génistéine, en produits photochimiques et en isoflavones. La composition moyenne de graines entières de soja est de 335 calories, 8% d’eau, 38% de protides, 18% de lipides, 31,30% de glucides et 4,70% de cendres.

La composition des farines entières, cuticule enlevée est de 357 calories, 8% d’eau, 39% de protéines, 21% de lipides, 27,40% de glucides et 4,60% de cendres. Quant à la farine particulière déshuilée, elle contient 261% de calories, 8% d’eau, 46% de protéines, 5% de de lipides, 36,20% de glucides et 4,80% de cendres. Ces données issues de la quatrième édition du mémento de l’agronomie (1993) montrent bien que la graine transformée de soja est encore plus riche qu’une graine entière.

Ainsi donc, le soja, une légumineuse apparue en chine depuis l’an 3000 avant Jésus-Christ, est cultivé depuis des millénaires en Extrême-Orient, et n’a été répandue que récemment dans le monde en passant par l’Amérique et l’Europe pour finalement regagner l’Afrique.

Il contribue à l’amélioration de la qualité alimentaire humaine, grâce à sa forte teneur en acides aminés essentiels (lysine, l’isoleucine, thréonine et méthionine) selon une étude menée par Sandrine A. en 2013.

Par Marc GBAGUIDI

Partagez ceci
Suivez-nous sur Facebook

CLIQUER POUR COMMENTER

COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ENQUÊTE

Covid-19 : Bars et boîtes de nuit fermées, restaurants et cafeterias au ralenti au Bénin

Bénin24TV

Publié

le

Le gouvernement du Bénin a pris une mesure restrictive en conseil des ministres pour lutter contre la propagation du coronavirus au Bénin. Ce qui a des répercussions importantes sur plusieurs secteurs d’activités de l’économie Béninoise.

Sur le terrain, plusieurs faits ont été constatés suite aux mesures prises à savoir : La fermeture progressive, des hôtels, les bars, des boites de nuit, des espaces évènementiels et loisirs, maquis, restaurants, des sous-traitants sectoriels, ont été respectivement fermées, à la demande de l’Etat, afin de contribuer à briser la chaine de contamination du covid-19.

L’exécution de cette mesure restrictive du 30 mars au 13 avril 2020 par plusieurs gestionnaires des hôtels, bars, boites de nuit et autres. engendrent une baisse continue de leurs activités.

«Avant la mesure restrictive décrété par le chef de l’état, je tue deux à trois moutons par jour, et rien ne reste, mais depuis que nous respectons la mesure, je tue un mouton par jour. Le vendredi par exemple, j’ai tué un mouton et c’est ça qui est resté jusqu’au samedi. J’espère que vous-même vous avez constaté qu’il n’y a pas d’affluence dans notre marché. Il y a vraiment la mévente.» a expliqué Aladji Aboubakar, un vendeur de la viande de mouton dans le marché Ganhi.

«Les clients ne viennent plus du fait de la mesure prise par le chef de l’état pour limiter la propagation de coronavirus dans notre pays. Nos clients gestionnaire des hôtels et bars, restaurants sont confinés et nous même quand nous tuons un bœuf, nous partageons ça entre nous parfois, et pourtant, il y a des jours oû nous n’arrivons pas à les vendre tous. Il y a une baisse de notre activité.» a confié un boucher à Abattoir sous le sceau de l’anonymat.

Le constat est le même au niveau des cafeterias «Chez nous ici, nous respectons la mesure prise par le gouvernement béninois pour contrer le coronavirus, nous ne recevons pas les clients comme auparavant. Ce qui a provoqué une baisse de nos activités journalières.» a précisé Dangoté, le gérant de la cafétéria de Placodji.

Le constat est le même au niveau des hôtels, bars, maquis et restaurants installés tout au long de la clôture du port autonomes de Cotonou. Cette pandémie de coronavirus a impacté plusieurs secteurs d’activités libres avec des conséquences lourdes sur leurs économies.

Partagez ceci
Suivez-nous sur Facebook

CONTINUER LA LECTURE

ENQUÊTE

Coronavirus au Bénin : service minimum dans le transport, des pertes importantes

Bénin24TV

Publié

le

Dans le domaine du transport, l’effet du Covid-19 se fait cher au Bénin. Intimement lié aux autres domaines d’activités qui sont déjà en souffrance, ce secteur dans les zones concernées par le cordon sanitaire, va decrescendo. Preuve, contrairement à environ dix (10) jours en arrière, sur l’axe Cotonou-Allada, Ouidah-Tori-Zè en passant par Calavi, les taxis interurbains se font rares.

Mieux, parcourant les gares routières, des bus faisant le long trajet du Bénin profond, le constat est béat. Fermeture générale et absence de bus. Pour les chauffeurs qui s’efforcent de tenir le service, réduisant à trois (03) le nombre de clients à conduire dans les périmètres définis. comme le recommande la décision du gouvernement, ils n’ont pas hésité à revoir à la hausse les frais de déplacement.

«Pour prendre de clients de Cotonou à Allada ou de Cotonou à Tori, ce n’est plus 1.000 f cfa. Nous prenons 2.000 f cfa.», détaille un des conducteurs du parking de carrefour IITA rencontré dans l’après-midi du dimanche 05 avril 2020. Selon ses explications, le coût qui a ainsi doublé indépendamment de leur volonté ne leur permet point de faire de bonnes recettes.

Car, renchérit-il, «tous les clients ne veulent pas payer le double du montant auquel ils étaient déjà habitué. C’est ce qui fait même que certains de nos collègues ont décidé de garer leur taxi en attendant. Si nous autres qui faisons du job on gare, qu’est-ce qu’on va manger ?». Les réalités ne sont pas autres, du côté des usagers de l’axe Cotonou-Porto-Novo.

Ici comme dans les autres villes du cordon sanitaire, les bus et les mini-bus ont laissé place aux taxi-ville qui, sommés de se limiter à trois (03) clients, sont passés de 700 f cfa à 1.500 fcfa quant aux frais de transport. Et bien entendu, avec cette hausse, nombre d’activités sont aux arrêts.

Commerçante de produits laitiers et divers au marché Dantokpa, Lucie Kèkè, après deux (02) jours d’aller-retour Porto-Novo-Tokpa qui lui ont fait dépenser six (06) mille francs cfa. sans la restauration, ne s’est pas faite prier avant de renoncer à sa venue au marché où elle mène ses activités.

Si les conséquences frappent de pleins fouets les acteurs du transport sur les différents axes concernés, les racoleurs communément appelés klébés n’en sont pas épargnés. Les 100 francs cfa, 200 francs cfa, 300 francs cfa souvent obtenus en guise de bénéfices sur les clients apportés aux chauffeurs ne sont plus au rendez-vous.

Pour Aubin Odjo, «le manque a gagné depuis plus d’une semaine est grand». A l’en croire, depuis l’entrée en vigueur de la décision du gouvernement, la grande majorité des racoleurs sont entrés dans une forme de chômage c’est parce que ces dernières n’ont pas d’autres activités qu’ils s’adonnent au racolage sur les parkings. Dans leur rang, la stratégie pour tromper l’oisiveté, l’ennui et le besoin, chacun le développe.

«En attendant que les activités des bus en direction du marché Tokpa, et les taxis qui vont à Dassa, Savalou et autres ne reprennent, j’aide un ami dans le domaine de l’entretien. Quand il a de marché, je le suis et on gère ça.» confie Euloge Assan, la trentaine environ. Au-delà de tous ces aspects, le transport fluvial ne fait pas exception à la règle du gouvernement.

Au contact des riverains de l’embarcadère de Calavi, les riverains essaient à la mesure du possible d’observer la règle de 3 passagers recommandée. Tout ceci ramène à dire que le secteur du transport avec tous ses composantes, vit en soubresaut face au coronavirus.

Partagez ceci
Suivez-nous sur Facebook

CONTINUER LA LECTURE

DERNIÈRES ACTUALITÉS

SPORTSIl y a 56 minutes

Barcelone : Lacazette pour succéder à Lautaro Martinez à l’Inter ?

Actuellement en pleine négociation avec Barcelone pour Lautaro Martinez, l’Inter Milan prospecte sur le marché pour trouver son successeur. Et...

SPORTSIl y a 1 heure

PSG : «Il est normal de voir un club comme la Juventus s’intéresser à lui», Juninho annonce la couleur pour Houssem Aouar

Le PSG et la Juventus seraient en concurrence pour Houssem Aouar. Juninho, directeur sportif de l’OL, a lâché ses vérités...

SPORTSIl y a 1 heure

Boxe : Tony Yoka lâche un énorme coup de gueule sur la mort de George Floyd

Arrêté violemment par des policiers aux Etats-Unis ce lundi soir, George Floyd, afro-américain de 46 ans, a trouvé la mort....

SPORTSIl y a 1 heure

Tennis – Roland-Garros : «Je suis convaincu que certains tournois se joueront, même avant Roland-Garros», Guy Forget

Pour freiner la propagation du coronavirus, le monde sportif s’est mis en pause pendant plusieurs semaines. Alors que Roland-Garros est...

SANTÉIl y a 1 heure

En Italie, des milliers de médecins dans la rue pour réclamer une réforme

Des milliers de médecins et étudiants en médecine ont manifesté vendredi dans toute l’Italie réclamant une réforme de l’enseignement dans...

SPORTSIl y a 1 heure

NBA : décès de George Floyd, le cinglant message de LeBron James

Victime de violences policières, George Floyd a trouvé la mort il y a quelques jours. Alors que ce décès a...

ECONOMIEIl y a 1 heure

Pérou : le FMI donne son feu vert à une ligne de crédit de 11 milliards de dollars

Le Fonds monétaire international a accordé jeudi soir au Pérou une ligne de crédit de 11 milliards de dollars sur...

CULTUREIl y a 1 heure

Côte d’Ivoire : l’imam Mamadou Traoré désigné nouveau guide de la communauté musulmane

L’imam principal de la grande mosquée de la Riviera-Golf (un quartier huppé à l’Est d’Abidjan), El Hadj Mamadou Traoré a...

CÔTE D'IVOIREIl y a 1 heure

Le FPI se «réjouit» de la levée de certaines restrictions sur la liberté de Gbagbo et Blé Goudé

Le Front populaire ivoirien (FPI, opposition), se «réjouit» de la levée de certaines restrictions sur la liberté de Laurent Gbagbo...

LE 229Il y a 1 heure

Réalisation des travaux d’asphaltage : la ville de Cotonou se modernise

La capitale économique du Bénin, Cotonou se rend de plus en plus belle et attrayante à cause de la réalisation...

ECONOMIEIl y a 2 heures

Echanges commerciaux dans l’espace Cedeao : le Niger 1er partenaire commercial du Bénin

Les exportations du Bénin vers la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) ont fait un bond de...

LE 229Il y a 2 heures

Lutte contre les violences à l’endroit des minorités sexuelles : la police, le parquet et les médias sensibilisés

L’hôtel des Princes de Bohicon a accueilli les 13 et 14 mai 2020 un atelier de plaidoyer dénommé, Plaidoyer auprès...

LE 229Il y a 2 heures

Prévention et lutte contre le Covid-19 : Bsic lance un fonds pour appuyer les Pme/ Pmi béninoises

Afin d’aider les Petites et moyennes entreprises et industries (Pme/Pmi) à sortir renforcées de la pandémie du Covid-19, la Banque...

ECONOMIEIl y a 2 heures

Echanges commerciaux : le Bénin réexporte 5000 tonnes de gaz au Niger

Confronté à une pénurie de gaz depuis quelque mois, le Niger a décidé de se tourner vers son voisin du...

ECONOMIEIl y a 2 heures

Inclusion du secteur informel : la Banque mondiale lance le prix  »Mission Billion»

Un nouveau challenge pour encourager les innovations sur l’inclusion du secteur informel dans les programmes de protection sociale. Le Groupe...

ECONOMIEIl y a 2 heures

Transparence budgétaire : le Bénin, un modèle en Afrique

Le Bénin participe au projet pilote de renforcement de la transparence budgétaire et de la participation publique au processus budgétaire...

CORONAVIRUSIl y a 2 heures

Covid-19 : le Bénin enregistre de nouveaux cas confirmés

Le Bénin a enregistré de nouveaux cas confirmés de Coronavirus. D’après les nouvelles statistiques officielles, le bilan général passe désormais...

JUSTICEIl y a 4 heures

Bénin : deux notaires placés en détention provisoire

Au Bénin, deux notaires ont été placés sous mandat de dépôt à la prison civile de Cotonou, mercredi 27 mai...

POLITIQUEIl y a 6 heures

Bénin – Communales 2020 : Louis Vlavonou reçoit le rapport d’observation des experts électoraux

Ce jeudi 28 mai 2020, le président de l’Assemblée Nationale Louis Vlavonou a reçu en audience une délégation de la...

HIGH-TECHIl y a 8 heures

Trump signe un décret visant à limiter la protection dont bénéficient Twitter et Facebook

Donald Trump a mis sa menace à exécution. Le président américain a signé ce jeudi un décret visant à limiter...

CÔTE D'IVOIREIl y a 8 heures

Bédié en «joie» après «l’assouplissement» des conditions de mise en liberté de Gbagbo et Blé Goudé

Le président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci), Henri Konan Bédié, chef de file de la plateforme de l’opposition...

POLITIQUEIl y a 8 heures

Bénin – Gouvernance locale : voici la liste des maires déjà élus

Conformément au code électoral en vigueur, certains conseils communaux ont été installés, ce jeudi 28 mai 2020, suivis de l’élection...

GUINÉEIl y a 19 heures

Violences post-électorales en Guinée : le gouvernement reconnaît 30 morts à Nzérékoré

Le gouvernement guinéen, tout en imputant la responsabilité à l’opposition, a reconnu la mort de 30 personnes dans des affrontements...

ECONOMIEIl y a 20 heures

Covid-19 : le gouvernement ivoirien envisage d’un soutien aux entreprises publiques

L’Etat de Côte d’Ivoire qui envisage de soutenir les Établissements publics nationaux (EPN), a instruit mercredi les dirigeants des entreprises...