RESTEZ CONNECTÉ

GAMBIE

Gambie : vers un retour d’exil de l’ancien président Yahya Jammeh à Banjul ?

Bénin24tv avec APA

Publié

le

L’ex président, Yahya Jammeh a fait la Une des journaux gambiens ce week-end après la circulation d’un fichier audio WhatsApp dans lequel il demande aux membres de son parti de mettre la pression sur le gouvernement pour son retour au pays, après un exil de trois ans en Guinée équatoriale.

L’Agence de presse africaine a eu accès à ce fichier audio dans lequel on entend Yahya Jammeh inciter les hauts dignitaires de son parti, l’Alliance pour la réorientation et la construction patriotiques (APRC) à faire pression sur les nouvelles autorités gambiennes pour assurer son retour dans le pays.

L’APRC s’apprête à organiser une manifestation courant janvier pour exiger ce qu’elle appelle le «droit inviolable de Jammeh à revenir en tant que citoyen gambien de bonne foi».

En se référant à la manifestation prévue, l’on peut entendre sur le fichier audio Jammeh dire : «Le fait est de s’adresser aux autorités et de leur faire comprendre que l’accord doit être appliqué».

«En ce qui concerne votre marche de protestation prévue pour demander au gouvernement, à l’UA, à la CEDEAO et à l’ONU de respecter l’accord qu’ils ont conclu avec moi, je vous demande de protester en paix. Ne détruisez aucun bien. Protestez en paix. Permettez-moi également de mettre en garde ceux qui pourraient vouloir vous infiltrer pour vous causer des problèmes. Si vous êtes un fauteur de troubles, ne vous joignez pas à nous. Si quelqu’un veut vous attaquer, défendez-vous à tout prix. Nous n’avons pas besoin de fauteurs de troubles dans cette protestation», a-t-il dit.

Il s’entretenait avec Ousman Rambo Jatta, le pilier de l’APRC, au sujet de la manifestation prévue le 16 janvier prochain.

L’ancien dirigeant gambien en exil, qui a organisé un coup d’État en 1994 et a dirigé le pays jusqu’à ce qu’il perde la présidentielle de 2016 face à Adama Barrow, fait allusion aux termes d’un accord conjoint entre le gouvernement actuel et l’ONU, l’Union africaine et la CEDEAO. Cet accord garantit son droit de retourner en Gambie dès qu’il le veut.

Ces dernières semaines, les partisans de l’APRC ont intensifié leur demande pour que Jammeh soit autorisé à revenir dans le pays et à vivre sa retraite en tant qu’ancien chef d’Etat.

Lors de sa visite dans la région de Foni, où habite M. Jammeh, le mois dernier, le président Barrow n’avait pas exclu le retour de son prédécesseur, mais il a souligné que l’ancien homme fort de Banjul ne devrait jamais s’attendre à diriger à nouveau la Gambie.

Ses détracteurs ont averti que Jammeh, qui est accusé de graves violations des droits de l’homme pendant ses 22 ans de règne, ne peut rentrer en Gambie qu’enchaîné.

Par ailleurs, le porte-parole du gouvernement, Ebrima Sankareh, a mis en garde contre le retour de Jammeh, soulignant que la sûreté et la sécurité de l’ancien dirigeant ne peuvent être garanties.

Partagez ceci
Suivez-nous sur Facebook

CLIQUER POUR COMMENTER

COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GAMBIE

Covid-19 : prolongation de l’état d’urgence en Gambie

Bénin24tv avec APA

Publié

le

Le président gambien, Adama Barrow a contourné l’Assemblée nationale pour prolonger l’état d’urgence de 21 jours à compter du 19 mai, dans le cadre de la lutte contre le coronavirus.

Le week-end dernier, les députés ont voté 25 pour et 23 contre la prolongation de l’état d’urgence afin de briser la chaîne de transmission du coronavirus. Jusqu’à présent, la Gambie a enregistré 24 cas de Covid-19 et un décès depuis le mois de mars.

Dans un discours à la nation, mardi soir, le président Barrow a déclaré qu’il exerce les pouvoirs qui lui sont conférés par la constitution pour prolonger la période d’état d’urgence compte tenu de la menace du virus pour les Gambiens.

Il a déclaré que la situation entourant la crise de la Covid-19 en Gambie est déjà aggravée par le taux d’infection au Sénégal voisin, où 30 personnes ont perdu la vie à cause du coronavirus.

«C’est le moment où nous devons tous nous rassembler en tant que nation et placer l’intérêt du pays en premier et bien au-dessus des considérations politiques. Il s’agit de nous tous, en tant que peuple lié par un destin commun. C’est le moment de montrer notre maturité politique en tant que société démocratique capable de mettre de côté tous les intérêts étroits au profit de l’intérêt national», a déclaré le président Barrow.

Les députés de tous les partis politiques ont rejeté lundi dernier la motion de prolongation de l’état d’urgence, certains s’inquiétant des suppressions d’emplois et des pertes de revenus pour les entreprises, outre la perturbation des activités sociales et religieuses, y compris le culte des congrégations.

D’autres députés ont remis en question le fondement de la précédente période d’urgence de 21 jours, lorsque les mesures restrictives annoncées par le gouvernement Barrow n’étaient pas strictement appliquées comme dans d’autres pays.

Toutefois, le dirigeant gambien est d’avis que l’Assemblée nationale devrait être suffisamment responsable pour soutenir la tentative de son gouvernement de s’attaquer à la crise sanitaire nationale. Il a regretté que les députés n’aient pas agi sur ses pouvoirs à cette fin et ne lui aient laissé d’autre choix que de recourir à sa propre autorité prévue par la constitution pour prolonger l’état d’urgence qui a pris fin lundi.

«Mon gouvernement et moi-même devons au peuple de ce pays de le protéger contre ce grave danger. Il est de mon devoir d’agir, et cela équivaut à une abdication mortelle de ma responsabilité si je ne prends pas les mesures qui s’imposent face à une menace évidente pour la vie de notre peuple», a-t-il soutenu.

Les Gambiens se sont réveillés mercredi sur un renouvellement de l’état d’urgence que certains ont critiqué pour avoir ostensiblement privé les pauvres de leurs moyens de subsistance quotidiens.

Les défis inhérents à la lenteur de la distribution de l’aide alimentaire d’urgence aux familles vulnérables à travers le pays restent sans solution, de nombreuses personnes exprimant des réserves sur le régime.

Des dénonciateurs, parmi lesquels le ministre de la Santé du pays, le Dr Ahmadou Lamin Samateh, font état de corruption présumée en relation avec les fonds collectés pour faire face à la pandémie.

Partagez ceci
Suivez-nous sur Facebook

CONTINUER LA LECTURE

GAMBIE

Covid-19 : la Gambie peine à faire respecter les gestes barrières

Bénin24tv avec APA

Publié

le

Pour certains Gambiens, le respect des précautions sanitaires contre les coronavirus, comme la distanciation sociale, semble ridicule et sans imagination.

«Dire aux gens de se tenir à au moins un mètre les uns des autres, ce n’est pas possible, du moins, cela ne vas pas durer longtemps dans notre société», estime Muhammed Janneh, tout en écoutant attentivement la voix féminine à la radio qui diffuse des messages sur les précautions à prendre pour éviter de contracter le Covid-19.

Des directives et règles sanitaires recommandées par l’OMS sont diffusées toutes les heures pour rappeler au public gambien de se laver les mains régulièrement à l’aide de désinfectants, de tousser ou d’éternuer dans le creux du coude, d’éviter de toucher régulièrement les yeux et de respecter la distanciation sociale ou physique.

C’est la dernière de ces mesures de précaution avec laquelle M. Janneh a un problème et il n’est pas le seul à son avis.

Antou Ceesay, un de ses voisins, marque son accord avec l’idée que les responsables de la santé prétendent qu’ils ne savent pas que le fait d’encourager les gens à garder leur distance physique de la personne suivante est un exercice futile. «Les gens, dit Ceesay, vont socialiser de toute façon».

Janneh et Ceesay, environ la soixantaine, affirment n’avoir jamais assisté récemment à des scènes où il est demandé aux gens de na pas se réunir et de socialiser, comme savent si bien le faire les Africains.

S’exprimant en wolof (langue locale), les deux hommes ont désapprouvé l’idée de dire aux gens de rester à la maison et de s’abstenir d’encourager des amis et d’autres connaissances à leur rendre visite et de compromettre les mesures de sécurité mises en place pour minimiser la propagation de la maladie respiratoire qui est maintenant une pandémie.

«C’est comme si on demandait à un coq d’arrêter de chanter», ironise Ceesay, rappelant son point de vue sur la nature prétendument ridicule d’une telle précaution.

Bien que ces sentiments à l’égard de la distanciation sociale ne soient en aucun cas universels en Gambie, les marchés et les parkings constituent un moyen pour mesurer de manière fiable l’indifférence apparente, sinon le mépris absolu avec lequel les gens lancent des appels à la distanciation sociale.

Les lieux publics sont pleins à craquer alors que les gens continuent à y affluer comme si de rien n’était, dans un pays où les cas de coronavirus sont passés de 10 à 17 en trois jours.

Loin d’abandonner les vieilles habitudes, les gens, notamment les jeunes hommes et femmes non découragés par les avertissements sur les risques et les dangers inhérents à contracter le Covid-19, continuent de fréquenter les grands groupes de discussions et autres événements sociaux, malgré leur interdiction par l’Etat et dont l’application fait défaut.

Les marchés de Serrekunda et des villes périphériques n’ont jamais été aussi bondés de monde qui fait ses achats quotidiens de nourriture et d’autres articles.

La Gambie a enregistré un décès lié au Covid-19, un prêcheur musulman du Bangladesh qui était en mission dans le pays en mars et qui a rendu l’âme quelques heures après avoir été testé positif.

Cela fait longtemps depuis que le pays a enregistré son premier cas de Covid-19, et les autorités sanitaires s’efforcent d’introduire des tests de masse dans la ville de Bakau, à 13 km au sud de la capitale, Banjul, suite à une augmentation du nombre d’infections en mai.

C’est également la première transmission communautaire depuis la première confirmation du virus dans le pays.

Reconnaissant la tâche gigantesque consistant à transformer l’attitude de l’opinion publique pour la convaincre de prendre toutes les précautions nécessaires pour éviter que la maladie ne prenne pied en Gambie, les journalistes de la radio sont dans la guerre de l’information avec les responsables de la santé pour être des porte-voix et reprendre des messages comme «le Covid-19 est réel», ou encore «suivez les directives de santé pour être en sécurité».

Cependant, cette partie de la campagne contre la maladie ne semble pas convaincre certaines couches de la population qui persistent dans les vieilles habitudes fondées sur des convictions personnelles.

Les sceptiques du Covid-19 ou les Saint Thomas ne manquent pas et ils prêtent une oreille attentive aux théories du complot suggérant que la maladie a été «préparée dans un laboratoire chinois» et est maintenant utilisée comme un moyen pour dépeupler le monde.

D’autres estiment que la décision de fermer les mosquées procède également d’une conspiration contre l’islam. Cette mesure a divisé les leaders d’opinion musulmans en Gambie, avec le commun ne sachant plus à quel saint se vouer.

«C’est inévitable, les foules doivent se rassembler dans les marchés et autres endroits», soutient un homme d’âge moyen, faisant la queue devant une banque pour percevoir son salaire qu’il attend depuis pas mal de temps.

Partagez ceci
Suivez-nous sur Facebook

CONTINUER LA LECTURE

DERNIÈRES ACTUALITÉS

SPORTSIl y a 5 minutes

PSG : nouveau contrat et grosse clause pour Fabian Ruiz

A la recherche d’un milieu de terrain pour le Paris Saint-Germain, Leonardo pourrait bien voir Fabian Ruiz s’éloigner définitivement. D’après...

SPORTSIl y a 14 minutes

PSG : «Il aime l’idée d’aller à Boca», Paredes

Alors que l’avenir d’Edinson Cavani ne s’écrirait plus au PSG, Leandro Paredes s’est prononcé sur l’avenir de l’Uruguayen, évoquant notamment...

SPORTSIl y a 24 minutes

Rugby – XV de France : «Aujourd’hui, notre conviction est que l’on doit pouvoir changer le sens du jeu après chaque ruck», Galthié

Fabien Galthié, sélectionneur du XV de France, s’est exprimé au sujet des secteurs qu’il souhaite améliorer au sein de son...

SPORTSIl y a 2 heures

PSG : Jorginho envisagé par le PSG ?

Toujours en quête de renfort pour le milieu de terrain du PSG, Leonardo aurait récemment pris la température du côté...

SPORTSIl y a 2 heures

Real Madrid : Bale, bien parti pour rester…

Annoncé sur le départ depuis de longs mois, Gareth Bale devrait finalement rester au Real Madrid la saison prochaine. L’attaquant...

ECONOMIEIl y a 3 heures

La BAD mobilise 264 millions d’euros pour soutenir le Maroc dans sa réponse à la pandémie de Covid-19

Le Conseil d’administration de la Banque africaine de développement (BAD) a approuvé, mercredi 27 mai à Abidjan, un financement de...

NIGERIAIl y a 3 heures

Nigéria : «Il faut aider les enfants brisés par la guerre» (Amnesty)

Selon un nouveau rapport d’Amnesty International, il faut aider les enfants «brisés» par la guerre au Nigéria «pour ne pas...

CORONAVIRUSIl y a 3 heures

Afrique du Sud : le tabac et la Covid-19 sont mauvais pour les poumons (Ministre)

Le gouvernement sud-africain a insisté mercredi sur le fait que l’interdiction récente de la vente de produits du tabac, dans...

CÔTE D'IVOIREIl y a 3 heures

Côte d’Ivoire : la révision de la liste électorale fixée du 10 au 24 juin prochain

Le gouvernement ivoirien a adopté mercredi un décret fixant la révision de la liste électorale sur la période du 10...

CORONAVIRUSIl y a 3 heures

Le Fonds des Nations unies pour la population équipe le personnel soignant contre la Covid-19 en Côte d’Ivoire

Le Fonds des Nations unies pour la population (FNUAP) ou United Nations Fund for Population (UNFPA) a équipé, mercredi, le...

MALAWIIl y a 3 heures

Malawi : la présidentielle face à des défis juridiques et sanitaires majeurs

La marche vers le Palais de la République du Malawi s’avère difficile pour les candidats à la présidence et leurs...

TUNISIEIl y a 4 heures

Ibrahim Sy Savané nommé ambassadeur de la Côte d’Ivoire en Tunisie

L’ancien président de la Haute autorité de la communication audiovisuelle (HACA), l’organe de régulation de l’audiovisuel en Côte d’Ivoire, Ibrahim...

CÔTE D'IVOIREIl y a 4 heures

La distribution des cartes nationales d’identité ivoiriennes démarre la semaine prochaine

Plus de 400 000 personnes ont été enrôlées pour la nouvelle carte nationale d’identité (CNI) ivoirienne trois mois après le...

CULTUREIl y a 4 heures

UA : le Maroc désigné vice-président du Sous-comité sur les questions environnementales

Le Maroc a été désigné vice-président du Sous-comité de l’Union africaine (UA) sur les questions environnementales, qui a tenu sa...

POLITIQUEIl y a 4 heures

Présidentielle 2021 : Talon, une équation mais des inconnues pour UP et BR

Au lendemain des communales et municipales du 17 mai 2020, les deux blocs du président Talon sont en tête du...

POLITIQUEIl y a 4 heures

A huit mois de la présidentielle au Bénin : Talon, partir ou rempiler ?

La mouvance Talon vient d’engranger 70 maires sur 77. C’est donc 70 grands parrains potentiels qui vont s’ajouter aux 83...

POLITIQUEIl y a 4 heures

Coronavirus : Patrice Talon a-t-il bien géré la lutte contre la pandémie ?

Avec le conseil des ministres d’hier, le chef de l’Etat du Bénin, Patrice Talon, est entrain d’amorcer la descente en...

ECONOMIEIl y a 5 heures

Economie béninoise : ces facteurs qui ont renforcé le Doing business

Dans le souci de renforcer les capacités économique du Bénin et donner une plus grande opportunité aux investisseurs quant à...

POLITIQUEIl y a 5 heures

Désignation des maires et leurs adjoints : le gouvernement en appelle au respect de la loi

Après l’élection des conseillers communaux et municipaux le dimanche 17 mai 2020, ceux-ci sont conviés à élire et mettre en...

EDITORIALIl y a 5 heures

Amoussou et Fagbohoun ont eu chaud

Dans la commune d’Aplahoué, Bruno Amoussou est imbattable depuis les années 1990 où il a mis en terre le PSD....

ECONOMIEIl y a 5 heures

Microfinance dans l’Uemoa : une hausse de dépôts dans les SFD en fin 2019 au Bénin

Selon le bulletin trimestriel de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’ouest (Bceao), l’encours des crédits des systèmes...

ECONOMIEIl y a 5 heures

Indice d’intégration régionale en Afrique : le Bénin dans le top 10 des pays de la CEDEAO

Le nouveau rapport sur l’intégration régionale en Afrique (ARII 2019) vient de classer le Bénin dans le top 10 des...

ECONOMIEIl y a 5 heures

Supposé népotisme et gestion hasardeuse à la BAD : les USA exigent une enquête indépendante

Entre le président de la Banque Africaine de Développement (BAD), Akinwumi Adesina et le groupe des «lanceurs d’alerte», l’affaire dite...

ENTRETIENIl y a 5 heures

Abdel Aziz Assani : «Sèmè City doit être partenaire des incubateurs en place»

Au Bénin, pour accompagner les startups à concrétiser leurs projets en entreprise, les centres d’incubation ne cessent de multiplier les...