RESTEZ CONNECTÉ

EDITORIAL

Investir en Afrique

Bénin24TV

Publié

le

Une certitude, beaucoup de potentialités minières, énergétiques et végétales en Afrique. Une évidence, trop peu d’investissements propices. Pour développer l’Afrique, il faut réinventer l’investissement. Ce qui est loin d’être le cas. Analyse dans l’exercice de l’éditorial du jour.

Le constat est là. Les investisseurs étrangers n’affluent pas en Afrique. On attendait les Américains, les Chinois, les Européens, les Japonais, les Sud-Américains…On ne voit personne ou très peu. Pourtant, ceux-ci ne cessent de déclarer la flamme de leur amour pour l’Afrique. Les sommets Chine-Afrique, Ticad, France-Afrique, et récemment Russie-Afrique et il y a quelques semaines Grande-Bretagne-Afrique sont régulièrement là pour faire des annonces tonitruantes de financement.

Mais entre les intentions et la réalité, il y a un fossé, un fossé béat.. Malgré ces bonnes intentions de partenariats multilatéraux avec l’Afrique, les attentes ne sont jamais comblées. Ceux qui sont capables d’investir en Afrique, sont hésitants, car très peu motivés.

Au nombre des quelques rares investissements de taille en Afrique ces derniers temps, on peut citer la technologie des moustiquaires de Sumitomo Chemical pour lutter contre le paludisme, sans oublier la technologie de désalinisation de l’eau de mer de la Sonatrach,

Dans le même sillage, il y a JGC et Hitachi qui accélère l’accès à l’eau potable et l’assurance fondée sur des indices météorologiques de Commodity Risk. Management Group et Sompo Japan Niponkoa contribuent à atténuer les effets du changement climatique. Les investisseurs hésitent, tergiversent, calculent et pourtant les conditions de développement de l’Afrique sont très optimales.

Des atouts importants

Il y a d’abord les importantes ressources naturelles, les réserves minières et énergétiques qui font que l’Afrique peut espérer un avenir prometteur. En effet, en 2015, le continent a produit 13 % du pétrole mondial, contre 9 % en 1998. En fin 2012, l’Afrique contrôlait également 53,9 % des ressources mondiales en diamant.

En 2017, la République démocratique du Congo représentait à elle seule 58 % du cobalt mondial (une matière utilisée dans la production de composants électroniques) tandis qu’en 2016 l’Afrique du Sud s’arrogeait 69,6 % de la production mondiale de platine (utilisé dans la fabrication de convertisseurs catalytiques et d’autres produits). La croissance de la production de pétrole et du gaz naturel entre 1980 et 2012 a observé une tendance remarquable.

La production de pétrole est passée de 53,4 milliards de barils à 130,3 milliards de barils. Quant au gaz naturel, il a oscillé de six billions de mètres cubes en 1980 à 14,5 billions de mètres cubes en 2012. Il faut aussi signaler que le continent noir abrite 60 % des terres arables non cultivées dans le monde.

Comme atout également pour l’Afrique, sur la base des investissements directs étrangers, l’Afrique affiche 14 % contre 9,1 % en Asie, 8,9 % dans la région Amérique latine et Caraïbes sans oublier le taux à l’échelle mondiale qui est de 7,1 %.

Mieux, six pays africains sur 12 dans le monde, ont de reluisantes perspectives de croissance économique. On peut citer l’Éthiopie, la Côte d’Ivoire, le Mozambique, la Tanzanie, la République démocratique du Congo et le Rwanda.

Et ce ne sont pas des créneaux porteurs qui manquent. Les quelques firmes occidentales qui ont investi dans la banque, les télécommunications et les infrastructures peuvent témoigner qu’il existe en Afrique des possibilités d’investissement manifestes.

En outre, il y a des entreprises africaines qui réalisent de très juteux bénéfices. C’est le cas de Sonatrach qui en 2017, a enregistré, pour ses seules activités pétrolières et gazières, un chiffre d’affaires de 33,2 milliards de dollars EU. Il y a également le groupe MTN dans le secteur de la téléphonie mobile qui a réalisé un chiffre d’affaires d’environ 10 milliards de dollars sans oublier le groupe Dangote qui a encaissé la rondelette somme de 4,1 milliards de dollars EU.

La démographie africaine, la plus dynamique au monde actuellement est aussi un atout pour investir en Afrique. En effet, au moment où la population de la plupart des autres régions du monde, est confrontée au vieillissement, celle de l’Afrique offre un indéniable exutoire.

La population du continent devrait quadrupler d’ici 2100, passant de 1,19 milliard d’individus en 2015 à 4,39 milliards.. Et au-delà du boom démographique, la jeunesse africaine bien formée, offrira une main-d’œuvre de qualité pour une industrialisation à forte intensité de main-d’œuvre.

Des potentialités, mais…

Si le mouvement est encore très peu dynamique en ce qui concerne les investissements en Afrique, les gouvernements africains devraient balayer devant leurs portes où s’amoncellent des immondices et détritus de divers ordres (fiscales, financières et juridiques).

Que doivent donc faire les autorités gouvernementales africaines pour inverser la tendance et accélérer le rythme des investissements en Afrique ? Face aux goulots d’étranglement qui aliènent l’Afrique, l’Afrique doit prendre des décisions hardies pour lutter efficacement contre la corruption ; améliorer la sécurité et la sûreté ; renforcer l’environnement macroéconomique ; investir dans une éducation de qualité.

Le développement des compétences en science, technologie et innovation ; sans éviter le «syndrome du nivellement par le bas», qui consiste à accorder des exonérations et des dérogations fiscales inutiles aux sociétés proches du pouvoir et à des amis étrangers, sont également des priorités.

Quand ces conditions sont bien remplies, la ruée des investisseurs étrangers pour de nouvelles opportunités d’investissements rentables est bien possible. Et ce pour plusieurs raisons.

D’abord, les investisseurs peuvent miser sur l’élaboration de stratégies relatives aux pôles d’activités industriels. Sans oublier la promotion de zones économiques spéciales, l’élargissement de l’accès à l’énergie, la mobilisation et la sensibilisation en faveur du développement

Ensuite, les investisseurs peuvent s’appuyer sur le capitalinvestissement. Ce dernier dans les pays développés, a démontré sa capacité à accompagner l’émergence et la croissance des entreprises et à créer massivement des emplois durables

Désormais, le moment est plus qu’idéal pour que les entreprises européennes, nord-américaines, asiatiques et latino-américaines investissent sur le continent et contribuent au progrès socioéconomique de l’Afrique.

Par Titus FOLLY

Partagez ceci
Suivez-nous sur Facebook

CLIQUER POUR COMMENTER

COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

EDITORIAL

Amoussou et Fagbohoun ont eu chaud

Bénin24TV

Publié

le

Dans la commune d’Aplahoué, Bruno Amoussou est imbattable depuis les années 1990 où il a mis en terre le PSD. A Adja Ouèrè depuis le Madep a été porté sur les fonts baptismaux par Séfou Fagbohoun, celui-ci est inégalable. Mais au regard des derniers résultats des communales dans l’épicentre de chacune de ces personnalités, celles-ci ont évité de justesse la défaite face à des jeunes loups aux dents longues. Il s’agit de Casimir Sossou à Aplahoué et Adissa Nonvidé à Ouèrè. Peut-on dire que l’omnipotence de Fagbohoun et Amoussou depuis des décades s’est étiolée dans leur bastion ? Analyse dans l’exercice dans l’éditorial du jour.

Bruno Amoussou et Séfou Fagbohoun sont deux mohicans qui méritent l’antienne : «Frayez la route à celui qui chevauche les nuées». En effet, dans Aplahoué pour Amoussou et Ouérè pour Fagbohoun, ces deux monuments de la classe politique ont échappé de justesse à la défaite.

En effet, Bruno Amoussou est une figure historique au centre d’enjeux politiques depuis 1960. Mieux, c’est un symbole qui hante le présent. Si on le surnomme le ‘’Renard de Djakotomey’’ en référence à ses origines, c’est au contraire Aplahoué qui a été toujours son menu de navigation politique.

A toutes les élections depuis la première présidentielle de 1991 jusqu’à ce jour et ce en dépit de ses différents pennons (PSD, UN et maintenant UP) si Djakotomey a été toujours une citadelle imprenable, il a toujours veillé à avoir dans son escarcelle Aplahoué. Cette dernière est d’ailleurs la plus grande et puissante métropole économique du département du Couffo.

Malgré les très belles performances de l’Union progressiste (UP) lors des dernières communales sous la férule de Bruno Amoussou, (près d’une quarantaine de probables maires), celui-ci a eu chaud, très chaud à Aphahoué.

En effet, sur les 29 postes de conseillers communaux en jeu, Bruno Amoussou et l’UP n’ont récolté que 15 sur 29 soit un seul poste de plus que le BR localement sous la bannière du truculent et étoile montante de la politique dans le Couffo, Casimir Sossou. Celui-ci s’est battu à corps émoulu pour faire mordre la poussière à Bruno Amoussou. Heureusement pour le patron de l’UP a su tirer son épingle de jeu d’une courte tête.

Séfou Fagbohoun de son côté a aussi failli subir le même affront à Adja-Ouèrè. En effet, depuis qu’il a tourné casaque au PRD de Houngbédji pour créer le Madep, l’usage de sa maestria en politique n’a d’égal dans son ‘’Jarnac natal’’.

Mieux, dans tout le département du Plateau, depuis lors, le ‘’coq du Plateau’’ est une référence dans le quadrillage du terrain.. Mais quand Séfou Fagbohoun a refusé de cautionner la gouvernance rédhibitoire de Patrice Talon et que son parcours politique a été congelé et figé par le temps lors des législatives exclusives de 2019, l’eau a coulé sous les ponts.

En effet, un jeune en occurrence, le maire sortant de Adja-Ouèrè, Adissa Abiboulaye Nonvidé qui avait été pourtant parrainé par Fagbohoun pour son élection à la mairie de la localité en 2015 a tout mis en branle pour battre la liste BR parrainée par Séfou Fagbohoun.

Sur 25 postes de conseillers communaux, Séfou Fagbohoun a difficilement eu 13 postes contre 12 pour l’UP. Adissa Abiboulaye Nonvidé a failli donc réaliser l’exploit de sa jeune carrière politique en dépit de l’arrimage Séfou Fagbohoun-Patrice Talon intervenu le jeudi 13 février 2020.

«La politique n’est pas un jeu d’enfant», dit-on Mais Adissa Abiboulaye Nonvidé et Casimir Sossou ont failli démontrer le contraire à ces ainés.

Par Titus FOLLY

Partagez ceci
Suivez-nous sur Facebook

CONTINUER LA LECTURE

EDITORIAL

Deux confrères, deux visions  

Bénin24TV

Publié

le

«On a l’impression que le Bénin fait un bond en arrière avant 1990… On est dans une période qui questionne sur la qualité de la démocratie au Bénin». Voilà le décryptage de Expédit Ologou sur RFI jeudi dernier. Le lendemain, on a eu la réplique du communicateur de la Marina sur la même chaine qui a tenté de ‘’faubérer’’ avec la serpillère habituelle du pouvoir de la ‘’Rupture’’, les vérités distillées qui dérangent. Regard de deux confrères qui ne voient plus midi à 14 h ! Analyse dans l’exercice de l’éditorial du jour.

Expédit Ologou a eu sur RFI une lecture dilettante des dernières communales du 17 mai 2020. Comme une réponse du berger et à la bergère, le communicateur en chef de la présidence du Bénin, Léandre Houngbédji a réagi,

En effet, Expédit Ologou dans sa posture de politologue et président du CIAAF, un centre de recherche sur la gouvernance a laissé entendre que : «On a l’impression que le Bénin fait un bond en arrière avant 1990… On est dans une période qui questionne sur la qualité de la démocratie au Bénin.».

En dépit de ces arguments massues et indéracinables, on a eu droit le lendemain à une riposte du communicateur de la présidence de la République. Contre les idées maitresses de l’autre, il met en avant la réduction drastique du nombre de partis politiques au Bénin. «Une dizaine de partis contre plus de 200 dans le cadre de la réforme du système partisan».

Voilà donc deux approches relatives à la démocratie béninoise. La première est celle de la réalité et l’autre celle d’un membre de l’élite soudainement métamorphosée. Ce qui est intéressant dans le décodage des deux, c’est qu’ils tenaient le même discours pour déplorer la qualité de la gouvernance de Boni Yayi. Et sous les tropiques de la ‘’Rupture’’, Expédit Ologou, nommé directeur des médias au ministère de la Communication a préféré démissionner après un an.

En effet, ayant commencé par découvrir le portrait-robot du régime de Patrice Talon a déposé le tablier pour ne pas être comptable de cette gestion inique qui déferle sur le Bénin depuis quatre ans. Parti, il a mis son temps à profit (docteur d’Etat désormais). Ce qui lui permet de mieux gravir les strates de l’analyse politique. Et le voici dorénavant avec toutes les fulgurances nécessaires de politologue pour mieux analyser sous toutes les coutures, l’actualité politique nationale.

Pour Expédit Ologou, c’est une évidence que la démocratie béninoise s’est dégradée après 30 ans d’efforts. Pour l’autre, l’organisation d’élections a tendance à se renforcer. Ce qui suffit pour qu’il récuse la thèse du déclin de la démocratie.

Pour l’opinion publique, l’énergie démocratique du Bénin depuis 1990 qui est maintenant à sens unique s’est étiolée. Mieux, Patrice Talon, le timonier national et le plus fort des chefs d’Etat béninois depuis 30 ans. Ce qui fait qu’il n’a même plus besoin du Parlement pour gouverner.

Dès lors, on voit bien la différence entre l’analyse pertinente et la vision tronquée. Les deux approches sont sans ambages entre celui qui est parti pour retrouver sa liberté de ton séculaire et celui qui est dans les liens de l’administration. Mieux, ces deux sorties ont davantage permis à l’opinion de constater le schisme entre ces deux confrères très liés qui ne partagent plus la même vision aujourd’hui.

Si l’un reste et s’établit sur le rocher ‘’respha’’, l’autre en dépit de ses qualités intrinsèques a choisi de demeurer sur le sac de cendres. On a tout compris. Défendre les turpitudes du pouvoir de son chef n’est pas chose aisée. Je le comprends.

Par Titus FOLLY

Partagez ceci
Suivez-nous sur Facebook

CONTINUER LA LECTURE

DERNIÈRES ACTUALITÉS

SPORTSIl y a 2 heures

Barcelone : Lacazette pour succéder à Lautaro Martinez à l’Inter ?

Actuellement en pleine négociation avec Barcelone pour Lautaro Martinez, l’Inter Milan prospecte sur le marché pour trouver son successeur. Et...

SPORTSIl y a 2 heures

PSG : «Il est normal de voir un club comme la Juventus s’intéresser à lui», Juninho annonce la couleur pour Houssem Aouar

Le PSG et la Juventus seraient en concurrence pour Houssem Aouar. Juninho, directeur sportif de l’OL, a lâché ses vérités...

SPORTSIl y a 2 heures

Boxe : Tony Yoka lâche un énorme coup de gueule sur la mort de George Floyd

Arrêté violemment par des policiers aux Etats-Unis ce lundi soir, George Floyd, afro-américain de 46 ans, a trouvé la mort....

SPORTSIl y a 3 heures

Tennis – Roland-Garros : «Je suis convaincu que certains tournois se joueront, même avant Roland-Garros», Guy Forget

Pour freiner la propagation du coronavirus, le monde sportif s’est mis en pause pendant plusieurs semaines. Alors que Roland-Garros est...

SANTÉIl y a 3 heures

En Italie, des milliers de médecins dans la rue pour réclamer une réforme

Des milliers de médecins et étudiants en médecine ont manifesté vendredi dans toute l’Italie réclamant une réforme de l’enseignement dans...

SPORTSIl y a 3 heures

NBA : décès de George Floyd, le cinglant message de LeBron James

Victime de violences policières, George Floyd a trouvé la mort il y a quelques jours. Alors que ce décès a...

ECONOMIEIl y a 3 heures

Pérou : le FMI donne son feu vert à une ligne de crédit de 11 milliards de dollars

Le Fonds monétaire international a accordé jeudi soir au Pérou une ligne de crédit de 11 milliards de dollars sur...

CULTUREIl y a 3 heures

Côte d’Ivoire : l’imam Mamadou Traoré désigné nouveau guide de la communauté musulmane

L’imam principal de la grande mosquée de la Riviera-Golf (un quartier huppé à l’Est d’Abidjan), El Hadj Mamadou Traoré a...

CÔTE D'IVOIREIl y a 3 heures

Le FPI se «réjouit» de la levée de certaines restrictions sur la liberté de Gbagbo et Blé Goudé

Le Front populaire ivoirien (FPI, opposition), se «réjouit» de la levée de certaines restrictions sur la liberté de Laurent Gbagbo...

LE 229Il y a 3 heures

Réalisation des travaux d’asphaltage : la ville de Cotonou se modernise

La capitale économique du Bénin, Cotonou se rend de plus en plus belle et attrayante à cause de la réalisation...

ECONOMIEIl y a 3 heures

Echanges commerciaux dans l’espace Cedeao : le Niger 1er partenaire commercial du Bénin

Les exportations du Bénin vers la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) ont fait un bond de...

LE 229Il y a 3 heures

Lutte contre les violences à l’endroit des minorités sexuelles : la police, le parquet et les médias sensibilisés

L’hôtel des Princes de Bohicon a accueilli les 13 et 14 mai 2020 un atelier de plaidoyer dénommé, Plaidoyer auprès...

LE 229Il y a 3 heures

Prévention et lutte contre le Covid-19 : Bsic lance un fonds pour appuyer les Pme/ Pmi béninoises

Afin d’aider les Petites et moyennes entreprises et industries (Pme/Pmi) à sortir renforcées de la pandémie du Covid-19, la Banque...

ECONOMIEIl y a 3 heures

Echanges commerciaux : le Bénin réexporte 5000 tonnes de gaz au Niger

Confronté à une pénurie de gaz depuis quelque mois, le Niger a décidé de se tourner vers son voisin du...

ECONOMIEIl y a 3 heures

Inclusion du secteur informel : la Banque mondiale lance le prix  »Mission Billion»

Un nouveau challenge pour encourager les innovations sur l’inclusion du secteur informel dans les programmes de protection sociale. Le Groupe...

ECONOMIEIl y a 3 heures

Transparence budgétaire : le Bénin, un modèle en Afrique

Le Bénin participe au projet pilote de renforcement de la transparence budgétaire et de la participation publique au processus budgétaire...

CORONAVIRUSIl y a 3 heures

Covid-19 : le Bénin enregistre de nouveaux cas confirmés

Le Bénin a enregistré de nouveaux cas confirmés de Coronavirus. D’après les nouvelles statistiques officielles, le bilan général passe désormais...

JUSTICEIl y a 5 heures

Bénin : deux notaires placés en détention provisoire

Au Bénin, deux notaires ont été placés sous mandat de dépôt à la prison civile de Cotonou, mercredi 27 mai...

POLITIQUEIl y a 7 heures

Bénin – Communales 2020 : Louis Vlavonou reçoit le rapport d’observation des experts électoraux

Ce jeudi 28 mai 2020, le président de l’Assemblée Nationale Louis Vlavonou a reçu en audience une délégation de la...

HIGH-TECHIl y a 9 heures

Trump signe un décret visant à limiter la protection dont bénéficient Twitter et Facebook

Donald Trump a mis sa menace à exécution. Le président américain a signé ce jeudi un décret visant à limiter...

CÔTE D'IVOIREIl y a 9 heures

Bédié en «joie» après «l’assouplissement» des conditions de mise en liberté de Gbagbo et Blé Goudé

Le président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci), Henri Konan Bédié, chef de file de la plateforme de l’opposition...

POLITIQUEIl y a 10 heures

Bénin – Gouvernance locale : voici la liste des maires déjà élus

Conformément au code électoral en vigueur, certains conseils communaux ont été installés, ce jeudi 28 mai 2020, suivis de l’élection...

GUINÉEIl y a 21 heures

Violences post-électorales en Guinée : le gouvernement reconnaît 30 morts à Nzérékoré

Le gouvernement guinéen, tout en imputant la responsabilité à l’opposition, a reconnu la mort de 30 personnes dans des affrontements...

ECONOMIEIl y a 21 heures

Covid-19 : le gouvernement ivoirien envisage d’un soutien aux entreprises publiques

L’Etat de Côte d’Ivoire qui envisage de soutenir les Établissements publics nationaux (EPN), a instruit mercredi les dirigeants des entreprises...