BÉNIN24 TÉLÉVISION
L'actualité en continu et en temps réel

Journée mondiale de l’eau : le nucléaire au secours de l’agriculture

L’agriculture consomme en moyenne 70% de l’eau douce totale utilisée dans le monde, principalement par l’irrigation pour la production alimentaire. Cependant, moins de la moitié de cette eau est utilisée efficacement car le reste est gaspillé par l’évaporation, le drainage profond et le ruissellement.

Alors que le monde célébrait la journée mondiale de l’eau le 22 mars 2020, l’agence onusienne réfléchissait à comment aider les pays, surtout l’Afrique qui souffre d’une grave sécheresse dans certaines régions, pour parvenir à mieux gérer leur eau pour une gestion efficace tant dans l’agriculture, que dans d’autres domaines.

Bon nombre de pays africains pratiquent l’agriculture pluviale, un type d’agriculture qui dépend entièrement des précipitations (pluies) pour son approvisionnement en eau. L’agriculture pluviale, rappellent les experts, produit une grande partie de la nourriture consommée par les communautés pauvres des pays en voie de développement.

Elle représente plus de 95 % des terres cultivées en Afrique subsaharienne, 90 % en Amérique latine, 75 % au Proche-Orient et en Afrique du Nord, 65 % en Asie de l’Est et 60 % en Asie du Sud, selon ‘’Managing water in rainfed agriculture The need for a paradigm shift’’. Cependant, ce type d’agriculture fait face à des défis des sècheresses en cet âge du changement climatique.

Isotopiques

C’est ainsi que l’AIEA, basée à Vienne en Autriche, a fait savoir qu’elle aidait les pays à mieux s’attaquer à certains problèmes liés à l’eau et, à les résoudre grâce à l’utilisation de techniques isotopiques. Et dans le domaine de l’agriculture, l’agence onusienne le fait en coopération avec l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

Les techniques isotopiques et nucléaires contribuent à une meilleure gestion des sols et de l’irrigation en améliorant les pratiques et l’efficacité d’utilisation de l’eau, a indiqué l’agence onusienne.

Ces techniques deviennent une partie intégrante de la gestion de l’eau agricole. Car les isotopes (oxygène18 et deutérium) peuvent aider à déterminer l’origine et le mouvement de l’eau dans les plantes et les sols, a affirmé l’AIEA.

«Avec des événements météorologiques extrêmes plus fréquents, les précipitations deviendront plus imprévisibles, affectant les moyens de subsistance de centaines de millions de personnes dans les pays en développement qui dépendent principalement des précipitations pour la production des cultures», a déclaré Lee Heng, chef de la section de la gestion des sols et de l’eau et de la nutrition des cultures de la division mixte FAO/AIEA.

Par ailleurs, l’AIEA a souligné qu’elle a mené plusieurs projets de coopération technique sur l’adaptation au changement climatique en Afrique en utilisant l’irrigation au goutte-à-goutte.

Par Issa SIKITI DA SILVA

SickaSport

Dernières actualités

Bénin : l’intégralité du compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 01 Avril 2020

Le Conseil des ministres s'est réuni ce mercredi 01 Avril 2020, sa séance hebdomadaire du Conseil des ministres sous la présidence effectives du chef de l’Etat, chef du Gouvernement, le président Patrice Talon.

Bénin : l’agriculture a parcouru un chemin parsemé d’obstacles

Environs six décennies après que l’ex colon ait laissé libre cours à la nation béninoise de décider de son sort, l’agriculture béninoise reste le secteur le plus prometteur. Celui par excellence par lequel à l’instar des pays…

Bénin : le marché de l’ananas en chute drastique, urgence de réfléchir

La fermeture des frontières nigérianes ne cesse d’influencer le marché béninois. Contrairement à l’essence de contrebande dont le prix connait une inflation continue, le prix de certains produits d’exportation notamment l’ananas produit au…

Bénin – Secteur agricole : Carence en usines de transformation de mangues

Les nouvelles récoltes de mangues ont déjà envahi les marchés béninois qui sont inondés de ce fruit de grande consommation, car le Bénin manque d’usines de transformation dans la filière. Au Bénin, champs, rues et marchés sont inondés en…

Commerce de «carcasses d’animaux» au Bénin : une menace pour la sauvegarde des espèces fauniques

Conservateurs authentiques de la médecine traditionnelle, dans une certaine dimension, les marchés d’ossements d’animaux, au Bénin, résistent à la tendance planétaire de la sauvegarde des espèces fauniques. Bien qu’au service de tout un…

Bénin : les grandes décisions du conseil des ministres du mercredi 1 Avril 2020

Le gouvernement béninois s’est réuni en conseil des ministres ce mercredi 1 Avril 2020. En sa séance hebdomadaire qui s’est déroulée avec la présence effective du chef de l’Etat, plusieurs décisions ont été prises. Infographie…

Fermeture de tribunaux ghanéens à cause du Covid-19

Les tribunaux des deux villes les plus peuplées du Ghana, Accra et Kumasi, sont fermés dans le cadre de mesures visant à contenir la propagation du coronavirus (Covid-19) dans le pays, a appris APA mercredi. Le juge en chef du Ghana, Anin…

Coronavirus : 18 mesures du patronat camerounais pour sauver les entreprises

Le Groupement interpatronal du Cameroun (Gicam) a publié ses 18 premières propositions au gouvernement en vue de freiner l’impact de la pandémie du coronavirus sur les entreprises. Au plan fiscal et social, le patronat préconise la…

Dernières actualités

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse email ne sera pas publiée.