BÉNIN24 TÉLÉVISION
L'actualité en continu et en temps réel

Location de boutique aux points stratégiques de Cotonou : surenchère de la part des propriétaires

Le secteur de location de boutiquse à Cotonou est en proie à une spéculation à nulle autre pareille, surtout lorsqu’il est question de coins stratégiques où la circulation est dense. Une situation qui s’apparente à une équation difficile à résoudre pour les commerçants et tenanciers de boutiques.

Papa Anatole, la cinquantaine et propriétaire d’une vingtaine de boutiques à Cotonou vient de recevoir ce matin dans son atelier de couture une dame qui voudrait installer son commerce de cosmétique et d’accessoires de beauté dans l’un de ses échoppes.

Sans détour, il lâche le montant mensuel à payer. «50 000 FCFA par mois et c’est 6 mois d’avance. C’est un emplacement bien situé non loin du marché Gbégamey», explique-t-il à la dame.

En effet, Il n’existe pas de structures qui fixent les règles en matière de location de boutiques à Cotonou. Chaque propriétaire y va selon ses humeurs, son investissement mais aussi en fonction de la tête du client. Ainsi, l’obtention d’une boutique bien située (pour sûr de s’attirer de la clientèle) n’est pas aisée.

Pour arriver à obtenir une boutique à un coin stratégique, il faut débourser gros. Il ne s’agit pas simplement d’avoir les moyens mais il faut compter avec la chance et les propriétaires qui font parfois la pluie et le beau temps. Ces derniers disposent d’agences ou de personnes qui jouent aux intermédiaires.

Comme si c’était simple, il faut s’y aventurer pour s’apercevoir du chemin à parcourir. Dame Aïsath commerçante de sac de maïs, rencontré à Fifadji au cours de nos enquêtes explique qu’elle a dû débourser presque le double du tarif normal pour disposer enfin de sa boutique.

«Je suis très bien située et c’est facile d’indiquer la boutique. Etre juste en face d’une école et non loin du pavé est un atout. Mais j’ai dépensé 450.000FCFA pour l’avoir». En effet, il y a une véritable surenchère autour des boutiques en ville. Et les propriétaires n’hésitent pas à doubler le prix juste parce qu’ils estiment que les clients sont faciles d’accès aux points stratégiques.

«Ce ne pas évident de s’installer dans les boutiques aux abords des rues. Au lieu de 20 000 FCFA, un propriétaire est en mesure de mettre sa boutique en location à 40 000 FCFA», explique Maman Yahn, grossiste de plastiques et de bassines à Calavi-Kpota. D’ailleurs, mon projet d’installation et d’extension de mon commerce fait désormais parti du passé».

À Cotonou, le prix d’une place varie en fonction de l’espace et du produit à exposer. Le tarif est très variable d’une boutique à une autre surtout quand on est en plein cœur de Cotonou.

«La rentabilité d’une activité de vente sur les marchés dépend de plusieurs éléments : la qualité des places obtenues. Les places les plus lucratives sont difficilement accessibles, sauf à être patient ou à les racheter, ce qui peut s’avérer coûteux et l’on n’est jamais certain de pouvoir rentabiliser. On peut banalement débourser 600 000 francs CFA pour acquérir une boutique», s’exprime Dame Akogbé.

Quand les démarcheurs s’y mêlent…

Ils demeurent toujours incontournables tant pour les propriétaires que pour les chercheurs de boutiques ou de bureaux. En effet, les agents immobiliers constituent des acteurs clés dans la recherche de location de boutiques et de bureau à Cotonou. Communément appelés ‘’démarcheurs’’, les agents immobiliers dictent encore leur loi aux populations.

En contact avec plusieurs propriétaires qui souhaitent mettre en location leurs boutiques et disposant de contrats avec ces derniers, ils prennent les clés des espaces à louer qu’ils font visiter aux clients. De nombreuses chambres de diverses caractéristiques peuvent ainsi être visitées par le client qui pourra choisir celle qui lui convient. Ils sont à l’affût de toutes les opportunités. Ils se positionnent même sur les chantiers en construction.

De commun accord avec les propriétaires, ils font la pluie et le beau temps. Nul ne peut intégrer une boutique sans leur faire appel. Même quand ils ne fournissent aucun effort, les démarcheurs règnent toujours en maitre face aux populations souvent impuissantes grâce aux propriétaires avec qui ils font leur deal. Quoi qu’il en soit, les démarcheurs semblent incontournables à Cotonou, car même certains propriétaires qui n’ont pas d’autres activités se convertissent en démarcheurs et compliquent la vie à tous les usagers qui les approchent.

Par Dorice DJETON

Immobilier Bénin

ACTUALITÉS RÉCENTES

ACTUALITÉS RÉCENTES

ACTUALITÉS À LA UNE

ACTUALITÉS À LA UNE

RÉVISION DE LA CONSTITUTION

RÉVISION DE LA CONSTITUTION

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse email ne sera pas publiée.