RESTEZ CONNECTÉ

POLITIQUE

Lutte contre Coronavirus au Bénin :  le régime Talon au rythme de la tortue

Bénin24TV

Publié

le

Pour le pouvoir de la «Rupture», rien ne presse. Même pas les coups de semonce alarmiste de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Ni non plus la courbe alarmiste des statistiques de Covid-19 des pays voisins. Comme des maitres de l’horloge, Patrice Talon et son gouvernement prennent leur temps.

Macky Sall décrète le couvre-feu au Sénégal. Alassane Ouattara en fait de même en Côte d’Ivoire. Et tout ceci lors des adresses officielles empreintes de la plus grande solennité. Mieux, des mesures socioéconomiques ont été prises. Une cagnotte de 1000 milliards est en perspective au Sénégal et près de 100 milliards en Cote d’Ivoire.

Logique de tergiversations…

Pendant ce temps, leur homologue Patrice Talon est dans les mesures périphériques. On peut citer la décision émanant des trois ministres de l’Enseignement de maintenir les écoliers, élèves et étudiants aux cours dans une projection lointaine jusqu’au 30 mars prochain. (Voir la note gouvernementale signée du secrétaire général du gouvernement, Edouard Ouin-Orou)

De même, il y a la perspective lointaine du confinement tardif de certaines villes du Bénin-méridional à partir du 30 mars 2020. Ce qui relève également du même ordre de tergiversations.

En outre, rien n’est fait dans le contexte actuel de cycle inflationniste de certains produits pharmaceutiques et autres solutions miracles contre le Coronavirus. C’est ainsi que le gel hydroélectrique est passé du simple au titre. Tout ceci est fait sans que le gouvernement ne tape du poing sur la tape. Cette situation inflationniste profite-t-elle à des proches du pouvoir ?

Dans l’ensemble, tout porte à croire que l’exécutif de Patrice Talon, a son calendrier qu’il déroule à sa guise. Un calendrier qui n’intègre pas les impératifs de temps et d’urgence au regard des effets pervers de cette pandémie qui met à genoux des puissances mondiales comme la chine, les USA, l’Italie, la France…

Tout cela ne fait qu’engendrer la déception de des Béninois, décontenancés par cette stratégie de l’esquive et de l’attentisme du régime Talon. En effet, au lendemain de la détection du premier cas de coronavirus sur le sol béninois, le président de la République du Bénin, Patrice Talon, a convoqué un conseil des ministres extraordinaire.

… d’immobilisme

En parcourant les 11 points issus du communiqué final du conseil extraordinaire des ministres sur la gestion de la pandémie du coronavirus par l’Etat béninois, bon nombre de concitoyens étaient très déçus.

En effet, alors qu’on croyait parer au plus pressé, c’est qu’à l’issue de ce conseil des ministres extraordinaire, le peuple béninois n’a eu droit qu’à de petites mesures. Les Béninois s’attendaient à des mesures drastiques comme la fermeture des frontières terrestres, maritimes et aériennes comme c’est le cas dans la majorité des pays africains.

Conséquence, beaucoup de compatriotes sont restés sur leur soif suite aux décisions au minima du conseil des ministres dans cette période cruciale de propagation vertigineuse du coronavirus (Covid-19) et son cortège de victimes. Dès lors, comment comprendre qu’au moment où une telle pandémie requiert des réactions énergiques et rapides, le gouvernement agit par mollesse ?

Selon des sources proches du dossier, la position relative à la conduite du gouvernement de Patrice Talon serait due au fait que le Bénin n’ait pas encore été attaqué par la transmission locale et communautaire. En clair, sur les cinq cas avérés de Covid-19 au Bénin, aucun compatriote béninois n’y figure. Ce qui fait que Patrice Talon et son exécutif miseraient sur un non-scénario de cas massifs de contamination.

Mieux, au moment où le Togo et le Nigeria ferment leurs frontières, le Bénin pour des raisons économiques ne peut se permettre ce luxe. En effet, après la fermeture de la frontière du Nigeria depuis août 2019 qui a occasionné une perte de 46 milliards de FCFA selon le ministre des Finances du Bénin, notre pays ne peut se permettre le luxe de fermer ses frontières.

Il faut également souligner le fait que certains membres du gouvernement aient adopté une posture de banalisation.

«Le mal est plus psychologique parce que cette menace ne fait pas de victime en tant que tel», on laisser entendre il y a 48 heures un membre du gouvernement. Cela n’est-il pas à suffisance pour tout comprendre que déclarer l’état d’urgence et le confinement total relèvent de responsabilités difficiles à prendre par le gouvernement ?

Au regard des conseils des experts, notamment les techniciens de la santé et les spécialistes de l’OMS, le pouvoir de la «Rupture» ne doit pas attendre l’hécatombe avant de fermer l’espace aérien béninois à tout pays sur la carte du Covid-19.

Quand le gouvernement demande aux chefs religieux de faire observer une distance de sécurité sanitaire d’au moins un mètre à leurs fidèles mais laisse les élèves à l’école à trois voire quatre sur des bancs sans sécurité, cette logique sort de l’entendement ?

Partagez ceci
Suivez-nous sur Facebook

CLIQUER POUR COMMENTER

COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

POLITIQUE

Présidentielle 2021 : Talon, une équation mais des inconnues pour UP et BR

Bénin24TV

Publié

le

Au lendemain des communales et municipales du 17 mai 2020, les deux blocs du président Talon sont en tête du classement. Comme aux législatives, le Bloc républicain (BR) vient en 2ème position derrière l’Union progressiste (UP). A moins d’un an de la présidentielle, des voix s’élèvent pour susciter un second mandat pour le chantre de la ‘’Rupture’’. Mais qui le fera ? Les deux partis ?

Entre l’UP et le BR qui soutiendra la candidature de Patrice Talon ? L’un ou l’autre ou les deux à la fois ? Ou encore les deux partis pousseront-ils le bouchon en présentant chacun son candidat en dépit de celle de Talon ?

En effet, les deux partis de la mouvance présidentielle sont dans une adversité très rude. Car chacun veut être le leader aux yeux du chef du «Nouveau départ». Un combat qui pour le moment semble être à la faveur des partisans de l’Union progressiste (UP) considérée comme le clan des premiers soutiens du candidat Talon devenu président. Et le Bloc républicain celui des transfuges et des militants de la seconde heure.

D’ailleurs, depuis leur création en 2018, ces deux partis siamois UP et BR ont des ambitions cachées et pour l’instant chacun joue le jeu de ce qui les unit «Patrice Talon», le seul point commun des deux partis. «Pour l’instant, le trait d’union qui nous lie comme on le dit par ci, par là, c’est le chef de l’Etat.», témoigna le député BR, Abdoulaye Gounou sur l’émission ‘’Zone franche’’ de Canal 3 Bénin le dimanche 24 mai dernier.

La preuve, il y a eu beaucoup d’accusations et à la limite des incidents déplorables entre les partis siamois de Talon lors des dernières consultations communales. Une bataille que certains pensent qu’elle sera davantage très rude dans les mois à venir.

Calculs à l’UP et au BR

Si l’ambition de tout parti est de conquérir le pouvoir et l’exercer, les deux partis de la mouvance présidentielle peuvent-ils faire valoir ce droit en 2021 ? Jusqu’à preuve de contraire tant que le président Talon n’avise pas ce sera le statuquo. Même si à des occasions données, les responsables du BR ont affiché leur volonté de conquérir le pouvoir, dans tous les cas, on attend de voir ce qui va se passer d’ici quelques mois.

Dès lors, le BR est-il capable sur la base de ces déclarations de rompre les amarres avec la ‘’Rupture’’ à la veille de la présidentielle de 2021 surtout qu’à en croire le député Gounou qui était sur Canal 3 la dernière fois, le BR dispose de ressources humaines nécessaires pour aller à la conquête du pouvoir.

De l’autre côté de l’UP, même si l’idée taraude les esprits, personne pour le moment n’ose l’afficher clairement, car on attend de voir si Patrice Talon va respecter sa promesse de mandat unique ou pas.

Ce qu’il convient de retenir, à quelques mois de la présidentielle, c’est que l’UP tout comme le BR répondent aux critères de parrainage exigés par le nouveau code électoral. En effet, avec ses 36 députés et une vingtaine de maires qu’il obtiendra à l’issue de l’installation des conseils communaux, le BR dirigé par Abdoulaye Bio Tchané, est persuadé d’avoir les 16 parrains exigés pour accompagner son candidat en 2021.

De même pour les progressistes de Amoussou qui ont 45 députés et qui envisagent une quarantaine de maires, cette formation aura les arguments à faire valoir pour porter un candidat à son sein.

Si Talon voudrait rempiler, on attend vivement celui qui va oser se révéler pour défier le chantre du ‘’Bénin révélé’’.

Partagez ceci
Suivez-nous sur Facebook

CONTINUER LA LECTURE

POLITIQUE

A huit mois de la présidentielle au Bénin : Talon, partir ou rempiler ?

Bénin24TV

Publié

le

La mouvance Talon vient d’engranger 70 maires sur 77. C’est donc 70 grands parrains potentiels qui vont s’ajouter aux 83 députés déjà acquis pour le même camp politique sous la férule de Patrice Talon. Avec ce capital-quota de grands électeurs que fera Patrice Talon ? Partir dans la droite ligne de sa ferme promesse de mandat unique ou rempiler ?

Le code électoral prévoit en effet que pour avoir un candidat à la présidentielle, il faut 16 parrainages venant de députés et ou de maires. Or, l’opposition est absente à l’Assemblée nationale. Le seul parti qui se réclame encore de l’opposition FCBE, qui était aux communales n’a pas pu, au regard des résultats, obtenir 16 mairies. Si on s’en tient à cette loi taillée sur mesure nul doute qu’on aura une candidature unique : celle de Patrice Talon. A moins que celui-ci concède à Paul Hounkpè quelques grands parrains pour pouvoir l’affronter dans un jeu de marionnette.

En effet, le chef de l’Etat, qui avait pris l’engagement depuis 2016 de ne faire qu’un mandat unique a tôt fait de dire qu’il avisera. Mais après le succès à nouveau du boycott lancé par les forces de la ‘’Résistance’’ aux communales du 17 mai dernier que fera-t-il ? Même si le pouvoir de la ‘’Rupture’’ semble mettre la main sur toutes les intuitions de contre-pouvoir, le peuple souverain qui ne rate aucune occasion ne manque de lui montrer son impopularité grandissante.

Malgré les moyens communicationnels mis en jeu, la chasse aux opposants et la contribution de la justice pour écarter les potentiels candidats comme Sébastien Ajavon, le boulevard est libre pour Patrice Talon même s’il est boudé par son peuple.

Par ailleurs, le chef de l’Etat qui n’a pas encore annoncé officiellement sa candidature, mais qui était en perte de popularité et en chute libre dans les sondages depuis en 2016, pense toujours soigner chaque jour son image en muselant les forces de l’opposition. Taxé d’autoritaire” depuis les dernières élections législatives, Patrice Talon n’a pas voulu lâcher du lest,

Dans un simulacre de dialogue politique, il a au contraire renforcé son autorité sur la classe politique avec ses bras armés que sont les deux blocs et la justice. La FCBE aujourd’hui vidé de sa substance, la RB bloquée dans les méandres de la justice, l’USL toujours à la recherche de son existence juridique ne sont plus des obstacles pour lui pour 2021.

Même si les signes annoncent l’orage pour le régime de la ‘’Rupture, son chef est entre doute et optimisme. Surtout après les dernières élections communales qui ont crédité ses affidés de plus de 73% des voix mais avec 49% de participation. Partir ou rempiler et devenir un président illégitime car élu avec moins de 50% de Béninois aux urnes ? Voilà désormais l’équation à plusieurs inconnues qui attend désormais Patrice Talon.

En effet, les deux partis jumeaux qui soutiennent les actions de Patrice Talon doivent contrôler les plus grandes communes du pays. Les dernières élections communales ont permis à la classe politique de tester les réformes politiques. Cinq cette fois-ci contrairement aux législatives de 2019, trois partis politiques ont obtenus le sésame de formation politique d’envergure nationale.

Les FCBE et les partis soutenant le pouvoir en place qui remporte 54 communes, avec surtout la maîtrise des villes stratégiques. Cotonou, Porto-Novo, Abomey-Calavi, Bohicon, Sèmê-kpodji, sauf à priori Parakou seront sous le contrôle du pouvoir de la ‘’Ruse’’ et de la ‘’Rage’’. Patrice Talon qui a organisé les communales malgré la pandémie du Coronavirus et en dépit de la décision de la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples CADHP de surseoir ces élections, va-t-il vouloir renoncer au pouvoir et partir ?

L’équation du boycott, un souci pour la ‘’Rupture’’

Patrice Talon n’a jamais gagné une élection seul. En 2016, malgré l’apport des autres candidats, il a fallu celui de Ajavon pour faire basculer la balance à sa faveur. En 2019, lors des législatives, il a fallu écarter tous les partis de l’opposition. Mais finalement battu par un boycott massif de plus de 73%.

Aux dernières communales malgré la présence du PRD, FCBE (Aile Hounkpè) et l’UDBN plus de 50% des béninois ont encore dit non au pouvoir Talon. Tout ceci montre combien de fois la tâche sera très difficile pour les hommes du ‘’Nouveau départ’’ en 2021 pour faire ramener les électeurs aux urnes s’il advenait que Patrice Talon décide de rempiler.

Partagez ceci
Suivez-nous sur Facebook

CONTINUER LA LECTURE

DERNIÈRES ACTUALITÉS

CÔTE D'IVOIREIl y a 4 minutes

Côte d’Ivoire : la révision de la liste électorale fixée du 10 au 24 juin prochain

Le gouvernement ivoirien a adopté mercredi un décret fixant la révision de la liste électorale sur la période du 10...

CORONAVIRUSIl y a 7 minutes

Le Fonds des Nations unies pour la population équipe le personnel soignant contre la Covid-19 en Côte d’Ivoire

Le Fonds des Nations unies pour la population (FNUAP) ou United Nations Fund for Population (UNFPA) a équipé, mercredi, le...

MALAWIIl y a 20 minutes

Malawi : la présidentielle face à des défis juridiques et sanitaires majeurs

La marche vers le Palais de la République du Malawi s’avère difficile pour les candidats à la présidence et leurs...

TUNISIEIl y a 25 minutes

Ibrahim Sy Savané nommé ambassadeur de la Côte d’Ivoire en Tunisie

L’ancien président de la Haute autorité de la communication audiovisuelle (HACA), l’organe de régulation de l’audiovisuel en Côte d’Ivoire, Ibrahim...

CÔTE D'IVOIREIl y a 34 minutes

La distribution des cartes nationales d’identité ivoiriennes démarre la semaine prochaine

Plus de 400 000 personnes ont été enrôlées pour la nouvelle carte nationale d’identité (CNI) ivoirienne trois mois après le...

CULTUREIl y a 40 minutes

UA : le Maroc désigné vice-président du Sous-comité sur les questions environnementales

Le Maroc a été désigné vice-président du Sous-comité de l’Union africaine (UA) sur les questions environnementales, qui a tenu sa...

POLITIQUEIl y a 1 heure

Présidentielle 2021 : Talon, une équation mais des inconnues pour UP et BR

Au lendemain des communales et municipales du 17 mai 2020, les deux blocs du président Talon sont en tête du...

POLITIQUEIl y a 1 heure

A huit mois de la présidentielle au Bénin : Talon, partir ou rempiler ?

La mouvance Talon vient d’engranger 70 maires sur 77. C’est donc 70 grands parrains potentiels qui vont s’ajouter aux 83...

POLITIQUEIl y a 1 heure

Coronavirus : Patrice Talon a-t-il bien géré la lutte contre la pandémie ?

Avec le conseil des ministres d’hier, le chef de l’Etat du Bénin, Patrice Talon, est entrain d’amorcer la descente en...

ECONOMIEIl y a 1 heure

Economie béninoise : ces facteurs qui ont renforcé le Doing business

Dans le souci de renforcer les capacités économique du Bénin et donner une plus grande opportunité aux investisseurs quant à...

POLITIQUEIl y a 1 heure

Désignation des maires et leurs adjoints : le gouvernement en appelle au respect de la loi

Après l’élection des conseillers communaux et municipaux le dimanche 17 mai 2020, ceux-ci sont conviés à élire et mettre en...

EDITORIALIl y a 1 heure

Amoussou et Fagbohoun ont eu chaud

Dans la commune d’Aplahoué, Bruno Amoussou est imbattable depuis les années 1990 où il a mis en terre le PSD....

ECONOMIEIl y a 2 heures

Microfinance dans l’Uemoa : une hausse de dépôts dans les SFD en fin 2019 au Bénin

Selon le bulletin trimestriel de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’ouest (Bceao), l’encours des crédits des systèmes...

ECONOMIEIl y a 2 heures

Indice d’intégration régionale en Afrique : le Bénin dans le top 10 des pays de la CEDEAO

Le nouveau rapport sur l’intégration régionale en Afrique (ARII 2019) vient de classer le Bénin dans le top 10 des...

ECONOMIEIl y a 2 heures

Supposé népotisme et gestion hasardeuse à la BAD : les USA exigent une enquête indépendante

Entre le président de la Banque Africaine de Développement (BAD), Akinwumi Adesina et le groupe des «lanceurs d’alerte», l’affaire dite...

ENTRETIENIl y a 2 heures

Abdel Aziz Assani : «Sèmè City doit être partenaire des incubateurs en place»

Au Bénin, pour accompagner les startups à concrétiser leurs projets en entreprise, les centres d’incubation ne cessent de multiplier les...

ECONOMIEIl y a 9 heures

Plan de l’UE : les négociations «pas conclues» lors du prochain conseil européen (Merkel)

Les négociations «difficiles» sur le plan de relance de 750 milliards d’euros présenté par l’Union européenne (UE) ne seront «pas...

ECONOMIEIl y a 9 heures

La France appelle tous les Etats à soutenir le plan de relance «historique» de l’UE

Le ministre français des Finances, Bruno Le Maire a appelé mercredi tous les États membres de l’Union européenne, «y compris...

ECONOMIEIl y a 9 heures

Champagne : 5.000 bouteilles offertes aux soignants pour dire merci

Collectées en mai par le Syndicat général des vignerons (SGV), près de 5.000 bouteilles de champagne seront offertes les 10,...

ECONOMIEIl y a 9 heures

Boeing annonce avoir repris la production du 737 MAX, cloué au sol depuis plus d’un an

Boeing a annoncé ce mercredi avoir repris la production du 737 MAX, avion cloué au sol depuis plus d’un an...

LE 229Il y a 15 heures

Covid-19 au Bénin : les transports en commun autorisés à circuler à nouveau

En vue d’un retour à la normale, le gouvernement au cours de sa séance de ce mercredi 27 mai 2020,...

CORONAVIRUSIl y a 15 heures

Covid 19 au Bénin : le gouvernement allège les mesures restrictives liées aux bars et transports en commun

A l’instar des lieux de culte, le Gouvernement a allégé les mesures restrictives relatives aux bars et transports en commun....

LE 229Il y a 16 heures

Covid-19 au Bénin : réouverture des bars et lieux de culte validée pour le 2 juin

Les lieux de culte peuvent désormais recevoir des fidèles ainsi que les bars des clients. Réuni en Conseil des ministres...

CORONAVIRUSIl y a 16 heures

Covid 19 au Bénin : la réouverture des lieux de culte, dès le 02 juin

Le Gouvernement vient d’alléger les mesures restrictives relatives aux lieux de culte. C’est l’une des décisions majeures issues, ce mercredi...