BÉNIN24 TÉLÉVISION
L'actualité en continu et en temps réel

Lutte contre la pauvreté en Afrique : l’économie informelle mondiale en perte de vitesse

C’est un secteur qu’on ne peut pas effectivement mesurer mais son impact est grandiose et aide surtout l’Afrique et l’Amérique latine à combattre les démons de la pauvreté. Cependant, l’économie parallèle, comme on l’appelle parfois, est en baisse et semble être en perte de vitesse.

La taille de l’économie informelle – mesurée en pourcentage du Produit intérieur brut (PIB) – a progressivement diminué dans toutes les régions, a déclaré le Fonds monétaire international (FMI) cette semaine.

«Alors que les réformes visant à réduire l’informalité, telles que les obstacles à l’enregistrement d’une entreprise, fonctionnent, le passage de l’informel à l’informel prend du temps», ajoute le FMI.

Au Bénin, et plus précisément à Cotonou, les acteurs du secteur informel continuent de faire leur bonhomme de chemin mais les chocs que le gouvernement les a fait subir ces deux dernières années, semblent avoir affecté leurs opérations.

Tracasseries

«Je voudrais formaliser mon business car les tracasseries de l’état commencent à m’exaspérer et affecter mes opérations. Opérer au bord de la route n’est pas approprié à long terme. Je compte louer une place, faire les papiers et travailler dans la légalité. Mais ça va prendre du temps, sinon le projet est dans ma poche», indique un mécanicien des motos.

«Cela fait cinq ans que je vends à coté des artères principales car la vie de mes quatre enfants dont le papa est parti en dépend. Mais depuis qu’on avait cassé nos baraques pour soi-disant récupérer les espaces publics, notre situation s’est empirée», se lamente Solange, une vendeuse de nourriture à ciel ouvert.

«On change de place chaque fois et la police vient encore nous chasser. D’ailleurs la plupart des femmes qu’on était ensemble ne font plus rien car elles en ont marre des tracasseries de l’état», ajoute Solange.

Bien que les analystes le décrivent souvent comme un outil vital de la lutte contre la pauvreté, surtout dans les pays à faible revenu, le secteur informel peine à dompter effectivement cette pauvreté. Au contraire, plusieurs de ses acteurs continuent de s’enfoncer dans la pauvreté, comme le cas des petits agriculteurs africains dont la production reste faible et leur prix de vente très bas.

«L’économie informelle est généralement associée à une faible productivité, à la pauvreté, à un taux de chômage élevé et à une croissance économique plus lente», explique Thomas F. Alexander, l’expert du FMI dans un document d’analyse intitulé «The Global Informal Economy: Large but On The Decline», publié ce mercredi.

Secteur formel

L’économie parallèle est plus répandue dans les pays à faible revenu, car plus les pays se développent, plus il est facile pour les travailleurs de passer au secteur formel, affirme le FMI.

C’est un secteur qui fournit des emplois et des revenus aux personnes qui ne trouveraient autrement pas d’emploi, il complète leur revenu provenant d’un emploi dans le secteur structuré et réglementé.

Thomas F. Alexander appelle les décideurs à créer un environnement dans lequel le secteur formel puisse prospérer tout en créant des opportunités pour les personnes travaillant dans le secteur informel de maintenir ou d’améliorer leur niveau de vie.

«Certaines de ces mesures comprennent la réduction des coûts de l’activité économique, la lutte contre la corruption et l’amélioration de l’accès au financement et aux services», souligne-t-il.

Par Issa SIKITI DA SILVA

Rejoignez-nous sur Facebook
Nous sommes aussi sur Twitter
Application Android

Disponible sur Google Play

 

Immobilier Bénin

ACTUALITÉS RÉCENTES

ACTUALITÉS RÉCENTES

ACTUALITÉS À LA UNE

ACTUALITÉS À LA UNE

RÉVISION DE LA CONSTITUTION

RÉVISION DE LA CONSTITUTION

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse email ne sera pas publiée.