BÉNIN24 TÉLÉVISION
L'actualité en continu et en temps réel

Marché locatif à Cotonou : les démarcheurs et les bailleurs défient le gouvernement

Un an et six mois après la promulgation de la loi du 24 avril 2018 portant régime juridique du bail à usage d’habitation domestique au Bénin, le journal l’Economiste est descendu sur le terrain pour tâter la réalité sur son application. Le constat est amer. Huit sur 10 démarcheurs et trois sur cinq propriétaires ont rejeté la caution de trois mois. Ils veulent plus.

«Les maisons qu’on fait louer appartiennent aux propriétaires. C’est eux qui nous disent ce qu’on va faire parce que ce sont des propriétés privées. Donc le gouvernement n’a rien à avoir dans cette affaire», a déclaré George, un démarcheur de Cotonou.

Pendant que George se confiait à ce journal, un autre démarcheur négociait avec un client pour aller visiter une maison à Cadjehoun dont le propriétaire demandait une caution de six mois et une avance d’électivité et d’eau de 50 000 FCFA. Le loe pou une chambre et un salon avec les installations sanitaires serait de 35 000 FCFA pa mois.

«Si c’est bon, je paie et m’installe. Je n’ai pas le choix car c’est urgent. Ça fait un mois depuis que je suis à la recherche d’une bonne maison à louer mais il n’rien. C’est injuste. Ces gens défient la loi et le gouvernement. Ce n’est pas possible», a indiqué Saturnin.

«En plus, on m’a demandé de paie 2000 FCFA pour aller voir la maison. Tu paies tous ces frais, juste pour loue une maison. C’est absurde», a-t-il ajouté.

Mangeons la loi

Interrogée sur les raisons valides d’insister sur la caution de huit mois qu’elle demandait pour son ‘’entrée-couchée’’ de 20 000 FCFA par mois, un bailleur n’est pas allé par quatre chemins.

La loi est là, on n’en disconvient pas. Mais est-ce qu’on mange la loi ? J’ai dépensé beaucoup d’agent pour rénover cette chambre ; les matériaux de construction coutent chers dans ce pas. Il faut quand même que je récupère cette somme dès le début de la location. Trois mois c’est insignifiant», a expliqué le bailleur.

Certains observateurs déplorent le manque de suivi sur l’application de la loi du 24 avril 2018 portant régime juridique du bail à usage d’habitation domestique au Bénin.

«Voter et promulguer les lois c’est bien mais il faut faire un suivi sur son application. C’est qui n’est pas le cas ici au Bénin. On vote et puis on oublie, croyant que la loi va s’appliquer seule. Il faut sensibiliser les populations à communiquer les cas de non-respect de cette loi aux autorités», a affirmé une source policière.

«Les démarcheurs et les propriétaires de maison qui font souffrir la population, il faut les prendre et les enfermer au commissariat et les présenter devant le tribunal. Ce n’est pas normal. La loi est dure mais c’est la loi», a martelé la source.

Par ISSA SIKITI DA SILVA

Rejoignez-nous sur Facebook
Nous sommes aussi sur Twitter
Application Android

Disponible sur Google Play

 

Immobilier Bénin

ACTUALITÉS RÉCENTES

ACTUALITÉS RÉCENTES

ACTUALITÉS À LA UNE

ACTUALITÉS À LA UNE

CAN 2019

CAN 2019

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse email ne sera pas publiée.

+ 1 = 7