BÉNIN24 TÉLÉVISION
L'actualité en continu et en temps réel

Médiateur de la République : les  Systèmes informatiques au menu d’un atelier au Bénin

Le Médiateur de la République du Bénin organise, au profit des collaborateurs des Médiateurs de l’espace Uemoa, un atelier sous régional sur les systèmes informatiques de gestion des réclamations, du mardi 05 au vendredi 08 novembre 2019 à Cotonou.

«Notre atelier doit donc être véritablement une session de travail où chacun mettra son tablier, c’est-à-dire son intelligence pour que nous puissions échanger, raboter au besoin ce qui déborde et permettre de concevoir et élaborer une méthode ou une plateforme d’où nous pourrions tirer, compte tenu de la spécificité de nos Etats, de nos administrations la substance vivifiante en vue d’améliorer nos manières d’agir», a déclaré, Joseph Gnonlonfoun, Médiateur de la République du Bénin, à l’occasion de la solennité d’ouverture de l’atlier sous régional d’échanges sur les systèmes informatiques de gestion des réclamations des institutions de médiation de la république, ce mardi 05 novembre 2019 à Cotonou. Ceci, en présence du Garde des Sceaux, ministre de la Justice, Séverin Quenum.

Chacune des institutions de médiation de l’Uemoa a conçu une manière de conduire l’étude des réclamations, compte tenu du contexte dans lequel elle a été créée, du milieu dans lequel elle est tenue d’évoluer et de se mouvoir.

«Je vais même plus loin, il est important de tenir compte des nombreuses facettes dans lesquelles se présentent les plaintes ; à nous institutions appelées à la rescousse du citoyen de savoir nous adapter à la détresse du réclamant» dixit Joseph Gnonlonfoun.

Pour Ali Sirfi Maïga, président de l’Association des médiateurs des pays membres de l’Uemoa (l’AMP-UEMOA) et Médiateur de la République du Niger, les différentes institutions sont entrées, certaines dans leur trentenaire, d’autres leur quinzième et dixième année.

Ce parcours leur a permis d’occuper pleinement la place institutionnelle dans chacun des pays respectifs. Grâce à leurs actions et aux résultats obtenus, le recours à la médiation institutionnelle est devenu une réalité et le défi de mettre les institutions à la portée et à l’écoute de tous les citoyens est en passe d’être gagné.

Cependant, faire face avec diligence et efficacité à l’ensemble des sollicitudes est encore un autre défi. «C’est pourquoi, au regard du développement des technologies de l’information et de la communication en perpétuelle mutation, la gestion informatisée des réclamations s’est avérée indispensable pour plus de performance et d’efficacité dans le traitement des dossiers», a fait remarquer Ali Sirfi Maïga pour qui, la plupart des institutions membres de l’AMP-UEMOA ont, depuis quelques années, informatisé leur système de traitement des réclamations.

Au cours des travaux de cet atelier, les participants vont échanger leurs expériences sur les systèmes informatiques. Pour ce faire, le présent atelier permettra l’appropriation des principes fondamentaux de la gestion automatisée des réclamations pour plus d’efficacité dans le traitement des dossiers. Ces acquisitions sont indispensables pour permettre aux collaborateurs des Médiateurs de la République de répondre efficacement aux attentes des citoyens.

Au Bénin, le Médiateur de la République est compétent pour traiter des griefs opposant l’administré à l’administration publique. Tout recours dont le Médiateur est saisi doit avoir un caractère public pour entrer dans le champ de compétence de l’institution.

L’intervention du Médiateur de la République requiert l’existence d’un différend ou grief avec l’administration. Il faut entendre par grief ici, un problème concret que rencontre une personne physique ou morale dans ses rapports avec un organisme investi d’une mission de service public.

Par Joël YANCLO

Rejoignez-nous sur Facebook
Nous sommes aussi sur Twitter
Application Android

Disponible sur Google Play

 

Immobilier Bénin

ACTUALITÉS RÉCENTES

ACTUALITÉS RÉCENTES

ACTUALITÉS À LA UNE

ACTUALITÉS À LA UNE

RÉVISION DE LA CONSTITUTION

RÉVISION DE LA CONSTITUTION

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse email ne sera pas publiée.