RESTEZ CONNECTÉ

ENQUÊTE

Morosité économique au Bénin : les activités génératrices de revenus sauvent les femmes

Bénin24TV

Publié

le

Afin d’accroitre leurs revenus et mieux s’occuper de leurs familles, nombreuses sont les femmes qui choisissent de s’investir dans les activités génératrices de revenus. En dépit des difficultés liées aux finances, elles s’en sortent vaille que vaille.

Les AGR représentent les activités auxquelles s’adonnent les femmes pour joindre les deux bouts et s’occuper de leurs familles. Il s’agit notamment de la fabrication de savon liquide, de perles, de gâteaux, de champoings…

De nos jours, il n’est plus question pour les femmes de croiser les bras et de tout espérer de leurs conjoints. Les besoins augmentent au quotidien et il faut être astucieux pour ne pas vivoter.

Dame Ginette, rencontrée à Kpota dans la commune de Calavi fait de la fabrication de gâteaus depuis plus de huit ans. «C’est une activité qui me permet de me nourrir et de prendre soins de mes enfants depuis que leur papa est au chômage. Je ne suis pas cuisinière ni pâtissière de formation. C’est grâce à une ONG que j’ai appris à me débrouiller dans la pâtisserie et ceci me rapporte au moins 25 000 FCFA par semaine».

D’ailleurs, avec sa fille ainée, elles s’affairent pour livrer une commande dans une école maternelle où l’un des enfants fête son anniversaire. En outre, les AGR sont une manière pour les femmes d’apporter leur contribution significative à l’allègement de la charge familiale.

«Le revenu des conjoints seul ne suffit plus pour la satisfaction des besoins de la famille qui se multiplient et se diversifient d’un jour à l’autre. Ainsi, le revenu de la femme permet d’améliorer la situation économique de la famille», confie, dame Elvire Houèkpé, formatrice des femmes en activités Génératrices de revenu qui recommande souvent aux femmes de s’associer pour fédérer leurs énergies et minimiser les risques.

Quid de l’entrepreneuriat collectif…

De manière très générale, on peut considérer l’entrepreneuriat collectif comme une alternative à l’entrepreneuriat classique qui est le plus souvent individuel. Il est une forme entrepreneuriale d’équipe.

En effet, il n’y a pas de focalisation sur les capacités entrepreneuriales des femmes mais plutôt sur le travail en équipe des différents employés au sein de l’entreprise tous autant qu’ils soient. Le but de ce type entrepreneuriat est de mutualiser les démarches afin de fonder une nouvelle forme d’organisation économique, coopérative et socialement exigeante. L’entrepreneuriat collectif peut-être caractérisé par un groupe d’individus qui décèlent un même besoin et qui choisissent d’unir leurs efforts afin de répondre à ce besoin.

Tante Visso, la cinquantaine dirige une entreprise collective de fabrication d’huile rouge et de fromage à base de Soja à Zè. Elle se confie : «c’est une dizaine de femmes qui ont initié l’entreprise que je dirige. Et nous avons plus de 30 commerçantes qui viennent s’approvisionner chez nous. Ici, il n’y a pas de faillite, on se sert les coudes et ca marche».

Dans l’entrepreneuriat collectif, les individus partagent à la fois les bénéfices et les risques. Ils ont la volonté de s’unir sur un projet en commun et non d’être en concurrence. L’objectif des entrepreneurs est de partager leur leadership, pour créer et développer des retombées sociales afin de pérenniser leur activité et le milieu dans lequel ils travaillent. Entreprendre collectivement permet de diminuer les risques liés aux responsabilités juridiques et sociales qui découlent du statut d’entrepreneur.

Le défi de l’inclusion financière des femmes…

«Ce qui plombe les Activités génératrices de revenus des femmes, c’est l’accès aux services financiers. L’appui nécessaire pour agrandir leur commerce fait souvent défaut», explique Honorine Tchoutchou, présidente d’un groupement de femmes qui s’investissent dans les activités génératrices de revenus.

Face au phénomène d’exclusion généralisée, il apparaît évident qu’en matière d’accès aux services financiers, il y a lieu de s’occuper en priorité des femmes même si la tâche n’est pas aisée. En effet, l’élargissement de l’accès des femmes aux services financiers pose des difficultés singulières auxquelles bailleurs de fonds et professionnels du développement doivent réfléchir.

En effet, il est plus difficile de repérer les femmes exclues du système financier. «Les enquêtes auprès des ménages coûtent chères et prennent beaucoup de temps, mais il n’existe pas d’autre façon d’identifier les personnes qui ne sont pas bancarisées. Les banques peuvent certes sonder leurs clients et étudier leurs transactions, mais ces exercices se limitent par définition aux personnes qui ont déjà accès au système financier», explique un agent d’une banque ayant requis l’anonymat.

Les femmes sont aussi défavorisées sur le plan de l’accès à l’information, en ce qu’elles évoluent dans des cercles plus réduits et moins divers et qu’au sein de ces réseaux, il est moins probable que des personnes les recommandent auprès des banques. C’est dire qu’il est plus difficile de toucher les femmes par le biais des circuits qui ciblent habituellement les hommes, à savoir notamment les paiements de salaires, les transferts d’argent et les comptes d’épargne.

Par Dorice DJETON

Partagez ceci
Suivez-nous sur Facebook

1 COMMENTAIRE

1 COMMENTAIRE

  1. Pingback: Morosité économique au Bénin : les activités génératrices de revenus sauvent les femmes | Wa sé xo

COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ENQUÊTE

Covid-19 : Bars et boîtes de nuit fermées, restaurants et cafeterias au ralenti au Bénin

Bénin24TV

Publié

le

Le gouvernement du Bénin a pris une mesure restrictive en conseil des ministres pour lutter contre la propagation du coronavirus au Bénin. Ce qui a des répercussions importantes sur plusieurs secteurs d’activités de l’économie Béninoise.

Sur le terrain, plusieurs faits ont été constatés suite aux mesures prises à savoir : La fermeture progressive, des hôtels, les bars, des boites de nuit, des espaces évènementiels et loisirs, maquis, restaurants, des sous-traitants sectoriels, ont été respectivement fermées, à la demande de l’Etat, afin de contribuer à briser la chaine de contamination du covid-19.

L’exécution de cette mesure restrictive du 30 mars au 13 avril 2020 par plusieurs gestionnaires des hôtels, bars, boites de nuit et autres. engendrent une baisse continue de leurs activités.

«Avant la mesure restrictive décrété par le chef de l’état, je tue deux à trois moutons par jour, et rien ne reste, mais depuis que nous respectons la mesure, je tue un mouton par jour. Le vendredi par exemple, j’ai tué un mouton et c’est ça qui est resté jusqu’au samedi. J’espère que vous-même vous avez constaté qu’il n’y a pas d’affluence dans notre marché. Il y a vraiment la mévente.» a expliqué Aladji Aboubakar, un vendeur de la viande de mouton dans le marché Ganhi.

«Les clients ne viennent plus du fait de la mesure prise par le chef de l’état pour limiter la propagation de coronavirus dans notre pays. Nos clients gestionnaire des hôtels et bars, restaurants sont confinés et nous même quand nous tuons un bœuf, nous partageons ça entre nous parfois, et pourtant, il y a des jours oû nous n’arrivons pas à les vendre tous. Il y a une baisse de notre activité.» a confié un boucher à Abattoir sous le sceau de l’anonymat.

Le constat est le même au niveau des cafeterias «Chez nous ici, nous respectons la mesure prise par le gouvernement béninois pour contrer le coronavirus, nous ne recevons pas les clients comme auparavant. Ce qui a provoqué une baisse de nos activités journalières.» a précisé Dangoté, le gérant de la cafétéria de Placodji.

Le constat est le même au niveau des hôtels, bars, maquis et restaurants installés tout au long de la clôture du port autonomes de Cotonou. Cette pandémie de coronavirus a impacté plusieurs secteurs d’activités libres avec des conséquences lourdes sur leurs économies.

Partagez ceci
Suivez-nous sur Facebook

CONTINUER LA LECTURE

ENQUÊTE

Coronavirus au Bénin : service minimum dans le transport, des pertes importantes

Bénin24TV

Publié

le

Dans le domaine du transport, l’effet du Covid-19 se fait cher au Bénin. Intimement lié aux autres domaines d’activités qui sont déjà en souffrance, ce secteur dans les zones concernées par le cordon sanitaire, va decrescendo. Preuve, contrairement à environ dix (10) jours en arrière, sur l’axe Cotonou-Allada, Ouidah-Tori-Zè en passant par Calavi, les taxis interurbains se font rares.

Mieux, parcourant les gares routières, des bus faisant le long trajet du Bénin profond, le constat est béat. Fermeture générale et absence de bus. Pour les chauffeurs qui s’efforcent de tenir le service, réduisant à trois (03) le nombre de clients à conduire dans les périmètres définis. comme le recommande la décision du gouvernement, ils n’ont pas hésité à revoir à la hausse les frais de déplacement.

«Pour prendre de clients de Cotonou à Allada ou de Cotonou à Tori, ce n’est plus 1.000 f cfa. Nous prenons 2.000 f cfa.», détaille un des conducteurs du parking de carrefour IITA rencontré dans l’après-midi du dimanche 05 avril 2020. Selon ses explications, le coût qui a ainsi doublé indépendamment de leur volonté ne leur permet point de faire de bonnes recettes.

Car, renchérit-il, «tous les clients ne veulent pas payer le double du montant auquel ils étaient déjà habitué. C’est ce qui fait même que certains de nos collègues ont décidé de garer leur taxi en attendant. Si nous autres qui faisons du job on gare, qu’est-ce qu’on va manger ?». Les réalités ne sont pas autres, du côté des usagers de l’axe Cotonou-Porto-Novo.

Ici comme dans les autres villes du cordon sanitaire, les bus et les mini-bus ont laissé place aux taxi-ville qui, sommés de se limiter à trois (03) clients, sont passés de 700 f cfa à 1.500 fcfa quant aux frais de transport. Et bien entendu, avec cette hausse, nombre d’activités sont aux arrêts.

Commerçante de produits laitiers et divers au marché Dantokpa, Lucie Kèkè, après deux (02) jours d’aller-retour Porto-Novo-Tokpa qui lui ont fait dépenser six (06) mille francs cfa. sans la restauration, ne s’est pas faite prier avant de renoncer à sa venue au marché où elle mène ses activités.

Si les conséquences frappent de pleins fouets les acteurs du transport sur les différents axes concernés, les racoleurs communément appelés klébés n’en sont pas épargnés. Les 100 francs cfa, 200 francs cfa, 300 francs cfa souvent obtenus en guise de bénéfices sur les clients apportés aux chauffeurs ne sont plus au rendez-vous.

Pour Aubin Odjo, «le manque a gagné depuis plus d’une semaine est grand». A l’en croire, depuis l’entrée en vigueur de la décision du gouvernement, la grande majorité des racoleurs sont entrés dans une forme de chômage c’est parce que ces dernières n’ont pas d’autres activités qu’ils s’adonnent au racolage sur les parkings. Dans leur rang, la stratégie pour tromper l’oisiveté, l’ennui et le besoin, chacun le développe.

«En attendant que les activités des bus en direction du marché Tokpa, et les taxis qui vont à Dassa, Savalou et autres ne reprennent, j’aide un ami dans le domaine de l’entretien. Quand il a de marché, je le suis et on gère ça.» confie Euloge Assan, la trentaine environ. Au-delà de tous ces aspects, le transport fluvial ne fait pas exception à la règle du gouvernement.

Au contact des riverains de l’embarcadère de Calavi, les riverains essaient à la mesure du possible d’observer la règle de 3 passagers recommandée. Tout ceci ramène à dire que le secteur du transport avec tous ses composantes, vit en soubresaut face au coronavirus.

Partagez ceci
Suivez-nous sur Facebook

CONTINUER LA LECTURE

DERNIÈRES ACTUALITÉS

CÔTE D'IVOIREIl y a 8 minutes

CPI : la décision de la Cour est «une victoire et un pas en avant» (Blé Goudé)

Charles Blé Goudé estime que la décision de la Chambre d’appel de la Cour pénale internationale (CPI), révoquant des restrictions...

MAROCIl y a 19 minutes

Maroc : disparition de Abderrahmane Youssoufi, figure de proue de la gauche socialiste

L’ancien Premier ministre marocain et figure de proue de la gauche socialiste, Abderrahmane El Youssoufi, est décédé dans la nuit...

ECONOMIEIl y a 24 minutes

Le Sénégal obtient 82,5 milliards FCFA des investisseurs du marché financier de l’UMOA

L’Etat du Sénégal a obtenu vendredi un montant de 82,5 milliards de FCFA (environ 132 millions de dollars) auprès des...

ECONOMIEIl y a 27 minutes

«Il est temps» d’avoir un Africain à la tête de l’OMC, selon le candidat égyptien

«Il est temps» d’avoir pour la première fois un Africain à la tête de l’OMC, affirme le Suisso-égyptien Hamid Mamdouh,...

ECONOMIEIl y a 31 minutes

La croissance trimestrielle de l’Inde s’est tassée à 3,1%, la plus faible en 20 ans

L’économie indienne a connu sa croissance la plus faible depuis 20 ans au quatrième trimestre de son exercice décalé 2019-2020,...

ECONOMIEIl y a 36 minutes

Brésil : le PIB recule de 1,5% au 1er trimestre, encore peu affecté par la pandémie

Le PIB du Brésil a reculé de 1,5% au premier trimestre par rapport aux trois derniers mois de 2019, en...

ECONOMIEIl y a 37 minutes

Universal Music France forme un duo avec Paradiso pour produire des podcasts

Universal Music France s’est associée au studio Paradiso pour produire ensemble des podcasts sur l’univers de la musique, un moyen...

ECONOMIEIl y a 40 minutes

Brexit : l’Irlande accélère ses préparatifs en cas de «no deal»

Le gouvernement irlandais a annoncé ce vendredi accélérer ses préparatifs pour faire face à l’éventualité d’une absence d’accord entre le...

SPORTSIl y a 3 heures

Barcelone : Lacazette pour succéder à Lautaro Martinez à l’Inter ?

Actuellement en pleine négociation avec Barcelone pour Lautaro Martinez, l’Inter Milan prospecte sur le marché pour trouver son successeur. Et...

SPORTSIl y a 3 heures

PSG : «Il est normal de voir un club comme la Juventus s’intéresser à lui», Juninho annonce la couleur pour Houssem Aouar

Le PSG et la Juventus seraient en concurrence pour Houssem Aouar. Juninho, directeur sportif de l’OL, a lâché ses vérités...

SPORTSIl y a 3 heures

Boxe : Tony Yoka lâche un énorme coup de gueule sur la mort de George Floyd

Arrêté violemment par des policiers aux Etats-Unis ce lundi soir, George Floyd, afro-américain de 46 ans, a trouvé la mort....

SPORTSIl y a 3 heures

Tennis – Roland-Garros : «Je suis convaincu que certains tournois se joueront, même avant Roland-Garros», Guy Forget

Pour freiner la propagation du coronavirus, le monde sportif s’est mis en pause pendant plusieurs semaines. Alors que Roland-Garros est...

SANTÉIl y a 3 heures

En Italie, des milliers de médecins dans la rue pour réclamer une réforme

Des milliers de médecins et étudiants en médecine ont manifesté vendredi dans toute l’Italie réclamant une réforme de l’enseignement dans...

SPORTSIl y a 3 heures

NBA : décès de George Floyd, le cinglant message de LeBron James

Victime de violences policières, George Floyd a trouvé la mort il y a quelques jours. Alors que ce décès a...

ECONOMIEIl y a 3 heures

Pérou : le FMI donne son feu vert à une ligne de crédit de 11 milliards de dollars

Le Fonds monétaire international a accordé jeudi soir au Pérou une ligne de crédit de 11 milliards de dollars sur...

CULTUREIl y a 3 heures

Côte d’Ivoire : l’imam Mamadou Traoré désigné nouveau guide de la communauté musulmane

L’imam principal de la grande mosquée de la Riviera-Golf (un quartier huppé à l’Est d’Abidjan), El Hadj Mamadou Traoré a...

CÔTE D'IVOIREIl y a 4 heures

Le FPI se «réjouit» de la levée de certaines restrictions sur la liberté de Gbagbo et Blé Goudé

Le Front populaire ivoirien (FPI, opposition), se «réjouit» de la levée de certaines restrictions sur la liberté de Laurent Gbagbo...

LE 229Il y a 4 heures

Réalisation des travaux d’asphaltage : la ville de Cotonou se modernise

La capitale économique du Bénin, Cotonou se rend de plus en plus belle et attrayante à cause de la réalisation...

ECONOMIEIl y a 4 heures

Echanges commerciaux dans l’espace Cedeao : le Niger 1er partenaire commercial du Bénin

Les exportations du Bénin vers la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) ont fait un bond de...

LE 229Il y a 4 heures

Lutte contre les violences à l’endroit des minorités sexuelles : la police, le parquet et les médias sensibilisés

L’hôtel des Princes de Bohicon a accueilli les 13 et 14 mai 2020 un atelier de plaidoyer dénommé, Plaidoyer auprès...

LE 229Il y a 4 heures

Prévention et lutte contre le Covid-19 : Bsic lance un fonds pour appuyer les Pme/ Pmi béninoises

Afin d’aider les Petites et moyennes entreprises et industries (Pme/Pmi) à sortir renforcées de la pandémie du Covid-19, la Banque...

ECONOMIEIl y a 4 heures

Echanges commerciaux : le Bénin réexporte 5000 tonnes de gaz au Niger

Confronté à une pénurie de gaz depuis quelque mois, le Niger a décidé de se tourner vers son voisin du...

ECONOMIEIl y a 4 heures

Inclusion du secteur informel : la Banque mondiale lance le prix  »Mission Billion»

Un nouveau challenge pour encourager les innovations sur l’inclusion du secteur informel dans les programmes de protection sociale. Le Groupe...

ECONOMIEIl y a 4 heures

Transparence budgétaire : le Bénin, un modèle en Afrique

Le Bénin participe au projet pilote de renforcement de la transparence budgétaire et de la participation publique au processus budgétaire...