RESTEZ CONNECTÉ

ENTRETIEN

Pandémie du Coronavirus : Denis Da Conceicao Courpotin exhorte à l’observance des mesures du gouvernement

Bénin24TV

Publié

le

L’ONG Action Plus Sida Santé n’est pas restée insensible à la situation qui sévit dans le monde. A travers une interview, son responsable, le chargé de mission du président Talon, Dénis Da Conceicao Courpoutin invite la population béninoise à suivre les règles d’hygiène pour éviter la propagation de l’épidémie. De même, l’expert en santé publique indique la voie à suivre et, donne des conseils pratiques.

D’où vient ce virus, appelé Coronavirus ?

Denis Da Conceicao Courpotin : C’est un virus qui a été transmis à Wuhan en Chine de l’animal à l’homme. Il était présent chez l’animal sans pouvoir infecter l’Homme et, en se modifiant, il a pu le contaminer.

Comment est-il passé de l’animal à l’homme et comment se répand-il aussi rapidement ?

D’une manière générale, il faut savoir que le virus vit très peu de temps (quelques heures). Dès qu’il est présent dans le corps, il doit se multiplier très rapidement pour survivre. Et c’est dans cette multiplication rapide qu’une mutation peut se produire et rendre le virus capable d’infecter l’homme.

Une fois chez l’homme, il a été démontré que ce coronavirus se transmet d’homme à homme par les gouttelettes transmises par l’air (postillons, éternuements…) ou par les mains qui ont touché le visage avant de toucher un objet (poignée de porte, paquet…) qui sera touché par quelqu’un d’autre, de façon identique à celui de la grippe.

Les premières victimes ont été le personnel soignant qui recevait et s’occupait de ces malades. L’épidémie est partie de Wuhan en Chine, ville de 11 millions d’habitants vivant les uns très près des autres dans la vie quotidienne (transports, centres commerciaux, marchés). De là, elle s’est répandue à la Chine entière puis à l’ensemble du monde (pandémie), du fait des voyages et des nombreux échanges entre pays.

Lorsqu’une personne est infectée, il faut une période d’une dizaine de jours (de 5 à 14) durant laquelle le sujet semble bien portant mais transmet déjà le virus (c’est la période dite d’incubation). Ne se sachant pas malade, le porteur du coronavirus continue de mener une vie normale, voyage et infecte à son tour de nombreuses personnes autour de lui.

Conscient de cette situation, les autorités chinoises ont décidé d’empêcher les gens de sortir de chez eux. C’est ce qu’on appelle le confinement. A situations exceptionnelles, mesures exceptionnelles pour limiter la propagation de l’épidémie.

Quelles sont les mesures prises au Bénin ?

Très tôt, conscient du risque, le gouvernement du Bénin a pris le problème à bras le corps à travers des mesures préventives, de prise en charge des cas suspects, de sensibilisation et d’informations sur la mise en place d’un plan d’urgence Covid 19. Le conseil national de lutte contre le VIH /sida, la tuberculose, le paludisme, les hépatites, les IST et les épidémies (CNLS TP) via son secrétariat à travers le Projet Régional d’amélioration des Systèmes de Surveillance des Maladies (REDISSE), a mis en service des numéros d’alerte coronavirus pour informer et prendre en charge les personnes dans le dispositif en lien étroit avec le Ministère de la Santé. Numéros à appeler : 95 36 11 07 ; 51 02 00 00 ou 51 04 00 00.

Les mesures en cours de mise en œuvre sont entre autres, de contrôler l’entrée des passagers dans les aéroports ; prise de température, fiche de renseignements (lieu de départ, existence de fièvre ou de signes évoquant la maladie comme la toux, le rhume, les courbatures) ; isoler les personnes suspectes de la maladie en provenance de Chine ou d’un pays à risque ou ayant été en contact avec une personne malade ou suspecte de la maladie.

C’est ce qu’on appelle la quarantaine qui dure en réalité 14 jours. Des mesures ont été prises pour prendre en charge ces personnes ; aider à l’auto isolement des personnes en provenance des pays à risque et qui ne présentent aucun signe de la maladie. Cet auto-isolement également de 14 jours au moins se fait en demandant à la personne de ne pas quitter son domicile pendant toute cette période ; faire le diagnostic chez les personnes suspectes à partir d’un prélèvement nasal ou d’une prise de sang à la recherche d’anticorps ; sensibiliser la population sur les gestes de prévention à savoir : porter un masque si on tousse ou si on se sent «enrhumé».

Le masque protège les autres en évitant les postillons ou les projections dans l’air lors des éternuements. Il n’empêche cependant pas d’attraper le virus ; se laver fréquemment les mains et surtout dès qu’on revient d’un lieu public ; ne pas s’embrasser, ni se serrer la main ; essayer de garder rigoureusement une distance de 1 mètre environ avec toutes les autres personnes dans un lieu public ; ne pas se toucher le visage ; tousser ou éternuer dans son coude ; utiliser des mouchoirs en papier et les jeter immédiatement dans une poubelle.

Pour le moment, il n’existe aucun traitement approprié, ni aucun vaccin à ce jour. Seul le respect rigoureux des consignes d’hygiène peut protéger et sauver des vies. Nous devons donc rester vigilants et respectueux des décisions Gouvernementales prises lors des Conseils des Ministres dont les objectifs primordiaux sont de protéger la population en évitant la propagation du virus Covid 19.

Il est fait appel à notre sens de responsabilité et de solidarité pour faire face à cette conjoncture de crise sanitaire mondiale. L’auto-isolement responsable et rigoureux sera une preuve d’amour pour nous-mêmes, nos proches et notre entourage.

Quelles sont les recommandations à l’endroit de la population ?

Sont à risque les personnes fragiles, les vieillards, les personnes immunodéprimées, les personnes porteuses d’autres maladies comme le diabète ou ayant des problèmes respiratoires. C’est chez ces personnes que la maladie peut être grave voire mortelle (environ 5% de formes graves). Je vous rappelle que la grippe tue ainsi plus de 5000 personnes par an en France, malgré l’existence d’un vaccin.

C’est pour cela qu’il est important de ne pas s’affoler malgré la gravité potentielle de la maladie du Coronavirus. 95% des gens guérissent spontanément en quelques jours ; aller en consultation si l’on pense avoir des signes de la maladie et qu’on a été au contact d’une personne exposée ; déclarer tous les cas de malades diagnostiqués ; ne pas hésiter à appeler les numéros d’alerte coronavirus surtout si on a du mal à respirer ; contrôler que les numéros d’alerte sont effectivement fonctionnels, efficaces et prompte à la réaction si on pense que cette démarche peut sauver la vie d’une personne malade en difficulté.

La virulence du coronavirus perturbe le fonctionnement du monde, nous devons promouvoir la sensibilisation éducative et préventive et, éviter la stigmatisation des populations des continents déjà affectés par la maladie. Tout ceci en continuant à promouvoir la mondialisation et à maintenir l’équilibre social et économique indispensable au développement de nos pays.

Avez-vous une préoccupation personnelle à aborder ?

Je voudrais tout d’abord remercier le président Patrice Talon et le gouvernement pour les mesures prises afin de protéger le peuple du Bénin de ce virus mortel. Je voudrais aussi remercier l’ensemble des partenaires techniques et financiers et les acteurs de la coopération bilatérale mais aussi et surtout, les soignants et paramédicaux qui se consacrent à cette lutte contre le virus Covid 19 et à toute la population qui, consciente du danger, respectera les mesures qui empêcheront l’extension de la maladie sur le territoire et dans la sous-région. Si, au nom de la solidarité nationale et internationale, nous mettons en pratique les recommandations des professionnels de Santé et des autorités, nous pourrons grâce à cet effort collectif réduire au maximum l’impact de ce virus.

Chers parents, chers enseignants, chers ami, aidez-nous à protéger les enfants et nos proches en nous lavant les mains régulièrement à l’eau et au savon. «Oui, c’est tous ensemble, solidaires, qu’il sera possible de vaincre ce virus».

Interview réalisée par Nafiou OGOUCHOLA

Partagez ceci
Suivez-nous sur Facebook

CLIQUER POUR COMMENTER

COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ENTRETIEN

Abdel Aziz Assani : «Sèmè City doit être partenaire des incubateurs en place»

Bénin24TV

Publié

le

Au Bénin, pour accompagner les startups à concrétiser leurs projets en entreprise, les centres d’incubation ne cessent de multiplier les actions devant conduire au succès souhaité. Dans ce nouveau numéro de la rubrique ‘’Entrepreneuriat et industrie», Abdel Aziz Assani, responsable de l’espace d’incubation «Btech Space», présente l’apport des incubateurs dans l’essor de l’entrepreneuriat béninois. Entretien.

Comment présentez-vous Btech Space ?

Btech Space, c’est un espace de co-working. C’est un espace qui permet aux jeunes de travailler dans un environnement serein et dans un écosystème entrepreneurial pour avoir non seulement la disponibilité et l’espace, mais aussi pour confronter leurs idées avec d’autres personnes qui sont dans une démarche entrepreneuriale.

C’est d’abord la motivation première de Btech Space. Mis à part cet espace de co-working, il y a un incubateur d’entreprises, c’est-à-dire des programmes qui permettent aux entreprises d’être accompagnées en termes de formation et en termes de recherche de financements.

Btech Space, pour répondre à quelle préoccupation ?

Moi-même je suis chef d’entreprise et j’ai eu à passer par un espace de co-working en France avant de créer mon entreprise. Je me suis rappelé que c’était agréable pour moi d’avoir un espace où j’avais la possibilité de quitter la maison, d’être accompagné par des gens et aussi d’échanger avec d’autres personnes qui avaient les mêmes idées que moi.

Je l’ai fait à Lyon, je suis resté dans un espace d’incubation pendant deux (02) ans avant de créer ma première entreprise. Alors du coup, je me suis rappelé cela quand j’ai décidé de rentrer au Bénin. J’ai voulu apporter ma pierre à l’édifice en créant un espace pour les jeunes qui ont envie d’entreprendre voilà pourquoi j’ai pensé à mettre en place un pareil espace.

De quoi est fait votre quotidien au niveau du centre d’incubation ?

Nous accueillons des jeunes avec qui nous discutons tout en leur présentant les possibilités qu’ils ont pour intégrer notre structure ainsi que les avantages qui vont avec. Par ailleurs, nous organisons des programmes de formation qui font partie du programme d’accompagnement. Notre particularité, nous ne sommes pas axé sur les domaines de la technologie, agroalimentaire ou agrobusiness. On accueille les jeunes dans tous les secteurs d’activités.

De manière pratique, comment ça se passe ? Selon quels critères sélectionnez-vous les jeunes entrepreneurs ?

Nous acceptons tout le monde. L’objectif premier est que les gens aient envie d’entreprendre, qu’ils aient un niveau scolaire ou pas. On a une petite contrainte qui en réalité n’en est pas une. On demande aux jeunes de payer 10.000 FCFA pour occuper l’espace qui est ouvert de 9 heures à 20 heures avec la connexion wifi, un accompagnateur, des coachs qui sont là pour les aider, les aiguillonner sur les questions éventuelles qu’ils auront. Donc ça coûte 10 mille FCFA pour un mois.

En termes d’accompagnement, on a trois sortes d’accompagnement. Le premier est le coaching pour tout le monde. C’est-à-dire qu’il y a des personnes ressources présentes à qui ils peuvent poser des questions auxquelles ils auront de réponse. Le deuxième niveau d’accompagnement est le programme d’incubation où ils sont dans un programme de formation sur diverses thématiques liées à l’entrepreneuriat, au management, à la communication, au graphisme, aux finances, etc.

A partir de là, on les accompagne réellement à la mise en place de leur plan d’affaires, le business plan. Il y a maintenant un troisième niveau d’accompagnement qui est le développement. Ce volet s’adresse aussi bien aux startups naissantes qu’aux entreprises déjà existantes. C’est-à-dire des entreprises qui viennent d’être créées ou des entreprises qui existent déjà et qui ont besoin de lever des fonds que ce soit pour leur lancement ou pour un projet particulier.

On a une dizaine de possibilités de levée de financements qui ne sont pas les mêmes choses selon les projets. Voilà les trois niveaux. Quand vous entrez à Btech Space, vous avez toutes les différentes possibilités de création d’activités. Notre objectif est de donner aux jeunes la capacité d’entreprendre.

Ce qu’on a constaté depuis 4 ans que nous existons, c’est qu’il y a énormément de personnes qui veulent entreprendre mais ils ont très peu de possibilité. Je dis souvent qu’une ville comme Cotonou doit comporter au minimum 100 incubateurs d’entreprises, vue sa capacité et sa taille.

Le bilan du parcours observé, comment l’analysez-vous ?

Il faut que des initiatives comme les nôtres soient encouragées aussi bien par les pouvoirs publics que par ceux qu’on peut appeler les décideurs économiques du privé. Parce que c’est très difficile aujourd’hui de voir des gens qui sont prêts à mettre de l’argent sur un projet quand bien-même ils ont de l’argent qui dorment en banque.

Mais, l’Etat ne leur a pas facilité la tâche parce que non seulement les programmes étatiques n’ont pas permis de communiquer sur les avantages d’être un «business angel» (investisseur providentiel), comme quoi, si vous mettez de l’agent dans un projet, ça vous permet d’avoir des exonérations fiscales, comme ça se fait ailleurs.

Au lieu de payer les impôts avec cet argent, vous le mettez dans une entreprise et vous payez vos impôts en aidant une entreprise à se créer et à créer de la richesse. Donc il y a une faible incitation des personnes qui ont de l’argent à aider d’autres.

La deuxième chose qu’on a constatée, c’est la frilosité des banques de la place à suivre et à accompagner les entreprises. D’ailleurs, les banques au Bénin ne s’intéressent pas trop aux entreprises parce qu’elles ne font pas de démarches vers celles-ci. S’il arrive à certaines entreprises de décrocher de financement, c’est avec des taux d’intérêts exorbitants compris entre 10 et 20%.

Alors qu’ailleurs, pour une startup, ce sont des prêts à 0%, au maximum 3%. L’Etat et les structures doivent se pencher sur ça pour proposer des solutions durables parce qu’on ne peut pas vouloir aider une entreprise et mettre des taux exorbitants. L’autre chose est que l’Etat doit considérer les structures qui sont en contact permanent avec les entrepreneurs. Quand je vois des structures comme Sèmè City, ce sont des structures qui font leur travail.

Mais Sèmè City doit aussi travailler avec les incubateurs et non se substituer aux incubateurs parce que les incubateurs sont déjà sur place et travaillent. Sèmè City a de l’argent public et concurrence les incubateurs qui n’ont pas de l’argent public. Du coup, ça biaise le travail.

Sèmè City doit pouvoir être partenaire des incubateurs en place. Et au lieu de mener des programmes directement avec les autres, il doit mener des programmes avec les incubateurs qui existent déjà. Il y a énormément de jeunes qui veulent créer de la richesse.

Des projets à court, moyen et à long terme ?

On a bien de projets à court, moyen et long terme. On a engagé des partenariats avec l’université d’Abomey-Calavi en occurrence le Centre de Formation en entrepreneuriat et en volontariat avec qui on a un partenariat dynamique. Désormais, Btech Space travaille avec les jeunes pour qu’ils aient la vision académique et universitaire de l’entrepreneuriat. Ils viennent aussi chez nous pour toucher du doigt la réalité du travaille.

On a aussi un partenariat avec le Haut Commissariat des béninois de l’étranger pour permettre aux Béninois qui sont hors du pays, de commencer à investir en créant leurs entreprises au pays. Déjà il y a des Béninois qui sont aux Etats Unis, en France, au Canada qui ont lancé leur startup par Btech Space. On est en train de formaliser un partenariat avec d’autres organisations. Je ne vais pas aussi oublier le programme «Boss lady» qui est un programme pour accompagner les femmes dans l’entrepreneuriat.

Quelles sont les difficultés que vous rencontrez dans l’exercice de vos activités ?

Il faut noter que les jeunes malgré le prix dérisoire de 10.000 FCFA par mois, n’arrivent pas à payer. Sur 100 jeunes qui viennent, à peine 10 arrivent à payer. Ne pouvant pas renvoyer le reste, on est obligé de faire avec l’ensemble. On ne leur en veut pas, c’est le climat financier qui est ainsi. Ce qui fait qu’on est obligé d’augmenter notre besoin en fonds de roulement et aussi de créer d’autres activités rémunératrices de revenus pour la structure parce qu’on n’a pas d’accompagnement particulier.

Combien de jeunes ont pu bénéficier de vos services depuis 2016 ?

De 2016 à 2020, nous comptons près de 500 jeunes inscrits. Parmi ceux-ci, il y a une cinquantaine qui a suivi le programme de formation, et, il y a une quinzaine qui a fait partie du programme de levée de fonds.

Quelle politique entrepreneuriale proposez-vous pour le développement des startups béninoises ?

Aujourd’hui, deux problématiques sont évidentes. S’il n’y a pas de l’argent, il n’y a pas de création d’entreprise. Il faut donc mettre en place un fonds qui pourrait faire des prêts à taux zéro pour ces jeunes, parce que les banques ne sont pas là, ni pour les entreprises ni pour les startups.

Evidemment, pour attribuer des financements aux postulants, il faut tenir compte des filières et que les jeunes soient suivis par de vrais incubateurs. L’autre problématique est celle de l’industrie de la transformation. 90% des produits que les jeunes veulent fabriquer ici ont besoin de machines qui sont achetées en Chine.

C’est un gros problème. Les jeunes ont besoin de machines alors que ces machines ne sont pas sur la place. Donc l’Etat doit aider cette frange de la population qu’on appelle «génies des procédés» à mettre en place des machines pour faire des emballages, pour faire de la combustion.

On a besoin de développer le génie des procédés et du machinisme au Bénin. La révolution entrepreneuriale ne que peut passer par là. Un exemple simple. On a du sable de verrerie au Bénin mais les gens pour embouteiller leurs produits sont obligés de commander des bouteilles à l’extérieur. Cela ne facilite pas la tâche aux entrepreneurs.

C’est pour ça que je dis que les structures comme l’ANPME et autres ne font pas encore leur boulot. Ce sont eux qui doivent prendre à cœur ce travail et, mettre en place des structures pour que nos jeunes arrêtent de commander des bouteilles en Europe et en Chine. On doit pouvoir produire ça au Bénin.

Pour faire la révolution de la transformation de nos produits, il faut pouvoir faire la révolution du génie des procédés, de la création des machines. 99% des startups qui ont réussi, c’est parce que leurs parents ont sorti des fonds pour les pousser. Si ces parents n’existaient pas, il n’existera pas de startup.

Partagez ceci
Suivez-nous sur Facebook

CONTINUER LA LECTURE

ENTRETIEN

Interview avec Anne-Marie Gnancadja Bonou : «Le secteur de l’énergie est source d’activités et de plus-value»

Bénin24TV

Publié

le

La place de la femme dans le processus de développement d’une nation n’est plus chose à dire. Au Bénin, elles sont nombreuses qui, depuis quelques années exercent dans les mêmes conditions que les hommes pour l’essor de l’économie quel que soit leur secteur. C’est le cas de la cheffe de la cellule genre et développement du ministère de l’Energie, avec rang de Directrice technique, Anne-Marie Gnancadja Bonou. A travers cette interview, elle nous permet une incursion dans sa vie, son travail et les réalités de son quotidien. Lire ci-dessous, l’intégralité de ladite interview.

Comment pouvez-vous présenter votre travail ?

Anne-Marie Gnancadja Bonou : Mon travail consiste à veiller et assurer l’intégration du genre dans les actions, activités, projets et programmes du secteur de l’énergie au Bénin en vue de la réduction des inégalités sociales dans l’accès à l’énergie et aux services. De même, je suis appelée à veiller à la prise en compte de la dimension ou de l’approche genre de façon transversale aux niveaux institutionnel, programmatique et partenarial.

Donnez-nous un bref aperçu de votre cursus scolaire jusqu’à l’université.

Je suis titulaire du CEFEB, du BEPC et CAP/EB, d’un baccalauréat G1, d’une maîtrise en Sociologie-Anthropologie, d’un Diplôme d’Etudes Supérieure et Spécialisée en Gestion des Projets et Développement Local (DESS GPDL) et d’un Diplôme d’expert en Genre et Développement : Institut des Hautes Etudes Internationales et du Développement (Genève, Suisse)

Pourquoi avoir choisi de faire carrière dans les métiers liés à l’énergie solaire/énergie ?

J’ai commencé ma carrière professionnelle au ministère de l’Energie. Et je m’y plais bien vu la diversité de ce secteur.

Qu’est-ce qui vous a motivé à avancer malgré tous les préjugés auxquels font face les femmes dans la société béninoise ?

Je reconnais que dans un passé récent le secteur de l’énergie était fortement masculin donc réservé aux hommes. Mais beaucoup de choses ont changé, des lignes ont bouché ces années derrières où les femmes sont représentées dans ledit secteur. Je peux aujourd’hui, compter des femmes professionnelles du métier de l’énergie, ingénieures etc, des femmes actrices, para énergéticiennes, des entrepreneures qui ont une connaissance certaine du domaine.

Le secteur de l’énergie est très passionnant pour moi, c’est un secteur de développement, porteur d’activités et de plus-value. J’ai compris en réalité que quand bien même qu’il est masculinisé, le principal utilisateur de l’énergie sous toutes ses formes est la femme.

Par exemple : dans certaines de nos cultures, aller chercher du bois énergie est une tâche réservée à la femme qui en est l’utilisatrice ; la transformation du bois de chauffe en charbon, on voyait plus les femmes dans cette activité, du moment où les hommes ont compris que c’est une activité, source de revenus important, ils s’y sont investis, etc.

Quels sont les avantages dont bénéficie une femme qui travaille dans le secteur solaire/énergie ?

Les avantages sont énormes aujourd’hui, car elles ne sont pas nombreuses pour le moment. Les femmes sont très encouragées pour travailler dans le secteur, à travers le monde entier et au Bénin en particulier, des mesures d’accompagnement et d’encouragement sont mises à leur disposition pour les motiver à travailler ou entreprendre dans l’énergie. Il y a par exemple des bourses de formations professionnelles ou autres formations pour leur autonomisation, des accompagnements financiers, des prêts à taux réduit, etc.

Des activités visant à orienter et encourager les jeunes filles dans le secteur de l’énergie sont organisées. Il y a une confiance et une volonté manifeste de la part des partenaires techniques au développement à accompagner, soutenir et appuyer les femmes du secteur de l’énergie à développer leurs aptitudes, leurs initiatives dans les énergies renouvelables et la biomasse…. En d’autres termes, de nos jours il y a plusieurs opportunités pour la femme à s’investir dans le secteur de l’énergie.

Quelles difficultés avez-vous rencontrées lors de votre formation ?

Personnellement aucune. Mais le constat fait est que certains hommes techniciens du secteur ne sont pas encore prêts à accepter qu’une femme du même niveau qu’eux ou plus soit leur cheffe.

Comment arrivez-vous à cumuler les responsabilités professionnelles et professionnelles ? Vous est-il déjà arrivé de partir au travail le cœur serré parce que vous auriez voulu rester à la maison pour vous occuper de votre progéniture ?

J’arrive à cumuler aisément mes responsabilités professionnelles et matrimoniales avec complexité et la complémentarité de mon époux.

A vrai dire, il m’est arrivé une fois d’avoir le cœur serré…. pour m’occuper de ma progéniture. Seulement que la réalité est là, il faut que je travaille pour subvenir à leur éducation, besoins en complémentarité à mon époux. Et surtout pour avoir mon autonomie économique et une indépendance financière.

Quel regard portez-vous sur la femme au sein de la société béninoise ?

C’est un regard positif, car la femme béninoise aujourd’hui a atteint une certaine maturité de pensée pour son autonomisation dans tous les domaines. Elle travaille pour.

L’émancipation de la femme est quelque part un frein à son épanouissement au sein de sa famille car on remarque que plus la femme est évoluée plus elle a des difficultés à s’équilibrer sur le plan matrimonial.

C’est discutable, parce que la femme émancipée qui se voit affranchir d’une autorité, d’une domination… doit faire l’effort de concilier les rôles qui lui sont dédiés à savoir : femme émancipée, femme au foyer et mère. Certes ce n’est pas facile mais la tête sur les épaules, elle peut parvenir à faire l’équilibre sur le plan professionnel et matrimonial en faisant la part des choses. Car l’époux reste l’époux. A moins qu’elle opte pour une vie de célibat…, nos réalités socio culturelles sont là.

Quelle est la responsabilité des femmes dans cet état de choses puisqu’elles ont des difficultés à se soumettre à leurs époux quand elles assument des responsabilités professionnelles ?

C’est vrai, c’est une réalité mais c’est discutable, je pense que c’est un complexe de la part de certains hommes d’avoir une femme d’un niveau moins élevé que eux. Ils pensent qu’ils ne seront pas respectés au même titre que si c’était le contraire. C’est l’esprit d’avoir le pouvoir de dominer la femme étant donné que nous sommes dans une société patriarcale où l’homme est le chef, les hante toujours.

Quelle est la responsabilité des femmes dans cet état de choses puisqu’elles ont des difficultés à se soumettre à leurs époux quand elles assument des responsabilités professionnelles ?

La responsabilité de la femme est de donner toujours à son mari la place qui lui revient, de le respecter en tant que mari et de le mettre en confiance. La femme doit nécessairement faire la part des choses. Assumer ses responsabilités professionnelles ne sont pas synonyme de abandonner ses responsabilités matrimoniales. Il faut toujours et en tout temps faire la part des choses pour vivre une vie harmonieuse. Mieux la femme gère sa vie matrimoniale, mieux elle est performante dans sa vie professionnelle.

Quels conseils avez-vous à l’endroit des femmes pour leur émancipation ?

Je conseille aux femmes pour leur émancipation d’être présentes sur le marché du travail, dans les activités dites masculines, gagner en autonomie et en reconnaissance. Dans cette affirmation qu’elle pense à leur rôle d’épouse et de mère pour la paix et l’harmonie au sein du foyer.

Avez-vous une préoccupation particulière à aborder ?

Je m’engage à travailler pour une meilleure représentativité des femmes du secteur de l’énergie sur le marché du travail et des affaires. Merci

Interview réalisée par Nafiou OGOUCHOLA

Partagez ceci
Suivez-nous sur Facebook

CONTINUER LA LECTURE

DERNIÈRES ACTUALITÉS

POLITIQUEIl y a 8 heures

Bénin – Commune de Zagnanado : Justin Kanninkpo prend les rênes

A l’instar d’autres communes du Bénin, celle de Zagnanado a connu également son nouveau maire, ce samedi 30 mai 2020....

EDUCATIONIl y a 10 heures

Bénin – Bepc et Bac 2020 : voici le calendrier de déroulement des examens blancs nationaux

Au Bénin, les épreuves écrites des examens blancs nationaux comptant pour la session de juillet 2020 du Brevet d’Étude du...

POLITIQUEIl y a 16 heures

Bénin – Commune de Ouidah : voici la liste du maire, ses adjoints et des Ca

Christian Houétchénou est le tout nouveau maire de la commune de Ouidah. Il a été élu à l’unanimité par ses...

POLITIQUEIl y a 17 heures

Bénin – Commune de Glazoué : Gilles Houndolo, élu maire

Ce samedi 30 mai 2020, le préfet du département des collines Firmin Kouton a procédé à l’installation des élus communaux...

AMÉRIQUEIl y a 18 heures

Mort de George Floyd : des centaines de manifestants devant la Maison Blanche

Des centaines de personnes ont manifesté vendredi soir devant la Maison Blanche pour exprimer leur colère après la mort de...

POLITIQUEIl y a 18 heures

Trump exige une enquête sur les compagnies chinoises cotées aux Etats-Unis

Donald Trump a demandé vendredi à ses collaborateurs d’enquêter sur les entreprises chinoises cotées aux Etats-Unis, sur fond de tensions...

LE 229Il y a 18 heures

Bénin : la campagne de plantation du palmier à huile lancée

Ce vendredi 29 mai 2020, le Ministre de l’Agriculture, de l’Élevage et de la Pêche, Gaston Cossi Dossouhoui a procédé...

POLITIQUEIl y a 18 heures

Bénin : voici la liste des maires élus ce vendredi

Au Bénin, l’installation des conseils communaux ou municipaux ainsi que l’élection des nouveaux maires, de leurs adjoints et des chefs...

SPORTSIl y a 19 heures

Boxe : Anthony Joshua lance un défi à Tyson Fury

Alors que le monde de la boxe est actuellement à l’arrêt en raison de la crise du coronavirus, Anthony Joshua...

SPORTSIl y a 19 heures

PSG : Allegri pourrait emmener De Sciglio dans ses valises

Massimiliano Allegri, grand favori pour succéder à Thomas Tuchel au Paris Saint-Germain, pourrait avoir une influence forte sur le mercato...

SPORTSIl y a 19 heures

PSG : Icardi pousse Cavani au départ

Alors que le Paris Saint-Germain semble proche de boucler le transfert définitif de Mauro Icardi, cela devrait avoir pour incidence...

SPORTSIl y a 19 heures

Real Madrid : Benzema, de retour à l’OL en 2022 ?

Zinédine Zidane prévoirait de redessiner les contours de son effectif pour 2022, date à laquelle certains de ses cadres verront...

SPORTSIl y a 19 heures

PSG : Wanda Nara prête à bloquer le PSG  dans le dossier Icardi

Wanda Nara, agent et compagne de Mauro Icardi, pourrait bien compliquer la tâche de Leonardo et du Paris Saint-Germain. D’après...

SPORTSIl y a 19 heures

Barcelone : Lenglet serait intransférable

Alors que la presse espagnole a fait état d’une éventuelle insertion de Clément Lenglet dans le dossier Lautaro Martinez, il...

SPORTSIl y a 19 heures

ASSE : l’arrivée d’Aouchiche, synonyme de transfert pour Boudebouz ?

Alors que l’ASSE aurait prévu de régler la prime à la signature désirée par Adil Aouchiche (4M€), l’arrivée de la...

SPORTSIl y a 20 heures

PSG : Al-Khelaïfi veut Bennacer quand Leonardo vise Milinkovic-Savic ou Pellegrini

À l’instar de la saison passée, le PSG cherchera à se renforcer au milieu de terrain cet été. Néanmoins, Leonardo...

POLITIQUEIl y a 20 heures

Trump annonce avoir parlé avec la famille de George Floyd

Le président américain Donald Trump a annoncé vendredi avoir parlé avec la famille de George Floyd, Afro-Américain décédé à la...

AMÉRIQUEIl y a 20 heures

Plus de 50 tonnes de cocaïne saisies lors d’opérations coordonnées par la Colombie

Plus de 50 tonnes de cocaïne ont été saisies en un mois et demi, lors d’opérations conjointes menées par la...

SÉNÉGALIl y a 21 heures

Le Sénégal prolonge jusqu’à fin juin l’état d’urgence face au coronavirus

Le président sénégalais Macky Sall a prolongé une nouvelle fois vendredi jusqu’à fin juin l’état d’urgence décrété le 23 mars...

POLITIQUEIl y a 21 heures

Donald Trump veut acter la fin de la relation spéciale avec Hong Kong

Le président américain a annoncé vendredi qu’il souhaitait mettre fin aux exemptions accordées au territoire, en représailles au projet de...

SANTÉIl y a 21 heures

Trump annonce que les Etats-Unis mettent fin à leur relation avec l’OMS

Le président américain accuse l’organisation de se montrer trop indulgente avec Pékin depuis le début de la pandémie de Covid-19....

POLITIQUEIl y a 21 heures

Mort de George Floyd : Biden dénonce la «plaie béante» du racisme

Le candidat démocrate à la Maison Blanche Joe Biden a dénoncé ce vendredi la «plaie béante» du «racisme institutionnel» aux...

CÉLÉBRITÉIl y a 21 heures

Taylor Swift outrée par Trump : «nous allons voter pour vous chasser»

La chanteuse américaine Taylor Swift a promis ce vendredi à Donald Trump qu’il serait battu lors du prochain scrutin présidentiel...

AMÉRIQUEIl y a 21 heures

Le policier accusé de la mort de George Floyd inculpé d’homicide involontaire

Le policier accusé de la mort de George Floyd, un Afro-Américain de 46 ans, lors d’une interpellation létale en début...