BÉNIN24 TÉLÉVISION
L'actualité en continu et en temps réel

Perspectives économiques en Afrique selon la BAD : une croissance de 3,9% en 2020 et 4,1% en 2021

La Banque africaine de développement (BAD) a procédé au lancement de son rapport sur les perspectives économiques en Afrique en 2020. Lors de son discours d’ouverture, le président Akinwumi Adesina a renseigné sur les résultats auxquels ont abouti les prévisions sur l’économie africaine en 2020 et 2021.

«Les économies africaines connaissent une bonne croissance, supérieure à la moyenne mondiale. Nos estimations des perspectives économiques en Afrique montrent que la croissance devrait passer de 3,4% en 2019 à 3,9% en 2020 et 4,1% en 2021». C’est en ces termes que le président de la BAD a informé de ce que la croissance africaine sera revue à la hausse cette année et que l’Afrique aura à continuer sur cette belle lancée en 2021.

Les prévisions de croissance enregistrées pour le compte de l’Afrique se basent sur des éléments clairs et simples que n’a pas manqué d’identifier le président de la BAD dans son discours.

«Ce taux de croissance agrégé masque des schémas de croissance très diversifiés et résilients. En effet, 20 pays devraient croître cette année de 3 à 5%, tandis que 20 pays devraient atteindre des taux de croissance de 5% et plus. C’est impressionnant!Plus impressionnant encore, 6 des 10 économies à la croissance la plus rapide au monde se trouvent désormais en Afrique: Rwanda (8,7%), Côte d’Ivoire (7,4%), Éthiopie (7,4%), Ghana (7,1%), Tanzanie (6,8 %) et le Bénin (6,7%).Certaines régions connaissent une croissance plus rapide que d’autres. L’Afrique de l’Est est la région à la croissance la plus rapide avec un taux de croissance de 5% en 2019, suivie par l’Afrique du Nord (4,1%), l’Afrique de l’Ouest (3,7%), l’Afrique centrale (3,2%) et l’Afrique australe (0,7%)», a-t-il confié. Lire ci-dessous l’intégralité du discours de Akinwumi Adesina.

Discours du DG de la banque Africaine de développement

Bonjour à tous!

Bienvenue à la Banque africaine de développement pour le lancement des Perspectives économiques en Afrique 2020.

Les Perspectives économiques en Afrique sont la publication phare de la Banque africaine de développement qui projette les tendances de croissance économique sur le continent et discute des approches politiques qui peuvent être utilisées pour améliorer la croissance économique et le développement.

Il n’y a rien de tel que les connaissances locales.

La Banque africaine de développement (la Banque) s’exprime avec autorité sur l’Afrique, à travers ses Perspectives économiques en Afrique, en raison de ses connaissances locales inégalées et de ses partenariats étroits avec les gouvernements. En termes simples, la Banque africaine de développement est le partenaire de développement de choix pour les gouvernements africains.

Je tiens à féliciter l’équipe d’économistes de la Banque africaine de développement, dirigée par le Dr HananMorsy, pour leur travail dans la mise en place de cette recherche exceptionnelle.

Comme toujours, nous sommes ravis que les ministres, les ambassadeurs, les hauts responsables politiques et les organisations internationales soient ici avec nous pour participer à la discussion des conclusions du rapport.

L’Afrique est l’endroit où le monde se concentre actuellement en tant que frontière de croissance et d’investissement. La semaine dernière, j’étais à Londres pour le sommet UK-Afrique. Il y a eu le sommet Chine-Afrique, le sommet Japon-Afrique, le sommet Inde-Afrique, le sommet Corée-Afrique, le sommet Russie-Afrique, le sommet États-Unis-Afrique et plusieurs autres.

Que voient tous ces pays? Ils voient les opportunités que l’Afrique offre.

Avec une population de 1,2 milliard de personnes qui devrait atteindre 2,5 milliards d’ici 2050, une classe moyenne en hausse, une urbanisation rapide – et une main-d’œuvre qui passera de 705 millions aujourd’hui à bien plus d’un milliard au cours des 10 prochaines années – Afrique offre d’énormes opportunités de marché et d’investissement. La zone de libre-échange continentale de l’Afrique fait de l’Afrique un marché d’une valeur de 3,3 billions de dollars.

L’Afrique ne peut plus être ignorée.

Les économies africaines connaissent une bonne croissance, supérieure à la moyenne mondiale. Nos estimations des Perspectives économiques en Afrique montrent que la croissance devrait passer de 3,4% en 2019 à 3,9% en 2020 et 4,1% en 2021.

Ce taux de croissance agrégé masque des schémas de croissance très diversifiés et résilients. En effet, 20 pays devraient croître cette année de 3 à 5%, tandis que 20 pays devraient atteindre des taux de croissance de 5% et plus. C’est impressionnant!

Plus impressionnant encore, 6 des 10 économies à la croissance la plus rapide au monde se trouvent désormais en Afrique: Rwanda (8,7%), Côte d’Ivoire (7,4%), Éthiopie (7,4%), Ghana (7,1%), Tanzanie (6,8 %) et *le Bénin (6,7%).

Certaines régions connaissent une croissance plus rapide que d’autres. L’Afrique de l’Est est la région à la croissance la plus rapide avec un taux de croissance de 5% en 2019, suivie par l’Afrique du Nord (4,1%), l’Afrique de l’Ouest (3,7%), l’Afrique centrale (3,2%) et l’Afrique australe (0,7%).

Pour la première fois en plus d’une décennie, la croissance en Afrique est due en grande partie à l’expansion des investissements plutôt qu’à la consommation, ainsi qu’aux exportations.

Il suffit de penser à ce qui suit: les investissements étrangers directs en Afrique ont augmenté de 11% en 2019, contre seulement 4% en Asie, tandis qu’ils ont diminué de -13% à l’échelle mondiale et de -23% pour les économies développées.

Cependant, l’Afrique est confrontée à d’importants vents contraires économiques qui pourraient affecter la croissance future. Les tensions commerciales mondiales ont affaibli les volumes du commerce mondial, dont le taux de croissance est passé de 5,7% en 2017 à seulement 1,1% en 2019.

Un autre défi a été l’impact du changement climatique, en particulier à cause des conditions météorologiques extrêmes telles que les cyclones qui ont dévasté le Mozambique, le Malawi et le Zimbabwe, ainsi que la sécheresse généralisée en Afrique australe et en Afrique de l’Est.

La Banque africaine de développement a fourni 106 millions de dollars pour soutenir le Mozambique, le Zimbabwe et le Malawi au lendemain des cyclones, en plus d’autres aides d’urgence.

Les pays africains ne peuvent pas continuer à passer d’une situation d’urgence à une autre. La Banque africaine de développement a utilisé son mécanisme d’assurance contre les risques de catastrophe en Afrique pour payer les primes d’assurance pour les pays confrontés à des événements météorologiques extrêmes qui ont contribué à verser 36 millions de dollars aux pays. Il est temps maintenant que la communauté internationale aide à développer cette installation pour atteindre de nombreux autres pays.

Nous devons également nous attaquer aux problèmes d’insécurité. La croissance en Afrique de l’Ouest, qui s’est améliorée à mesure que l’économie nigériane se remettait de la récession, a été freinée par les problèmes croissants d’insécurité, en particulier au Sahel. Plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest, comme le Niger, le Mali, le Burkina Faso et le Tchad consacrent une part très élevée de leur budget à la sécurité.

Il est maintenant temps pour la Banque africaine de développement, le FMI et la Banque mondiale d’élaborer un système de soutien financier qui aidera à faire face à ces chocs de sécurité exogènes qui, s’ils ne sont pas traités, auront des retombées plus larges qui ralentiront la croissance et l’investissement dans le Région. Dans ce contexte, je tiens à féliciter les chefs d’État et de gouvernement de la CEDEAO pour leur décision audacieuse de créer un fonds pour aider à résoudre ces problèmes d’insécurité dans la sous-région.

Nous devons lutter contre l’augmentation du niveau de la dette. Stock total de la dette (extérieure et intérieure).

SickaSport

Dernières actualités

Bénin – lutte contre la corruption : Hcpc en remplacement de l’Anlc

Conformément à la tradition, les membres du gouvernement ont tenu ce mercredi 1er avril 2020, leur session hebdomadaire du Conseil des ministres. Il ressort principalement de cette rencontre la création d'une nouvelle structure lutte contre…

Bénin : l’intégralité du compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 01 Avril 2020

Le Conseil des ministres s'est réuni ce mercredi 01 Avril 2020, sa séance hebdomadaire du Conseil des ministres sous la présidence effectives du chef de l’Etat, chef du Gouvernement, le président Patrice Talon.

Bénin : l’agriculture a parcouru un chemin parsemé d’obstacles

Environs six décennies après que l’ex colon ait laissé libre cours à la nation béninoise de décider de son sort, l’agriculture béninoise reste le secteur le plus prometteur. Celui par excellence par lequel à l’instar des pays…

Bénin : le marché de l’ananas en chute drastique, urgence de réfléchir

La fermeture des frontières nigérianes ne cesse d’influencer le marché béninois. Contrairement à l’essence de contrebande dont le prix connait une inflation continue, le prix de certains produits d’exportation notamment l’ananas produit au…

Bénin – Secteur agricole : Carence en usines de transformation de mangues

Les nouvelles récoltes de mangues ont déjà envahi les marchés béninois qui sont inondés de ce fruit de grande consommation, car le Bénin manque d’usines de transformation dans la filière. Au Bénin, champs, rues et marchés sont inondés en…

Commerce de «carcasses d’animaux» au Bénin : une menace pour la sauvegarde des espèces fauniques

Conservateurs authentiques de la médecine traditionnelle, dans une certaine dimension, les marchés d’ossements d’animaux, au Bénin, résistent à la tendance planétaire de la sauvegarde des espèces fauniques. Bien qu’au service de tout un…

Bénin : les grandes décisions du conseil des ministres du mercredi 1 Avril 2020

Le gouvernement béninois s’est réuni en conseil des ministres ce mercredi 1 Avril 2020. En sa séance hebdomadaire qui s’est déroulée avec la présence effective du chef de l’Etat, plusieurs décisions ont été prises. Infographie…

Fermeture de tribunaux ghanéens à cause du Covid-19

Les tribunaux des deux villes les plus peuplées du Ghana, Accra et Kumasi, sont fermés dans le cadre de mesures visant à contenir la propagation du coronavirus (Covid-19) dans le pays, a appris APA mercredi. Le juge en chef du Ghana, Anin…

Dernières actualités

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse email ne sera pas publiée.