BÉNIN24 TÉLÉVISION
L'actualité en continu et en temps réel

Promotion des industries béninoises : Patrice Talon et Antoine Ganyè sur la même longueur d’onde

L’ancien archevêque de Cotonou, monseigneur Antoine Ganyè, a célébré 50 ans d’ordination saccerdotalele dimanche 6 janvier 2019 à la paroisse saint Jean Baptiste à Sèdjè-Dénou. Lors de cet événement mémorable, le responsable religieux a formulé, à l’endroit du chef de l’Etat, Patrice Talon, le vœu de le voir voler au secours des hommes d’affaires en difficulté. Or, quelques jours avant, le vendredi 27 décembre 2019, le chef d’Etat béninois réaffirmait son engagement à faire du secteur privé le fer de lance de l’économie.

Le président de la République a été invité par monseigneur Ganyè à porter secours aux opéraeurs économiques béninois qui traversent des moments difficiles. S’adressant au chef de l’Etat avec la manière, l’archevêque émérite a confié que le premier cadeau qu’il attend de Patrice Talon pour célébrer ses noces sacerdotales n’est que sa volonté de le voir user des prérogatives qui sont siennes pour apporter de la consolation aux hommes d’affaires dont les entreprises croupissent depuis quelques temps.

«… certaines personnes ont dit que leurs entreprises leur échappent… je voudrais demander au chef de l’Etat de pouvoir aider ceux-là, s’ils s’adressaient à lui, à récupérer leurs petites entreprises, c’est ça qui leur permet de vivre, de construire la nation…», a affirmé Antoine Ganyè.

Pour l’évêque, un chef d’Etat est capable de bien plus de choses que ne peut l’imaginer le citoyen lambda. Ainsi, c’est donc convaincu de ce que Patrice Talon est capable d’insuffler un nouveau souffle de vie aux entreprises béninoises qui traversent des périodes de vaches maigres que le prélat a insisté sur le 1er des deux cadeaux qu’il a demandés au président de la République.

«… Si le président peut user de sa générosité pour que ceux-là dont les entreprises échappent puissent entrer dans leurs biens et continuer leur travail…», a-t-il insisté. L’ancien archevêque de Cotonou a justifié l’opportunité de ce vœu par la place prépondérante qu’occupe l’emploi dans le développement de la nation béninoise.

En effet, depuis qu’il dirigeait l’église catholique de sainte Rita, selon ses révélations, le prélat avait formé un groupe avec quelques personnalités avec qui il réfléchissait à la question de l’emploi des jeunes. C’est ainsi que leurs réflexions les ont mené à l’évidence selon laquelle seule la création d’emplois durables restait la solution.

Après, monsiegneur Ganyè a renseigné que certains parmi les membres de ce groupe avaient créé des entreprises, donnant ainsi des emplois aux jeunes. Mais selon, le prélat, depuis quelques temps, les promoteurs d’entreprises se plaignent de ce qu’ils ne contrôlent plus les sorts de leurs sociétés. Ce qui les mène à la banqueroute.

Le vœu de Ganyè en phase avec le discours de Talon

Le chef d’Etat béninois lors de son discours sur l’Etat de la nation, le vendredi 27 décembre 2019, avait abordé l’épineuse question de la création d’emplois. En dehors du programme Emploi Jeunes qui a impacté 17 000 jeunes dont au moins 50% de femmes dans les 77 communes, une étude a été réalisée pour la création d’un fonds de soutien aux micros, petites et moyennes entreprises ainsi qu’à l’entrepreneuriat féminin, selon Patrice Talon.

A cela s’ajoute le démarrage, dans les prochaines semaines, du Programme spécial d’insertion dans l’emploi de 2000 jeunes qui vise à recruter chaque année, à la charge de l’État, 2000 jeunes diplômés qui seront placés dans des entreprises privées ou publiques, sur une période de deux ans, avec l’espoir qu’ils sauront se rendre utiles et efficaces pour se faire recruter à l’issue de la période d’insertion, ou alors qu’ils sauront voler de leurs propres ailes dans l’auto-emploi.

Le cadeau attendu par monseigneur Ganyè est le complément des projets envisagés par le gouvernement. Mieux, le vœu du prélat vient renforcer la démarche du gouvernement. En effet, les 2000 insertions annuelles doivent se faire dans des entreprises qui ne sont pas en difficultés.

Ainsi, pour avoir une gamme variée d’entreprises dont les prestations conviennent aux aspirations des jeunes volontaires, il est important d’aider les sociétés qui connaissent des difficultés à passer la zone de turbulence. Même si le prélat n’a pas indiqué la manière dont le chef de l’Etat peut y arriver, il a quand même renseigné que le pouvoir d’Etat est très fort, donc la volonté politique très efficace.

De même, les jeunes qui seront insérés devront, au bout de la période de deux ans, se lancer, pour la plupart, dans l’entrepreneuriat. Et si le gouvernement veut les motiver à relever le défi de la création d’entreprise, il ferait bien de montrer de la sollicitude envers les entrepreneurs qui connaissent des moments de vache maigre.

Ne pas le faire peut s’apparenter à renvoyer un signal au jeune comme en lui disant : «tu seras tout seul, et si tu tombes, personne ne te viendra au secours». Ce qui est loin de motiver la jeunesse actuelle qui a plus besoin de sérénité et de confiance en vue de s’engager sans craindre de tomber. Car la peur de perdre fait échouer autant que l’incompétence ou le manque d’expérience.

Par Nafiou OGOUCHOLA

SickaSport

Dernières actualités

Bénin : l’intégralité du compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 26 février 2020

Le Conseil des ministres s'est réuni ce mercredi 26 février 2020 sous la présidence effectives du chef de l’Etat, chef du Gouvernement, le président Patrice Talon.

Olokpatcha, l’ami d’enfance de Dj Arafat, nouveau «gros bras» de Safarel Obiang ?

Près de 6 mois après la tragique disparition d'Ange Didier Houon alias Dj Arafat, quelque chose s'est passée entre son fidèle compagnon, Olokpatcha, et l'artiste Couper décaler, Safarel Obiang. Des mois après la brusque disparition du roi…

Bénin – Conseil des ministres : liste des nominations de ce mercredi 26 février 2020

Sous la présidence effective du Chef de l’Etat, Patrice Talon, les membres du Gouvernement ont tenu, ce mercredi 26 février 2020, leur séance hebdomadaire. Plusieurs nominations ont été prononcées à l’issue de ce conclave gouvernemental.…

Côte d’Ivoire : voici pourquoi Dj Arafat portait toujours des lunettes

La veuve de Dj Arafat, Carmen Sama, dans une interview accordée à Life Magazine, a révélé un gros secret de son défunt mari. Feu Ange Didier Houon alias Dj Arafat a fait son entrée sur la scène musicale en 2003 avec son titre «Hommage à…

France : que reproche-t-on à Fally Ipupa ?

Fally Ipupa est annoncé à l'AccorHotels Arena de Paris pour un concert le vendredi 28 février 2020. Mais à 48 heures de l'évènement, le spectacle de l'ex-poulain de Koffi Olomidé est menacé. Selon une information publiée par Jeune Afrique,…

Innoss’B lance une pique à Gaz Mawete

Actuellement en tournée, Innoss'B a tout de même trouver le temps pour lancer une pique à son rival Gaz Mawete au sujet de ses danses. Le jeune leader qui sera en concert ce week-end à Bamako a dans un post sur sa story Instagram fait…

30 ème anniversaire de la conférence nationale : Nicéphore Soglo en fait le bilan

Le président Soglo, a fait une importante déclaration à l’occasion de la commémoration du 30ème anniversaire de la conférence nationale de février 1990 au cours de laquelle, il a été désigné premier ministre de la transition. Cette…

Bénin : les grandes décisions du conseil des ministres du mercredi 26 février 2020

Le gouvernement béninois s’est réuni en conseil des ministres ce mercredi 26 février 2020. En sa séance hebdomadaire qui s’est déroulée avec la présence effective du chef de l’Etat, plusieurs décisions ont été prises. Infographie…

Dernières actualités

1 COMMENTAIRE
  1. AVOSSE Paterne dit

    C’est très bien , ce sens d’écoute et de dialogue que notre président possède… Alors dans la promotion des industries, il faut aussi penser à recruter des agents de santé qualifiés ( infirmiers diplômés d’État ) pour assurer la santé des travailleurs, et pour gérer avec tact les urgences.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Secured By miniOrange