BÉNIN24 TÉLÉVISION
L'actualité en continu et en temps réel

Référendum, pour ou contre

Et si les prochaines communales et municipales étaient reconverties par le peuple souverain en référendum pour ou contre la ‘’Rupture’’ ? Ce n’est pas impossible et les raisons sont bien évidentes. Analyse dans l’exercice de l’éditorial du jour.

Contre la volonté du peuple, la révision de la Constitution, a eu lieu le 1er novembre 2019. Contre la volonté du peuple, les législatives, ont eu lieu de manière exclusive en avril 2019. Contre la volonté du peuple, le dialogue politique a eu lieu en octobre 2019.

Après toutes ces contingences, Patrice Talon affronte pour la première fois un scrutin sans cadenas. Les communales et municipales seront-elles comme un référendum pour ou contre sa politique ?

En effet, dans l’histoire récente de la démocratie béninoise, le prochain scrutin relatif à la gouvernance locale risque de se dérouler avec un cocktail d’éléments très critiques. Et ce pour plusieurs raisons.

D’abord, depuis 2016, le chef de l’Etat, a fait une modification brutale du paysage politique avec des réformes dont lui seul comprend les réelles motivations.

En effet, les réformes sur le plan politique dont le point d’orgue, a été la révision de la Constitution, le 1er novembre 2019, ont modifié la configuration du cadre constitutionnel béninois. Mais bien avant, sur la base de la réforme du système partisan, le rapport des forces politiques, a donné un Parlement monocolore. Ce qui a endigué la représentation de compétition inter-partisane.

Ensuite, avec cette réforme du système partisan, on a fait croire qu’il y a d’énormes avantages entre un régime démocratique stable et un système politique défaillant. On s’est focalisé sur le dernier cas pour dire urbi qu’il dégage une forte probabilité de conflits comme c’est le cas depuis 1990.

De ce fait, dans l’esprit des ténors du ‘’Bénin révélé’’, la dimension idéologique qui sous-tend la réforme du système partisan, a comporté une répartition uniforme. Ce qui a donc privilégié deux partis qui aujourd’hui sont représentés au Parlement à l’issue des législatives exclusives. Malgré ce Parlement sans opposition, on vante son unique pic en dépit de son centre du continuum idéologique.

ARTICLES SIMILAIRES

En outre, le système partisan doublé de la révision de la Constitution qui modifie radicalement le cadre règlementaire politique, ne laisse aucun choix de préférence au peuple citoyen.

Dans le même contexte, l’opposition privée de certificat de conformité, a commencé par souffrir de fréquents cas de désertion relevant des calculs politiques. En effet, certains membres de l’opposition conscients que leur parti ne participera pas aux communales et municipales, ont mis fin à leur affiliation et ont noué les amarres avec les partis sous la férule du régime du ‘’Bénin révélé’’.

Mais contre toute attente, dans une perspective de solutions viables pour le pouvoir de la ‘’Rupture’’ on a assisté à l’effondrement de la démocratie au Bénin. De sorte que notre pluralisme d’antan mais désormais endigué n’est plus de nature à amarrer le pays à la sphère des pays démocratiquement viables.

Maintenant à l’heure des communales et municipales que feront les Béninois ? Vont-ils se distinguer de façon très nette et réagir face à ces développements politiques tout comme si c’était un référendum pour ou contre Talon?

Les prochaines élections en aucun cas ne laisseront pas la tâche aisée au pouvoir actuel dont le but est d’achever la rectification de la démocratie.

Par Titus FOLLY

SickaSport

Dernières actualités

Bénin : l’intégralité du compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 26 février 2020

Le Conseil des ministres s'est réuni ce mercredi 26 février 2020 sous la présidence effectives du chef de l’Etat, chef du Gouvernement, le président Patrice Talon.

Olokpatcha, l’ami d’enfance de Dj Arafat, nouveau «gros bras» de Safarel Obiang ?

Près de 6 mois après la tragique disparition d'Ange Didier Houon alias Dj Arafat, quelque chose s'est passée entre son fidèle compagnon, Olokpatcha, et l'artiste Couper décaler, Safarel Obiang. Des mois après la brusque disparition du roi…

Bénin – Conseil des ministres : liste des nominations de ce mercredi 26 février 2020

Sous la présidence effective du Chef de l’Etat, Patrice Talon, les membres du Gouvernement ont tenu, ce mercredi 26 février 2020, leur séance hebdomadaire. Plusieurs nominations ont été prononcées à l’issue de ce conclave gouvernemental.…

Côte d’Ivoire : voici pourquoi Dj Arafat portait toujours des lunettes

La veuve de Dj Arafat, Carmen Sama, dans une interview accordée à Life Magazine, a révélé un gros secret de son défunt mari. Feu Ange Didier Houon alias Dj Arafat a fait son entrée sur la scène musicale en 2003 avec son titre «Hommage à…

France : que reproche-t-on à Fally Ipupa ?

Fally Ipupa est annoncé à l'AccorHotels Arena de Paris pour un concert le vendredi 28 février 2020. Mais à 48 heures de l'évènement, le spectacle de l'ex-poulain de Koffi Olomidé est menacé. Selon une information publiée par Jeune Afrique,…

Innoss’B lance une pique à Gaz Mawete

Actuellement en tournée, Innoss'B a tout de même trouver le temps pour lancer une pique à son rival Gaz Mawete au sujet de ses danses. Le jeune leader qui sera en concert ce week-end à Bamako a dans un post sur sa story Instagram fait…

30 ème anniversaire de la conférence nationale : Nicéphore Soglo en fait le bilan

Le président Soglo, a fait une importante déclaration à l’occasion de la commémoration du 30ème anniversaire de la conférence nationale de février 1990 au cours de laquelle, il a été désigné premier ministre de la transition. Cette…

Bénin : les grandes décisions du conseil des ministres du mercredi 26 février 2020

Le gouvernement béninois s’est réuni en conseil des ministres ce mercredi 26 février 2020. En sa séance hebdomadaire qui s’est déroulée avec la présence effective du chef de l’Etat, plusieurs décisions ont été prises. Infographie…

Dernières actualités

1 COMMENTAIRE
  1. COOVY dit

    Tout ce dit avoir été fait contre le peuple a surtout été fait contre les intérêts égoïstes de politiciens aux abois.
    Nous le verrons aux prochaines élections.
    Les perdants crient d’ailleurs déjà à la fraude, avant même la tenue desdites élections. C’est ce qu’on entendra évidement quand le peuple, effrayé par leurs menaces aux législatives de 2019, sortira pour mettre définitivement fin à la mauvaise gouvernance du passé.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Secured By miniOrange