RESTEZ CONNECTÉ

POLITIQUE

Registre national de la population : le recensement des Béninois résidant au Nigéria, démarré ce lundi

Bénin24TV

Publié

le

L’opération de recensement et d’enrôlement annoncé par le gouvernement commence ce lundi 02 décembre 2019. Cette opération vise à garantir la sécurité des concernés et leur permettre de continuer à exercer leurs activités en toute quiétude.

Conformément au compte rendu du Conseil des ministres de ce mercredi 06 novembre 2019, tous les Béninois vivant sur le sol nigérian seront recensés à partir d’aujourd’hui. Dans le cadre cette opération qui couvre tout le mois de décembre 2019, tous les béninois vivant au Nigéria, sont appelés à jouer leur partition en informant leurs proches et en sortant pour se faire recenser.

Selon le gouvernement béninois, cette opération a pour finalité de : les inscrire au Registre national de la population; leur établir la carte nationale d’identité aux normes de la CEDEAO; saisir l’opportunité de ce recensement pour régulariser la situation de ceux d’entre eux qui n’ont pas d’acte de naissance.

Ainsi, cet enrôlement leur permettra de bénéficier de l’Acte de naissance nouveau format mais aussi de la carte d’identité biométrique aux normes de la CEDEAO. Ceci permettra à chacun de circuler librement afin de ne pas être considéré comme un sans papier voire un apatride sur le territoire Nigérian.

Cette opération du Gouvernement béninois qui réglera dorénavant la situation de nos compatriotes est un exploit diplomatique. Les mesures sécuritaires que prendront le Nigéria dans le cadre du contrôle d’identité des étrangers ne concerneront plus désormais les béninois vivant au Nigéria. Car grâce à ce recensement, ils bénéfi cieront des actes nécessaires pour circuler librement dans l’espace CEDEAO en général et au Nigéria en particulier.

Le matériel logistique est prêt

L’agence nationale d’identification des personnes (ANIP) et le Ministère des affaires étrangères et de la coopération (MAEC) mettent les bouchées doubles pour la réussite de cette opération. Après la formation de plus de deux cents agents recenseurs à l’ANIP, le samedi 23 novembre 2019, l’agence et le MAEC mettent en place le matériel logistique pour que l’opération puisse se dérouler dans de meilleures conditions. Grâce au tandem ANIP/MAEC, le matériel logistique est prêt et tous les bureaux d’enrôlement sur le territoire nigérian ont reçu leur kit le jeudi 28 Novembre 2019.

En ce qui concerne les conditions à remplir avant de bénéficier de ce service étatique, ceux qui disposent d’un acte d’état civil, se présenteront dans les centres avec leur acte pour se faire enregistrer. Ceux qui détiennent les récépissés du Recensement administratif à vocation d’identification de la population (Ravip) pourront s’en servir également. Mais ceux qui n’ont aucun papier devront se faire recenser sur la base de témoignage. Tout ceci, accompagner des frais forfaitaires qui sont déposés d’avance dans un compte bancaire ouvert par l’ambassade du Bénin au Nigéria dans le cadre de l’opération.

Il s’agit de 8.000 nairas (environ 13200 Fcfa) pour les adultes qui auront à bénéficier de l’acte de naissance nouveau format et, de la pièce d’identité biométrique aux normes de la CEDEAO et de 2.500 nairas (environ 4100 Fcfa) pour les enfants afin de bénéficier de l’acte de naissance nouveau format. Chaque personne va se munir de son récépissé bancaire qui lui sera repris par les agents recenseurs.

L’avantage de ce recensement est, selon l’agence nationale d’identification des personnes, que les adultes auront désormais des actes de naissance nouvelle format et une carte biométrique aux normes de la Cedeao. Dans le même temps, les enfants bénéficieront de l’acte de naissance.

Par Félicienne HOUESSOU

Partagez ceci
Suivez-nous sur Facebook

CLIQUER POUR COMMENTER

COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

POLITIQUE

Présidentielle 2021 : Talon, une équation mais des inconnues pour UP et BR

Bénin24TV

Publié

le

Au lendemain des communales et municipales du 17 mai 2020, les deux blocs du président Talon sont en tête du classement. Comme aux législatives, le Bloc républicain (BR) vient en 2ème position derrière l’Union progressiste (UP). A moins d’un an de la présidentielle, des voix s’élèvent pour susciter un second mandat pour le chantre de la ‘’Rupture’’. Mais qui le fera ? Les deux partis ?

Entre l’UP et le BR qui soutiendra la candidature de Patrice Talon ? L’un ou l’autre ou les deux à la fois ? Ou encore les deux partis pousseront-ils le bouchon en présentant chacun son candidat en dépit de celle de Talon ?

En effet, les deux partis de la mouvance présidentielle sont dans une adversité très rude. Car chacun veut être le leader aux yeux du chef du «Nouveau départ». Un combat qui pour le moment semble être à la faveur des partisans de l’Union progressiste (UP) considérée comme le clan des premiers soutiens du candidat Talon devenu président. Et le Bloc républicain celui des transfuges et des militants de la seconde heure.

D’ailleurs, depuis leur création en 2018, ces deux partis siamois UP et BR ont des ambitions cachées et pour l’instant chacun joue le jeu de ce qui les unit «Patrice Talon», le seul point commun des deux partis. «Pour l’instant, le trait d’union qui nous lie comme on le dit par ci, par là, c’est le chef de l’Etat.», témoigna le député BR, Abdoulaye Gounou sur l’émission ‘’Zone franche’’ de Canal 3 Bénin le dimanche 24 mai dernier.

La preuve, il y a eu beaucoup d’accusations et à la limite des incidents déplorables entre les partis siamois de Talon lors des dernières consultations communales. Une bataille que certains pensent qu’elle sera davantage très rude dans les mois à venir.

Calculs à l’UP et au BR

Si l’ambition de tout parti est de conquérir le pouvoir et l’exercer, les deux partis de la mouvance présidentielle peuvent-ils faire valoir ce droit en 2021 ? Jusqu’à preuve de contraire tant que le président Talon n’avise pas ce sera le statuquo. Même si à des occasions données, les responsables du BR ont affiché leur volonté de conquérir le pouvoir, dans tous les cas, on attend de voir ce qui va se passer d’ici quelques mois.

Dès lors, le BR est-il capable sur la base de ces déclarations de rompre les amarres avec la ‘’Rupture’’ à la veille de la présidentielle de 2021 surtout qu’à en croire le député Gounou qui était sur Canal 3 la dernière fois, le BR dispose de ressources humaines nécessaires pour aller à la conquête du pouvoir.

De l’autre côté de l’UP, même si l’idée taraude les esprits, personne pour le moment n’ose l’afficher clairement, car on attend de voir si Patrice Talon va respecter sa promesse de mandat unique ou pas.

Ce qu’il convient de retenir, à quelques mois de la présidentielle, c’est que l’UP tout comme le BR répondent aux critères de parrainage exigés par le nouveau code électoral. En effet, avec ses 36 députés et une vingtaine de maires qu’il obtiendra à l’issue de l’installation des conseils communaux, le BR dirigé par Abdoulaye Bio Tchané, est persuadé d’avoir les 16 parrains exigés pour accompagner son candidat en 2021.

De même pour les progressistes de Amoussou qui ont 45 députés et qui envisagent une quarantaine de maires, cette formation aura les arguments à faire valoir pour porter un candidat à son sein.

Si Talon voudrait rempiler, on attend vivement celui qui va oser se révéler pour défier le chantre du ‘’Bénin révélé’’.

Partagez ceci
Suivez-nous sur Facebook

CONTINUER LA LECTURE

POLITIQUE

A huit mois de la présidentielle au Bénin : Talon, partir ou rempiler ?

Bénin24TV

Publié

le

La mouvance Talon vient d’engranger 70 maires sur 77. C’est donc 70 grands parrains potentiels qui vont s’ajouter aux 83 députés déjà acquis pour le même camp politique sous la férule de Patrice Talon. Avec ce capital-quota de grands électeurs que fera Patrice Talon ? Partir dans la droite ligne de sa ferme promesse de mandat unique ou rempiler ?

Le code électoral prévoit en effet que pour avoir un candidat à la présidentielle, il faut 16 parrainages venant de députés et ou de maires. Or, l’opposition est absente à l’Assemblée nationale. Le seul parti qui se réclame encore de l’opposition FCBE, qui était aux communales n’a pas pu, au regard des résultats, obtenir 16 mairies. Si on s’en tient à cette loi taillée sur mesure nul doute qu’on aura une candidature unique : celle de Patrice Talon. A moins que celui-ci concède à Paul Hounkpè quelques grands parrains pour pouvoir l’affronter dans un jeu de marionnette.

En effet, le chef de l’Etat, qui avait pris l’engagement depuis 2016 de ne faire qu’un mandat unique a tôt fait de dire qu’il avisera. Mais après le succès à nouveau du boycott lancé par les forces de la ‘’Résistance’’ aux communales du 17 mai dernier que fera-t-il ? Même si le pouvoir de la ‘’Rupture’’ semble mettre la main sur toutes les intuitions de contre-pouvoir, le peuple souverain qui ne rate aucune occasion ne manque de lui montrer son impopularité grandissante.

Malgré les moyens communicationnels mis en jeu, la chasse aux opposants et la contribution de la justice pour écarter les potentiels candidats comme Sébastien Ajavon, le boulevard est libre pour Patrice Talon même s’il est boudé par son peuple.

Par ailleurs, le chef de l’Etat qui n’a pas encore annoncé officiellement sa candidature, mais qui était en perte de popularité et en chute libre dans les sondages depuis en 2016, pense toujours soigner chaque jour son image en muselant les forces de l’opposition. Taxé d’autoritaire” depuis les dernières élections législatives, Patrice Talon n’a pas voulu lâcher du lest,

Dans un simulacre de dialogue politique, il a au contraire renforcé son autorité sur la classe politique avec ses bras armés que sont les deux blocs et la justice. La FCBE aujourd’hui vidé de sa substance, la RB bloquée dans les méandres de la justice, l’USL toujours à la recherche de son existence juridique ne sont plus des obstacles pour lui pour 2021.

Même si les signes annoncent l’orage pour le régime de la ‘’Rupture, son chef est entre doute et optimisme. Surtout après les dernières élections communales qui ont crédité ses affidés de plus de 73% des voix mais avec 49% de participation. Partir ou rempiler et devenir un président illégitime car élu avec moins de 50% de Béninois aux urnes ? Voilà désormais l’équation à plusieurs inconnues qui attend désormais Patrice Talon.

En effet, les deux partis jumeaux qui soutiennent les actions de Patrice Talon doivent contrôler les plus grandes communes du pays. Les dernières élections communales ont permis à la classe politique de tester les réformes politiques. Cinq cette fois-ci contrairement aux législatives de 2019, trois partis politiques ont obtenus le sésame de formation politique d’envergure nationale.

Les FCBE et les partis soutenant le pouvoir en place qui remporte 54 communes, avec surtout la maîtrise des villes stratégiques. Cotonou, Porto-Novo, Abomey-Calavi, Bohicon, Sèmê-kpodji, sauf à priori Parakou seront sous le contrôle du pouvoir de la ‘’Ruse’’ et de la ‘’Rage’’. Patrice Talon qui a organisé les communales malgré la pandémie du Coronavirus et en dépit de la décision de la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples CADHP de surseoir ces élections, va-t-il vouloir renoncer au pouvoir et partir ?

L’équation du boycott, un souci pour la ‘’Rupture’’

Patrice Talon n’a jamais gagné une élection seul. En 2016, malgré l’apport des autres candidats, il a fallu celui de Ajavon pour faire basculer la balance à sa faveur. En 2019, lors des législatives, il a fallu écarter tous les partis de l’opposition. Mais finalement battu par un boycott massif de plus de 73%.

Aux dernières communales malgré la présence du PRD, FCBE (Aile Hounkpè) et l’UDBN plus de 50% des béninois ont encore dit non au pouvoir Talon. Tout ceci montre combien de fois la tâche sera très difficile pour les hommes du ‘’Nouveau départ’’ en 2021 pour faire ramener les électeurs aux urnes s’il advenait que Patrice Talon décide de rempiler.

Partagez ceci
Suivez-nous sur Facebook

CONTINUER LA LECTURE

DERNIÈRES ACTUALITÉS

CORONAVIRUSIl y a 7 minutes

Afrique du Sud : le tabac et la Covid-19 sont mauvais pour les poumons (Ministre)

Le gouvernement sud-africain a insisté mercredi sur le fait que l’interdiction récente de la vente de produits du tabac, dans...

CÔTE D'IVOIREIl y a 10 minutes

Côte d’Ivoire : la révision de la liste électorale fixée du 10 au 24 juin prochain

Le gouvernement ivoirien a adopté mercredi un décret fixant la révision de la liste électorale sur la période du 10...

CORONAVIRUSIl y a 12 minutes

Le Fonds des Nations unies pour la population équipe le personnel soignant contre la Covid-19 en Côte d’Ivoire

Le Fonds des Nations unies pour la population (FNUAP) ou United Nations Fund for Population (UNFPA) a équipé, mercredi, le...

MALAWIIl y a 26 minutes

Malawi : la présidentielle face à des défis juridiques et sanitaires majeurs

La marche vers le Palais de la République du Malawi s’avère difficile pour les candidats à la présidence et leurs...

TUNISIEIl y a 31 minutes

Ibrahim Sy Savané nommé ambassadeur de la Côte d’Ivoire en Tunisie

L’ancien président de la Haute autorité de la communication audiovisuelle (HACA), l’organe de régulation de l’audiovisuel en Côte d’Ivoire, Ibrahim...

CÔTE D'IVOIREIl y a 40 minutes

La distribution des cartes nationales d’identité ivoiriennes démarre la semaine prochaine

Plus de 400 000 personnes ont été enrôlées pour la nouvelle carte nationale d’identité (CNI) ivoirienne trois mois après le...

CULTUREIl y a 46 minutes

UA : le Maroc désigné vice-président du Sous-comité sur les questions environnementales

Le Maroc a été désigné vice-président du Sous-comité de l’Union africaine (UA) sur les questions environnementales, qui a tenu sa...

POLITIQUEIl y a 1 heure

Présidentielle 2021 : Talon, une équation mais des inconnues pour UP et BR

Au lendemain des communales et municipales du 17 mai 2020, les deux blocs du président Talon sont en tête du...

POLITIQUEIl y a 1 heure

A huit mois de la présidentielle au Bénin : Talon, partir ou rempiler ?

La mouvance Talon vient d’engranger 70 maires sur 77. C’est donc 70 grands parrains potentiels qui vont s’ajouter aux 83...

POLITIQUEIl y a 1 heure

Coronavirus : Patrice Talon a-t-il bien géré la lutte contre la pandémie ?

Avec le conseil des ministres d’hier, le chef de l’Etat du Bénin, Patrice Talon, est entrain d’amorcer la descente en...

ECONOMIEIl y a 1 heure

Economie béninoise : ces facteurs qui ont renforcé le Doing business

Dans le souci de renforcer les capacités économique du Bénin et donner une plus grande opportunité aux investisseurs quant à...

POLITIQUEIl y a 2 heures

Désignation des maires et leurs adjoints : le gouvernement en appelle au respect de la loi

Après l’élection des conseillers communaux et municipaux le dimanche 17 mai 2020, ceux-ci sont conviés à élire et mettre en...

EDITORIALIl y a 2 heures

Amoussou et Fagbohoun ont eu chaud

Dans la commune d’Aplahoué, Bruno Amoussou est imbattable depuis les années 1990 où il a mis en terre le PSD....

ECONOMIEIl y a 2 heures

Microfinance dans l’Uemoa : une hausse de dépôts dans les SFD en fin 2019 au Bénin

Selon le bulletin trimestriel de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’ouest (Bceao), l’encours des crédits des systèmes...

ECONOMIEIl y a 2 heures

Indice d’intégration régionale en Afrique : le Bénin dans le top 10 des pays de la CEDEAO

Le nouveau rapport sur l’intégration régionale en Afrique (ARII 2019) vient de classer le Bénin dans le top 10 des...

ECONOMIEIl y a 2 heures

Supposé népotisme et gestion hasardeuse à la BAD : les USA exigent une enquête indépendante

Entre le président de la Banque Africaine de Développement (BAD), Akinwumi Adesina et le groupe des «lanceurs d’alerte», l’affaire dite...

ENTRETIENIl y a 2 heures

Abdel Aziz Assani : «Sèmè City doit être partenaire des incubateurs en place»

Au Bénin, pour accompagner les startups à concrétiser leurs projets en entreprise, les centres d’incubation ne cessent de multiplier les...

ECONOMIEIl y a 9 heures

Plan de l’UE : les négociations «pas conclues» lors du prochain conseil européen (Merkel)

Les négociations «difficiles» sur le plan de relance de 750 milliards d’euros présenté par l’Union européenne (UE) ne seront «pas...

ECONOMIEIl y a 9 heures

La France appelle tous les Etats à soutenir le plan de relance «historique» de l’UE

Le ministre français des Finances, Bruno Le Maire a appelé mercredi tous les États membres de l’Union européenne, «y compris...

ECONOMIEIl y a 9 heures

Champagne : 5.000 bouteilles offertes aux soignants pour dire merci

Collectées en mai par le Syndicat général des vignerons (SGV), près de 5.000 bouteilles de champagne seront offertes les 10,...

ECONOMIEIl y a 9 heures

Boeing annonce avoir repris la production du 737 MAX, cloué au sol depuis plus d’un an

Boeing a annoncé ce mercredi avoir repris la production du 737 MAX, avion cloué au sol depuis plus d’un an...

LE 229Il y a 15 heures

Covid-19 au Bénin : les transports en commun autorisés à circuler à nouveau

En vue d’un retour à la normale, le gouvernement au cours de sa séance de ce mercredi 27 mai 2020,...

CORONAVIRUSIl y a 16 heures

Covid 19 au Bénin : le gouvernement allège les mesures restrictives liées aux bars et transports en commun

A l’instar des lieux de culte, le Gouvernement a allégé les mesures restrictives relatives aux bars et transports en commun....

LE 229Il y a 16 heures

Covid-19 au Bénin : réouverture des bars et lieux de culte validée pour le 2 juin

Les lieux de culte peuvent désormais recevoir des fidèles ainsi que les bars des clients. Réuni en Conseil des ministres...