RESTEZ CONNECTÉ

AFRIQUE DU SUD

Relations tendues Rwanda-Afrique du Sud : Kagamé-Ramaphosa, la vérité ! (Violences xénophobes ou mandat d’arrêt ?)

Bénin24TV

Publié

le

Une vive indignation de la part des dirigeants africains a été enregistrée suite aux violences xénophobes en Afrique du Sud. Parmi eux, le président Paul Kagamé du Rwanda. Celui-ci, a-t-il profité de cette situation de vendetta pour régler les comptes au pays de Mandela qui vient de décerner deux mandats d’arrêt dans le dossier d’assassinat du rwandais Patrick Karegeya ? Celui-ci a été retrouvé étranglé, le 1er janvier 2014, à Johannesburg, dans une chambre de l’hôtel Michelangelo.

Le président rwandais, Paul Kagamé, a vertement critiqué l’Afrique du sud. Il a même souhaité que l’Union africaine se réunisse pour sanctionner ce pays en la mettant au ban des accusés. Et quand il a donné le ton des grandes manœuvres suite à ces violences xénophobes en Afrique du Sud d’autres chefs d’Etat en ont profité pour faire planer leur volet de bois verts. C’est le cas du président nigérian, Muhammadu Buhari, concerné à plus d’un titre et qui s’est dit “très inquiet” face à ces violences contre les immigrés africains, notamment, ses compatriotes.

Le président zambien, Edgar Lungu, a appelé pour sa part, ses concitoyens locaux et de la diaspora à “rester calme et à se désengager des actes de violences”. La Zambie a également annulé un match de foot contre l’équipe sud-africaine.

Quant au président de la Commission de l’Union africaine (UA), Moussa Faki Mahamat, il a dénoncé des attaques “abjectes”. Il a, en outre, appelé à ce que des “mesures préventives soient prises pour protéger la vie des personnes et leurs biens, veiller à ce que les auteurs de ces actes soient traduits en justice et que des réparations soient accordées aux victimes”.

Outre ces personnalités africaines, les activistes et leaders d’opinion n’ont pas manqué de condamner ces actes de violences. Certains parmi cette catégorie, ont poussé loin le bouchon, en appelant au “boycottage total” des entreprises sud-africaines, telles que le géant des télécoms MTN ou Vodacom, voire le fournisseur de programmes télévisés DSTV.

De toutes ces réactions, celle de Paul Kagamé résonne plus que toutes les autres. Mais est-elle anodine ? Pourquoi une telle virulence chez le président rwandais contre le pouvoir de Johannesburg ? La question mérite d’être posée.

En effet, deux mandats d’arrêt ont été décernés contre des rwandais dans le dossier d’assassinat de leur compatriote Patrick Karegeya. De ce fait, Paul Kagamé allait-il enfourcher ce cheval et dégainer contre l’Afrique du Sud s’il n’y avait pas eu ces deux mandats d’arrêt en dépit des violences xénophobes?

En effet, si Paul Kagamé a taclé de la sorte son homologue Cyril Ramaphosa, certains analystes avertis tiennent à faire le lien entre les deux contextes. Il s’agit des violences xénophobes en Afrique du sud contre les ressortissants africains et l’émission des mandats d’arrêt dans l’affaire du meurtre de l’ex-chef du renseignement rwandais, devenu opposant au régime de Kigali, Patrick Karegeya.

Pour mémoire, cet allié et pilier du pouvoir de Paul Kagamé, a fait défection et s’était réfugié en Afrique du Sud. Dans ce pays, il est devenu un adversaire résolu au régime de Kigali. Ce qui en son temps avait jeté un grand froid sur les relations entre les deux pays à l’époque de Jacob Zuma. Mais l’ancien président du pays de l’Arc-en-ciel et la justice de son pays ont tempéré dans une certaine mesure les enquêtes pendant près de cinq ans. Résultat, le parquet a refusé de lancer des poursuites afin d’éviter une crise diplomatique entre le Rwanda et l’Afrique du Sud.

Mais la prise des rênes par Cyril Ramaphosa semble être un élément modificateur de cette ancienne donne. La suite, on la connait. Plus de cinq ans après cet acte funeste d’assassinat, la justice sud-africaine a lancé des mandats d’arrêt contre deux ressortissants rwandais, suspectés d’avoir participé à l’assassinat de Patrick Karegeya retrouvé étranglé, le 1er janvier 2014, à Johannesburg, dans une chambre de l’hôtel Michelangelo

Deux suspects dans le collimateur

Le parquet sud-africain a finalement relancé l’affaire en février 2019, puis à délivré, ce mois-ci, deux mandats d’arrêt. Ces derniers visent deux ressortissants rwandais Ismael Gafaranga, un homme d’affaires qui aurait servi à appâter M. Karageya dans une chambre d’hôtel et Alex Sugira.

Selon Kennedy Gihana, l’un des avocats de la famille Karegeya, les informations distillées par la justice et la police sud-africaines, au-delà de ces deux suspects nommément cités, deux autres rwandais seraient également visés. Il s’agit de Samuel N. et Vianney N, également membres présumés du commando, ayant loué des chambres dans l’hôtel où le meurtre a été commis. Quant à ces deux suspects, les investigations doivent se poursuivre pour que des mandats d’arrêt soient délivrés contre eux.

Alors que les violences xénophobes en Afrique du sud se déroulaient, l’émission de mandat d’arrêt n’a pas arrangé les relations entre les deux pays. Paul Kagamé en a profité pour titiller son homologue Cyril Ramaphosa. Ce dossier d’assassinat et de mandat d’arrêt vont-t-ils accentuer l’atmosphère de crispation entre les deux pays et rendre difficiles leurs relations diplomatiques ? Voilà qui démontre que ceux qui tentent de faire un lien entre les mandats d’arrêt et le réquisitoire véhément de Paul Kagamé n’ont pas totalement tort.

Arrêt sur personnalité

Le colonel Patrick Karegeya, était précédemment dans son pays, le chef des services des renseignements extérieurs du Rwanda. Ami d’enfance et compagnon d’armes du président rwandais, Paul Kagame, le colonel Karegeya était devenu, quelques années après avoir été arrêté suite à des accusations d’insubordination et de désertion, l’un de ses opposants les plus farouches. Il a été retrouvé mort et étranglé, le 1er janvier 2014, à Johannesburg, dans une chambre de l’hôtel Michelangelo.

Mais contrairement à Patrick Karegeya, le général Faustin Kayumba Nyamwasa, également exilé en Afrique du Sud, a été plus chanceux. Celui-ci a échappé à aux moins deux tentatives d’élimination en Afrique du Sud.

Le général Faustin Kayumba était le leader du Rwanda National Congress (RNC, Congrès national rwandais), un mouvement d’opposition dans lequel se retrouvent d’autres anciens dignitaires déçus du régime de de Paul Kagamé.

Face à cette situation, que fera Cyril Ramaphosa ? ‘’Torpiller’’ la procédure pour calmer la fureur de Paul Kagamé ou laissera-t-il la procédure judiciaire se poursuivre ?

Par Germain TEKLY, correspondant en France

Partagez ceci
Suivez-nous sur Facebook

CLIQUER POUR COMMENTER

COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

AFRIQUE DU SUD

Les Sud-africains invités à «économiser l’eau pour lutter contre le Covid-19»

Bénin24tv avec APA

Publié

le

Les Sud-africains devraient utiliser l’eau avec parcimonie pour lutter contre la pandémie de coronavirus qui nécessite un lavage constant des mains avec du savon, pour tuer le virus, a déclaré la ministre des Etablissements humains, de l’Eau et de l’Assainissement, Lindiwe Sisulu.

Alors que le niveau des barrages hydrauliques du pays commence à diminuer pendant la saison sèche, Sisulu a appelé jeudi les Sud-Africains à commencer à économiser l’eau pour l’utiliser comme une arme pour lutter contre la maladie qui a tué plus de 300 personnes dans le pays.

«Les niveaux d’eau actuels peuvent nous soutenir jusqu’aux prochaines pluies d’été, à condition que nous utilisions l’eau avec sagesse et parcimonie», a-t-elle déclaré.

Avec la diminution de l’approvisionnement en eau, «le niveau des barrages des deux dernières semaines a légèrement baissé, passant de 70,8 à 70,6%.

«La diminution devrait être exacerbée par l’absence de précipitations en plein milieu de l’hiver», a déclaré le ministre. Elle a souligné qu’avec la flambée de la pandémie, l’eau a joué un rôle crucial pour freiner la propagation de la maladie.

Le virus mortel a jusqu’à présent infecté 18.003 Sud-africains et fait 339 morts depuis son apparition dans le pays en mars de cette année.

Partagez ceci
Suivez-nous sur Facebook

CONTINUER LA LECTURE

AFRIQUE DU SUD

Afrique du Sud : «le gouvernement doit protéger les mineurs contre le licenciement» (Syndicat)

Bénin24tv avec APA

Publié

le

Le gouvernement sud-africain devrait protéger les travailleurs des mines contre la victimisation de leurs employeurs qui risquent d’utiliser la pandémie de coronavirus comme excuse pour licencier leurs employés, a déclaré lundi un responsable syndical.

Le président de l’Association des mineurs (AMCU), Joseph Mathunjwa, a demandé au gouvernement d’être strict dans l’application des règlements visant à protéger les mineurs contre le licenciement à leur retour au travail après un confinement de sept semaines.

Il a exprimé sa crainte que les propriétaires de mines, dont la plupart sont des investisseurs étrangers, ne décident de réduire la main-d’œuvre.

«Comme nous le savons, la Covid-19 a eu un impact négatif sur l’emploi pendant le confinement. Et lorsque nous passerons du niveau 4 actuel au niveau 3 en juin, cela donnera certainement l’occasion aux propriétaires de mines de se restructurer et d’utiliser la Covid-19 comme prétexte pour licencier des travailleurs», a déclaré M. Mathunjwa.

Les mineurs et les agriculteurs font partie des 1,5 million de travailleurs autorisés à retourner au travail après un assouplissement des mesures de restrictions annoncé la semaine dernière.

En raison de cet assouplissement, les mines fonctionnent à 50% de leur capacité dans une industrie dont le pays dépend le plus pour ses revenus en devises étrangères.

Mathunjwa a également exhorté le gouvernement à se lancer dans un projet de valorisation des minéraux du pays, et à ne pas continuer à exporter tous les produits miniers vers des usines étrangères pour traitement, comme c’est le cas actuellement.

«Je pense que le confinement est une opportunité pour le gouvernement de contraindre les compagnies minières à ne pas exporter 100% de leurs minéraux en Europe, mais plutôt à travailler sur un ratio de 60/40», a déclaré M. Mathunjwa.

Par ailleurs, la mine de platine d’Impala, dans le nord de la province de Limpopo, a fermé après que 19 travailleurs ont été testés positifs au coronavirus.

L’Afrique du Sud compte actuellement 15.515 cas confirmés de coronavirus dont 264 morts, a déclaré le ministre de la Santé, Zweli Mkhize.

Partagez ceci
Suivez-nous sur Facebook

CONTINUER LA LECTURE

DERNIÈRES ACTUALITÉS

ECONOMIEIl y a 1 heure

Air France s’est engagée à réduire de 50% ses émissions de CO2, selon Elisabeth Borne

La ministre de la Transition écologique a également appelé les Français à organiser leurs vacances d’été dans l’Hexagone. Air France...

MOYEN-ORIENTIl y a 1 heure

Le président afghan va faire libérer jusqu’à 2000 prisonniers talibans

Le président afghan Ashraf Ghani a lancé dimanche la procédure de libération de quelque 2.000 prisonniers talibans dans un «geste...

ECONOMIEIl y a 2 heures

La dette française sera «sans doute» supérieure à 115% du PIB en fin d’année, indique Gérald Darmanin

La dette publique, qui était sous la barre des 100% du PIB en fin d’année 2019, bondit en raison de...

HIGH-TECHIl y a 3 heures

Lutte contre le Covid-19 : les béninois amplifient la pratique du e-commerce

La dématérialisation de tous les services commerciaux est devenue le moyen le plus utilisé au Bénin dans tous les secteurs...

ENQUÊTEIl y a 3 heures

Covid-19 : Bars et boîtes de nuit fermées, restaurants et cafeterias au ralenti au Bénin

Le gouvernement du Bénin a pris une mesure restrictive en conseil des ministres pour lutter contre la propagation du coronavirus...

ECONOMIEIl y a 3 heures

Dons dans la lutte contre le coronavirus : les entreprises privées ont offert 257 millions FCFA au Bénin

Le gouvernement du Bénin a fait le point des dons en numéraires et matériels reçus dans le cadre du sursaut...

ENQUÊTEIl y a 3 heures

Coronavirus au Bénin : service minimum dans le transport, des pertes importantes

Dans le domaine du transport, l’effet du Covid-19 se fait cher au Bénin. Intimement lié aux autres domaines d’activités qui...

CORONAVIRUSIl y a 3 heures

Covid-19 au Bénin : voici le département le plus touché

A l’instar d’autres pays du monde, le Bénin est secoué depuis quelques mois par la crise sanitaire liée à la...

ECONOMIEIl y a 3 heures

Transactions mobile money : les pays en développement enregistrent 786,5 milliards FCFA chaque jour

Le Mobile Money a battu tous les records dans les pays en développement. Selon un récent rapport de la Banque...

ENQUÊTEIl y a 3 heures

Fabrication de dispositif de lavage de mains : de bonnes affaires pour les soudeurs

A quelque chose malheur est bon dit-on. Pendant que la crise du coronavirus plonge des milliers de béninois dans le...

ECONOMIEIl y a 3 heures

Impacts du Covid-19 hors du cordon sanitaire : hausse drastique du coût de transport dans le Zou et le Couffo

La vague des effets du coronavirus ne pèse pas seulement sur les activités économiques dans les 15 villes comprises dans...

CULTUREIl y a 3 heures

Covid-19 et sécurité alimentaire : un chercheur prône l’agriculture urbaine

Pour préserver la sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations, il est nécessaire de promouvoir une agriculture urbaine qui transcende les...

ECONOMIEIl y a 3 heures

Maroc : hausse de 6% des exportations des produits maraîchers en huit mois

Les exportations des produits maraîchers marocains ont enregistré une hausse de 6% entre le 1er septembre et le 9 mai...

ENQUÊTEIl y a 3 heures

Baisse d’activité économique due au Coronavirus : les coiffeuses et coiffeurs en font aussi les frais

La liste des secteurs d’activités touchée par la crise du Coronavirus est bien longue. Et les coiffeuses et coiffeurs ne...

CORONAVIRUSIl y a 4 heures

Covid-19 :  de nouveaux cas confirmés au Bénin

Le Bénin a enregistré de nouveaux cas confirmés de coronavirus. C’est ce qui ressort du nouveau bilan sur le site...

LE 229Il y a 7 heures

Bénin – Ramadan 2020 : l’adresse de Patrice Talon à la communauté musulmane

A l’instar d’autres du monde, les fidèles musulmans du Bénin célèbrent, ce dimanche 24 mai 2020, l’Aïd El Fitr, fête...

CORONAVIRUSIl y a 11 heures

Pékin «prêt» à une coopération internationale sur l’origine du virus

La Chine est «prête» à une coopération internationale afin d’identifier la source du nouveau coronavirus, a déclaré dimanche le ministre...

ASIEIl y a 11 heures

La Chine est «au bord d’une nouvelle Guerre froide» avec les États-Unis

La Chine et les Etats-Unis sont «au bord d’une nouvelle Guerre froide», a averti dimanche 24 mai le ministre chinois...

CÔTE D'IVOIREIl y a 11 heures

Fête de Ramadan : Ouattara prie pour que la Covid-19 «s’éloigne de la Côte d’Ivoire»

Le président ivoirien Alassane Ouattara qui a fait samedi la prière de l’Aïd-El-Fitr ou fête de Ramadan à sa résidence...

CORONAVIRUSIl y a 11 heures

Sénégal : vers un dispositif de suivi de l’impact du coronavirus

L’Agence nationale de la Statistique et de la Démographie (ANSD) du Sénégal Lance, le 27 mai 2020, une enquête dans...

ECONOMIEIl y a 11 heures

Afrique : pour des économies plus résilientes à travers l’intégration

La Commission économique pour l’Afrique (CEA), la Banque africaine de développement (BAD) et la Commission de l’Union africaine (CUA) invitent...

SPORTSIl y a 12 heures

Bundesliga : Dortmund s’impose, Leverkusen s’offre Mönchengladbach, le Bayern déroule

Le Borussia Dortmund a ramené la victoire de son déplacement à Wolfsburg (2-0), samedi, à l’occasion de la 27e journée...

ASIEIl y a 12 heures

Hongkong : la police tire des lacrymogènes sur les manifestants pro-démocratie

La mouvance pro-démocratie hongkongaise a appelé dimanche la population à descendre dans les rues pour dénoncer le projet de Pékin...

CULTUREIl y a 12 heures

Egypte : le meurtrier de la diva libanaise Suzanne Tamim gracié

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a gracié samedi des milliers de prisonniers pour la fin du ramadan, parmi lesquels...