BÉNIN24 TÉLÉVISION
L'actualité en continu et en temps réel

Révision : Tout pour moi…

Où est passé Patrice Talon ? On veut notre cher président… Les prédictions funestes allaient bon train. Les commentaires étaient dans tous les sens. Et quand le chef de l’Etat surgit, le mercredi 2 octobre 2019 à l’aéroport international de Cotonou, c’est avec un ‘’missel’’ en main. Et en un mois chrono, soit le 1er novembre 2019, nous voici avec sa ‘’Constitution’’. Que perd le Bénin que gagne Patrice Talon ? Analyse dans l’exercice de l’éditorial du jour.

Les députés illégitimes vont se taper quatre ans. Le peuple avait exigé leur renvoi. Mais au contraire, Patrice Talon, est parvenu par ses charges explosives à ressusciter leurs fantômes. Ainsi, les députés monocolores, comme des miraculés des cimes, viennent de réaliser un double exploit.

En effet, eux qui avaient des bandes aux doigts et aux orteils, victimes de gelures et sous assistance respiratoire, viennent de se taper quatre ans pour avoir voté la révision de la Constitution. C’est un coup double pour Patrice Talon. Celui-ci avait des députés qui s trouvaient dans la zone de la disgrâce, de l’illégitimité et de l’illégalité.

Au finish, ils ont quatre ans de bail avec le Palais des Gouverneurs. Sans oublier que leur batterie est chargée à bloc pour poursuivre tout comme si de rien n’était malgré le regard inquisiteur qui se poursuit.

Et comme dans un enchaînement de témérité, Patrice Talon, a ramené de manière triomphale tout ce que la 7ème législature a par deux fois, jeté par la palissade. Et voici Patrice Talon, hier donné pour mauvais stratège qui crie aujourd’hui victoire grâce à sa ‘’Constitution’’, qui lui offre une ébauche de reconquête.

En outre, à la faveur d’un dialogue d’une platitude déconcertante, Patrice Talon, a su dénicher un substitut… ubuesque. Tout a été fait dans un scénario qui récuse l’idéal vital du consensus. Ce régime du ‘’Bénin révélé’’ était conscient qu’il n’allait pas survivre trop d’engagements. Et pour cela, il a perpétué son lien organique avec la ruse.

Mieux, il a su récupérer des experts dont les travaux ont servi d’oukases. La passerelle pour contourner l’écueil récurrent de la Constitution a été donc trouvée. Et de mémoire d’analyse, on n’avait jamais vu un régime si escamoter l’enjeu di consensus à tel point crucial.

Au moment, où les victoires de Patrice Talon clignotent sur les cartes qu’à pu mettre le Bénin dans son escarcelle ? En effet, l’offensive synchronisée du peuple n’a eu que quelques offrandes. Ces dernières ont été cédées par les allures trompeuses d’un régime qui ne se comporte plus comme un échassier indolent, mais tel un talentueux manœuvrier.

Si on s’en tient aux rodomontades politiques de cette révision, rien n’a été cédé au peuple. En effet, aussi bien sur le registre que dans son esprit, rien de bien nouveau sous le soleil levantin. Mais seul point fort à garder dans l’almanach, c’est qu’en appendice de la révision, il y a eu la loi d’amnistie qui a été votée. Ainsi, les jeunes activistes, et autres démocrates et républicains embastillés lors des législatives exclusives vont retrouver l’air frais.

Mieux, loin d’être un point de convergence entre le pouvoir et ses ennemis de l’intérieur, les charges contre Boni Yayi seront abandonnées. Mais en dépit de la victoire du ‘’Bénin révélé’’, cette révision peut-elle lui offrir une assurance-vie politique ? A moins d’oublier nos tumeurs de facto.

Par Titus FOLLY

Rejoignez-nous sur Facebook
Nous sommes aussi sur Twitter
Application Android

Disponible sur Google Play

 

Immobilier Bénin

ACTUALITÉS RÉCENTES

ACTUALITÉS RÉCENTES

ACTUALITÉS À LA UNE

ACTUALITÉS À LA UNE

RÉVISION DE LA CONSTITUTION

RÉVISION DE LA CONSTITUTION

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse email ne sera pas publiée.