BÉNIN24 TÉLÉVISION
L'actualité en continu et en temps réel

Séance d’information des acteurs des medias : attirer l’attention des populations sur les risques lies a la sante de la reproduction

La représentation nationale de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et le ministère de la Santé, ont organisé conjointement le vendredi 15 novembre 2019 dans les locaux de l’institution onusienne, une séance de briefing à l’intention des acteurs des médias sur la santé de la mère et de l’enfant. C’est en prélude à l’organisation prochaine à Cotonou, de la rencontre régionale sur ledit thème.

Attirer l’attention des populations sur les risques liés à la santé de la reproduction. C’est l’objectif de cette rencontre d’échanges entre les médias et l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et la direction de la santé de la mère et de l’enfant (DSME) du ministère de la Santé.

Selon l’Enquête démographique de la santé (EDS), le taux des femmes qui ne désirent pas d’enfants est de l’ordre de 30% alors qu’elles vont au sexe sans précautions. Les conséquences de ce drame sont énormes : l’avortement avec ses risques entre autres. Les avortements constituent en effet, un pan des besoins non satisfaits en Planification familiale. Et 43% de ces avortements sont réalisés dans des conditions très dangereuses.

Dans ce lot des femmes victimes de ces cas d’avortements, près de la moitié transportent des séquelles à vie, c’est là le drame auquel les populations doivent faire face.

«Il y a beaucoup de problèmes aujourd’hui sur lesquels nous devons travailler pour sécuriser la santé de la femme en réduisant la mortalité maternelle. Il s’agit désormais, de travailler sur les indicateurs pour avancer et progresser vers 2030, date définie pour l’atteinte des Objectifs du développement durable (ODD) a martelé l’expert Thierry Lawalé de la DSME.

«Dans tous les cas de figure, le système sanitaire de notre pays doit pouvoir apporter les réponses nécessaires aux difficultés rencontrées par les populations en matière de santé» a-t-il poursuivi.

Comme défis, nous avons la création d’un environnement de travail favorable (infrastructures, équipement, système de référence), l’amélioration de la communication en faveur de la Santé de la mère et de l’enfant, la mesure des progrès réalisés, la poursuite de la responsabilisation des familles et de la communauté, la motivation du personnel de santé et des relais communautaires.

L’Initiative santé sexuelle reproductive et droits connexes au Bénin a été également abordée. Le Bénin qui a commencé à l’appliquer dès janvier 2019 est parmi le peloton de tête. Elle vise à réduire la morbidité et la mortalité maternelles. La finalité, c’est d’aider les pays à réduire la mortalité maternelle et à atteindre les Objectifs du développement durable selon l’approche fondée sur les systèmes de santé

Le chef bureau de l’OMS Cotonou, docteur Raoul Saïzonou, a attiré l’attention des médias sur leur rôle au sein de la société. Il s’agit d’indiquer la voie à suivre en matière de santé afin de réduire les risques liés par exemple à l’avortement, la non observance des règles d’hygiène…

Par Marc Gbaguidi

Immobilier Bénin

ACTUALITÉS RÉCENTES

ACTUALITÉS RÉCENTES

ACTUALITÉS À LA UNE

ACTUALITÉS À LA UNE

RÉVISION DE LA CONSTITUTION

RÉVISION DE LA CONSTITUTION

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse email ne sera pas publiée.