RESTEZ CONNECTÉ

CULTURE

Développement du Tourisme au Bénin : une association de journalistes voit le jour ce vendredi

Victor Mahunon

Publié

le

La salle VIP du Ministère du tourisme de la culture et des arts a servi de cadre ce vendredi 14 février 2020 à l’installation de l’association des journalistes du tourisme du Bénin (AJTP). Une association qui a pour mission d’accompagner le Programme d’action du gouvernement (PAG) dans le secteur du Tourisme.

Promouvoir le tourisme du Bénin à l’échelle mondiale, tel est la mission que s’assigne la nouvelle association des journalistes spécialisés dans le domaine touristique qui a pris corps ce vendredi 14 février 2020 en présence, du représentant du ministre du tourisme, des acteurs du tourisme, de la culture et des arts, des représentants des associations sœures ainsi que des confrères journalistes.

Selon le président du comité d’organisation, Jean Yves Lafleur Ahissi, qui a procédé au lancement de la cérémonie de mise en place du réseau, l’AJTB travaillera de concert avec les collaborateurs qui œuvres sans relâche déjà dans le secteur afin de vendre davantage le Bénin pour que ce soit une destination phare du tourisme dans le monde entier.

Pour cela, l’AJTB s’est assignée plusieurs objectifs. Il s’agit de soutenir l’action du gouvernement dans le tourisme en vendant davantage la destionation Bénin ; d’accompagner le Ministère du tourisme, de la culture et de l’Art pour valoriser le Bénin et le présenter dans tous les événements touristiques dans le monde ; de promouvoir tous les sites touristiques du Bénin pour susciter sans cesse le tourisme local et mieux faire connaitre ces sites à l’international ; de vendre par une comunication approndie et professionnelle les produits et services des acteurs touristiques du Bénin ; de vendre au plan international les événements touristiques et spectacles touristiques du Bénin dans le monde et organiser d’autres événements pour promouvoir la destination Bénin et enfin de communiquer massivement sur les activités du Ministère du tourisme, de la culture et des arts.

Pour attendre ses objectifs, l’association prendra par les canaux de communication traditionnelle tels que la télé, la radio, les journaux, les réseaux sociaux et surtout les nouveaux moyens de comlunication de masse dans le monde à la pointe de la technologie.

Le directeur du développement du tourisme au Bénin, Bertrand Adjovi au nom du ministre du tourisme Jean Michel Abimbola empêché, après les civilités, a salué l’initiative qu’il trouve «bonne» tout en conviant les membres de ce nouveau réseau qui vient d’éclore à un travail de qualité afin que l’AJTB ne soit pas une association de plus.

«que l’association des journalistes du tourisme du Bénin que vous constituez, qui est une première au Bénin, porte ses fruits et que le flambeau soit porté plus haut afin que tous ceux qui y mettent la main aujourd’hui puissent donner la main à d’autres personnes qui viennent renforcer l’équipe», a t-il souhaité.

Pour Bertrand Adjovi, vu la sensibilité et la complexité du tourisme, il est important que ceux qui s’engagent dans cette aventure soient outillés. À cet effet, il a invité les responsables de l’association à réfléchir à des questions de formation relevant purement du tourisme et penser à un plan d’action qui mettrait en lien les objectifs de ladite association.

Pour finir, il rassuré les uns et les autres sur l’engagement du ministère à accompagner l’AJTB du moment qu’il ait du sérieux dans tout ce qu’elle entreprendra comme action.

En bondant dans le même sens, les representants des associations soeures présentent à cette cérémonie de mise en place de l’AJTB ont également pris l’engagement d’œuvrer, de collaborer ensemble avec le nouveau-né du tourisme afin que les objectifs fixés de chaque côté pour révéler le Bénin au monde soit une réalité.

En plus, à peine sortie du cocon, l’AJTB a déjà un soutien de taille. La Fédération des organes patronales du tourisme et de l’hôtellerie (Fopath) est prête à acommpagner l’association. Le bureau exécutif de l’AJTB est composée de 13 membres qui sera présidé par une Jeune femme dynamique.
Un honneur, vu le jour spécial (le 14 février/ St Valentin) choisi pour l’installation de cette association.

Partagez ceci
Suivez-nous sur Facebook

CLIQUER POUR COMMENTER

COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CULTURE

Importation de produits agricoles : des bananes plantain du Ghana au Bénin

Bénin24TV

Publié

le

La récolte exceptionnelle de cette année de la banane plantain, troisième culture vivrière au Ghana après l’igname et le manioc, a entraîné l’exportation des produits d’Agogo et de ses environs vers le Burkina Faso, le Togo, le Bénin et la Côte d’Ivoire.

Le Ghana exporte de la banane plantain dans plusieurs pays de l’Afrique de l’Ouest. Les bonnes pluies de cette année 2018 ont permis d’obtenir un bon rendement en plantain et, en particulier dans la région d’Agogo, la réduction de la menace des éleveurs nomades a été à l’origine de ce bon rendement.

Les activités des bergers nomades et de leur bétail dans le passé avaient empêché les agriculteurs du district Asante Akyem North de la région Ashanti d’exercer leurs activités agricoles. Les éleveurs nomades, principalement armés, ont terrorisé des agriculteurs, en ont tué quelques-unes et violé des femmes, tandis que leur bétail a détruit les fermes situées dans des régions comme Asante Akyem, les plaines d’Afram et certaines parties de la région de la Volta.

L’intervention du gouvernement, par l’intensification de «l’opération Cowleg» et la création de ranchs dans les plaines d’Afram, a eu pour résultat que des bergers nomades ont confi né leur bétail dans les réserves de fourrage.

En outre, la construction de la route de 75 km allant d’Agogo à Maame Krobo, dans les plaines d’Afram, a encouragé de nombreux agriculteurs à se lancer dans la culture de la banane plantain dans la plaine, au lieu de la pratique antérieure consistant à ne cultiver que dans les zones forestières.

Par exemple, Nana Boakye Yiadom, d’Akyeamehene d’Agogo, a confié au Daily Graphic que, jusqu’à présent, les agriculteurs concentraient la culture de plantains dans les zones forestières, mais grâce à l’infl uence d’Omanhene d’Agogo, Nana Akuoko Sarpong, qui les avait convaincus à avoir du succès dans les plaines, ils ont décidé de s’essayer.

Cela, a-t-il dit, avait ouvert la route vers les plaines d’Afram, affi rmant qu’incidemment, Nana Akuoko Sarpong avait personnellement initié le peuple Agogo à la plantation de bananes plantain dans les plaines.

«À l’origine, ils ne savaient pas qu’ils pourraient cultiver la banane plantain dans les plaines. Ils pensaient qu’ils ne pourraient cultiver de la banane plantain que dans les zones forestières. Donc, Nana Akuoko Sarpong les a encouragés et ils ont relevé le défi», a déclaré l’Akyeamehene. Il a ajouté que la construction de la route avait ouvert la voie à l’agriculture et qu’elle était devenue un centre de production de bananes plantain.

Il a ajouté que Nana Akuoko Sarpong avait également convaincu les habitants qu’il n’était pas nécessaire de s’installer à Accra, car ils pouvaient rester chez eux et se consacrer à l’agriculture dans la région. Nana Akosua Tawiah, reine des marchands de bananes plantain de la région d’Agogo, a récemment remporté le prix de la meilleure femme entrepreneure d’Asantehene pour son esprit d’entreprise dans le secteur des bananes plantain.

Elle a donc décidé de créer un appartement de 48 chambres pour l’université Presby d’Agogo. «Agogo est maintenant une ville en plein essor», a déclaré Nana Yiadom.

Excitation

Les agriculteurs de la région d’Agogo sont maintenant enthousiasmés par ce développement, les incitant à trouver de nouveaux marchés pour la banane plantain en dehors du Ghana afin d’éviter une surabondance sur le marché ghanéen.

Pendant de nombreuses années, le Ghana a importé des bananes plantain de la Côte d’Ivoire et des légumes de la région du Sahel. Bien que le Ghana importe toujours des tomates et des oignons de la région du Sahel, des responsables du ministère de l’Alimentation et de l’Agriculture ont déclaré que des mesures étaient en cours pour mettre fin à l’importation.

Exportation

On ne dispose pas de chiffres précis sur la quantité de plantain exportée vers le Burkina Faso, le Togo, la Côte d’Ivoire et d’autres pays jusqu’à présent, mais les données enregistrées à Agogo montrent que sept gros camions de plantain quittent la ville pour le Burkina Faso chaque semaine.

Selon une enquête de l’Organisation des NationsUnies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) réalisée en 2006, la banane plantain représentait environ 13,1% du produit intérieur brut agricole (PIBA) et une consommation annuelle par habitant de 101,8 kg par habitant au Ghana.

La plante appartient au secteur non traditionnel de l’économie rurale, où elle est principalement utilisée pour fournir de l’ombre au cacao. C’est également un élément essentiel du régime alimentaire et génère un nombre considérable d’emplois.

Par Joël YANCLO

Partagez ceci
Suivez-nous sur Facebook

CONTINUER LA LECTURE

CULTURE

Agriculture au Bénin : encore de la peine à mettre en valeur la vallées de l’Ouémé, l’élevage, le dos au mur

Bénin24TV

Publié

le

Environs six décennies après que l’ex colon ait laissé libre cours à la nation béninoise de décider de son sort, l’agriculture béninoise reste le secteur le plus prometteur. Celui par excellence par lequel à l’instar des pays sous-développé, le Bénin pourra impacter positivement son économie et se positionner avec certitude sur le chemin du développement durable. Mais après 59 années de survie, le chemin est encore long. L ’agriculture a parcouru un chemin parsemé d’obstacles. Si le secteur a survécu et récolté un certain degré de performance, la tâche reste difficile et l’avenir chargé de défis.

L’agriculture fait vivre près de 80% des 11,4 millions de citoyens et contribue à environ 34% au Produit intérieur brut (PIB), 75 % aux recettes d’exportation, 15 % aux recettes de l’État et fournit environ 70 % des emplois directs et indirects, selon les chiffres officiels.

Mais la crise économique des décennies précédentes, le communisme, la sécurité alimentaire, la détérioration progressive des infrastructures, le changement climatique (les inondations et la rareté des pluies), la corruption, l’insuffisance des engrais, le manque de techniques modernes de culture, les prix volatiles des produits, le manque de compétitivité des produits, la dégradation des terres sont, entre autres, les maux auxquels le secteur a été confronté pendant ces 59 années. Sans omettre la lutte contre les chenilles légionnaires (FAW) et les défis liés à la gestion des eaux.

Cela a amené les différents gouvernements qui se sont succédés à la tête du pays, à réaménager la politique agricole du pays en vue de rectifier le tir et maintenir ce secteur tant crucial pour les devises du pays que pour la sécurité alimentaire. Mais il semblerait que seulement très peu de ce qui est écrit dans ces manuels de politique agricole est mis en œuvre, sinon le secteur ne se retrouverait pas dans la situation actuelle : très peu développé et faiblement modernisé.

Loin de faire semblant comme si tout allait bien, l’actuel gouvernement a admis que les revenus et la productivité du secteur agricole sont faibles, et la main-d’œuvre n’est que partiellement récompensée, ce qui rend les produits agricoles moins compétitifs. «La plupart des agriculteurs utilisent très peu d’intrants améliorés et se livrent à des pratiques minières qui accentuent la dégradation des ressources naturelles», indique le document nommé PSDSA 2025 et PNIASAN 2017-2021.

Politique agricole

«Si on se met dans la logique où la mise en œuvre d’une bonne politique agricole au Bénin fait augmenter considérablement le niveau de la production agricole, il va forcément falloir penser à l’après production,» a indiqué Modeste Cossi Houngbedji dans sa mémoire de maîtrise en es-sciences économiques soutenue en 2009 à l’Université d’Abomey-Calavi.

Intitulé «Les forces et faiblesses de la politique agricole du Bénin de 1990 jusqu’à nos jours, et les défis d’avenir pour le pays», ce travail de recherche souligne que lorsque la production augmente, il faut penser à l’étape de la transformation et de l’écoulement du surplus afin qu’il n’y ait pas blocage par manque de débouche.

«Tous ces aspects nous obligent alors à nous intéresser à l’industrialisation qui garantit une capacité de transformation, à la création d’emplois qui permet à la population active de subvenir à ses besoins et de mettre en valeur les richesses du pays, et enfin au développement économique qui peut subvenir, et par lequel on peut garantir un soutien à l’augmentation de la production agricole» a soutenu Modeste Houngbedji.

La production de rente, la plus performante

Depuis que le Benin a devancé le Mali et la Côte d’ivoire en se faufilant derrière le Mali sur la production du coton en Afrique, la fièvre de l’or blanc semble avoir monté dans les couloirs du ministère de l’Agriculture. Le Bénin ambitionne de produire 800.000 tonnes de coton graine la en 2020.

Depuis l’avènement du gouvernement de Patrice Talon en 2016, les paysans autant que leurs organisations bénéficient d’un accompagnement qui les satisfait et les encourage à redoubler d’ardeur. Mieux, cette attention particulière du gouvernement envers les producteurs de coton a aiguisé la jalousie des producteurs d’autres produits dont les produits vivriers.

Le coton, une culture de rente qui reçoit l’attention des dirigeants

Valeur ajoutée et industrialisation
Si on devrait comprendre les arguments de Modeste Houngbedji, cela signifierait que le Bénin, comme la plupart des pays africains, souffre de la maladie de carence de valeur ajoutée dans leurs différents secteurs.

Au moins une grande partie des produits agricoles qui viennent des champs du pays sont vendus à l’état naturel, ce qui n’arrange ni le producteur qui va se contenter de ce que le marché lui offre et continuer à vivre dans la pauvreté, ni le pays qui ne bénéficie en rien de ces récoltes et ventes »non-compétitives».

La valeur ajoutée devrait donner naissance à l’industrialisation d’autant plus qu’à part le volume des exportations d’ananas, par exemple, en Europe et dans la région, une autre grande partie (si elle est disponible) soit transformée en jus de haute qualité dans plusieurs usines implantées au Bénin par des travailleurs béninois. Et le jus exporté dans plusieurs pays africains.

Dans «Politique et stratégie générales du secteur agricole et rural» publié en 2000, la FAO déclare: «Que d’options prises, de stratégies élaborées, de politiques adoptées, de plans et programmes mis en œuvre depuis l’accession du Bénin à l’indépendance. A l’évidence, les résultats furent souvent mitigés et bien en deçà des attentes du monde rural. Les revues des secteurs agricoles, d’élevage et des forêts en avaient déjà fait le constat».

Peu de place pour les cultures vivrières

La production des produits vivriers est en deçà de celle des produits de rente. Ainsi, depuis 59 années de politiques agricoles diverses allant des coopératives à d’autres, le Bénin court après l’autosuffisance alimentaire. Et les citoyens n’ont que des mots pour expliquer la situation, tant ils se sentent impuissants.

«Le Burkina-Faso, un pays enclavé, nous ravitaille en tomates. Je n’arrive pas à comprendre que ceux qui manquent d’eau nourrissent ceux qui disposent de terres très fertiles», a confié Prévert Anani, gestionnaire d’une ferme agricole à Tori.

Encore de la peine à mettre en valeur la vallées de l’Ouémé

Le contraste entre les atouts agricoles et les performances enregistrées continuent de susciter des interrogations auprès des sources averties des potentialités dont dispose le Bénin. Après l’échec du palmier à huile et d’autres cultures de rente, la vallée de l’Ouémé offre une chance, enviée par d’autres nations, de développer l’économie par l’agriculture. Après des motivations affichées par le gouvernement de Boni Yayi 1, l’ardeur des politiques semble s’être émoussée pour mettre en valeur ce ‘’joyau’’ naturel très fertile.

En effet, les politiques de valorisation mises en place pour la vallée de l’Ouémé ont rencontrées d’innombrables obstacles. Des problèmes d’organisation et de stratégies pour la plupart. Toutefois, le gouvernement de Patrice Talon a montré son engagement et sa détermination sur plusieurs fronts dont des plus difficiles. Ainsi donc, la volonté et le courage ne manque pas aux dirigeants actuels. Et une politique a été ourdie à cet effet.

La vallée de l’Ouémé est connue pour être la deuxième vallée la plus fertile d’Afrique, après celle du Nil. Elle dispose donc d’atouts naturels pour devenir une zone de production agricole majeure. Le gouvernement souhaite y aménager 10 000 ha de terres cultivable pour favoriser l’installation de jeunes entrepreneurs agricoles. Il compte également désenclaver l’ensemble de la région afin de faciliter l’exportation de ses productions.

Selon le chronogramme contenu dans le Programme d’action du gouvernement en 2017, le Bénin devait procéder à l’aménagement de 1 500 ha et de 600 km de pistes et venir en appui aux aménagements. En 2018, l4etat avait programmé de d’aménager 1 500 et 8 500 ha et poursuivre l’appui aux aménagements. En 2019, aménagement de 8 500 ha et appui aux aménagements. Pour l’année 2020, l’aménagement de 8 500 ha et l’appui aux aménagements. Pour l’année 2021, échéance du Programme d’action du gouvernement, il n’aurait que l’appui aux aménagements.

L’investissement pour la réalisation de ce programme a été estimé à 202.750.000 euros. Avec 97,5 millions d’euros comme impact sur le Produit intérieur brut, 21.000 emplois à créer et 106 millions d’euros comme impact sur les exportations. Mais à moins de deux années de fin du mandat du président Talon, peu d’informations viennent renseigner sur l’état d’exécution de ce volet du programme de gestion du chef d’Etat béninois. Ce qui fait que cette richesse naturelle peine encore à servir ce que de droit.

La pêche et le changement climatique

La production piscicole au Benin est suffisamment élevée par rapport à d’autres pays de la région, mais selon le ministère de l’agriculture, elle ne couvre pas les besoins nationaux estimés à 90 000 tonnes par an. C’est pourquoi le Bénin doit avoir recours aux importations pour satisfaire la demande croissante des populations, selon l’Insae.

En 2005, la pèche avait contribué à 7,5% du PIB agricole. Mais plus d’une décennie plus tard, cette a contribution a chuté jusqu’à atteindre 3,7% en 2017, selon un rapport compilé par Linguère M. Baye de la Banque africaine de développement. (Perspectives Économiques en Afrique 2018, Bénin). La baisse de la production s’accentue au fur et à mesure que l’ombre du changement climatique continue de planer sur le secteur.

Selon un rapport de l’Inrab cité par Dessouassi C. Eugène de la Direction des pêches du MAEP dans un document de 2012 intitulé ‘’La pêche artisanale au sud Bénin face aux défis des changements climatiques’’, le changement climatique au Bénin a causé, entre autres, la rareté des poissons des cours d’eau, la migration des poissons des zones de pêcherie, le retard de croissance des alevins, la pénibilité des activités de pêche et la mort des poissons. Les conséquences de ces actions ont provoqué, entre autres, la baisse des revenus, la baisse de la disponibilité alimentaire, l’aggravation de la pauvreté, l’allongement de la période de soudure et l’augmentation des maladies vectorielles.

L’élevage, le dos au mur

Avec 17 % environ du PIB agricole, les productions animales représentent un secteur important de l’agriculture du Bénin, selon l’Association nationale des organisations professionnelles d’éleveurs de ruminants du Bénin (Anoper).

Cependant, l’Anoper cite la raréfaction des espaces de pâturage, la dégradation des ressources naturelles et les nombreux conflits avec les agriculteurs sédentaires comme défis majeurs auxquels fait face l’élevage au Bénin.

Selon la FAO, le problème d’alimentation des animaux, constitue un défi qui nécessite les efforts pour agir ensemble de façon plus vigoureuse et plus engagée en faveur du développement du secteur de l’élevage au Bénin.

Par Issa SIKITI DA SILVA

Partagez ceci
Suivez-nous sur Facebook

CONTINUER LA LECTURE

DERNIÈRES ACTUALITÉS

BOTSWANAIl y a 6 heures

Covid-19 : le président botswanais et des députés mis en quarantaine

Le président du Botswana, Mokgweetsi Masisi, et les parlementaires vont être mis en quarantaine après avoir été en contact avec...

CÔTE D'IVOIREIl y a 6 heures

Côte d’Ivoire : la chaîne de solidarité contre le Covid-19 touche le milieu carcéral

La ministre ivoirienne de la Solidarité, de la cohésion sociale et de la lutte contre la pauvreté, Pr Mariatou Koné...

CORONAVIRUSIl y a 6 heures

Covid-19 : la Côte d’Ivoire franchit la barre 400 cas confirmés dont 52 guéris

La Côte d’Ivoire a enregistré jeudi 60 nouveaux cas de Covid-19, portant à 444 le nombre total de cas confirmés...

CÔTE D'IVOIREIl y a 6 heures

Covid-19 : 2 776 personnes autorisées à sortir du Grand Abidjan, dix jours après son isolement

Quelque 2 776 personnes ont été autorisées à sortir du Grand Abidjan (Abidjan et banlieue) contre 553 refoulées depuis l’isolement...

NIGERIAIl y a 6 heures

Covid-19 : Buhari gracie 2600 détenus dont trois personnalités au Nigeria

Le président Muhammadu Buhari a approuvé la libération de 2600 détenus dans le but de décongestionner les prisons et de...

CÔTE D'IVOIREIl y a 6 heures

Côte d’Ivoire : les familles vulnérables sensibilisées et équipées contre le Covid-19

La ministre ivoirienne de la femme, de la famille et de l’enfant, Bakayoko-Ly Ramata a sensibilisé et offert des vivres...

CÉLÉBRITÉIl y a 7 heures

Amal et George Clooney : le geste de l’acteur et son épouse pour lutter contre le Covid-19

George et Amal Clooney ont annoncé à leur tour plusieurs dons, d’un montant total de plus d’1 million de dollars,...

CÉLÉBRITÉIl y a 7 heures

Jean-Pierre Pernaut a fêté ses 70 ans confiné mais n’a pas oublié les consignes sanitaires

Jean-Pierre Pernaut a célébré ses 70 printemps en confinement, mercredi. Nathalie Marquay-Pernaut, son épouse, a posté une vidéo sur Instagram...

CÉLÉBRITÉIl y a 7 heures

Coronavirus : le vibrant hommage de «Sex and the City» au personnel soignant de New York

Sarah Jessica Parker, Cynthia Nixon, Kristin Davis et Kim Cattrall ont su mettre leurs différends de côté pour apporter du...

CÉLÉBRITÉIl y a 7 heures

Drake : le rappeur canadien ouvre les portes de sa maison monumentale

Pour Drake, le confinement doit être moins difficile que pour le commun des mortels. En couverture du magazine Architectural Digest,...

CÉLÉBRITÉIl y a 7 heures

Jessica Biel : en plein confinement, l’actrice fête les 5 ans de son fils

Quarantaine forcée ou pas, Jessica Biel refuse de passer à côté des moments importants de la vie de son fils...

CÉLÉBRITÉIl y a 7 heures

Lady Gaga : la chanteuse veut se marier et avoir des enfants

Lady Gaga est prête à se caser et fonder une famille. La chanteuse l’a révélé dans une interview pour le...